Où l’on regarde quelques diapositives de vacances et où l’on découvre le vrai sens du nom Babelio

Bien qu’absolument personne ne l’ait réclamé, nous avons jugé qu’il était temps de dire un mot des vacances de Babelio. Après tout, à quoi bon avoir un blog si on ne peut pas y publier ses photos de voyages. Voilà qui devrait plaire à Patrick Rambaud, habituellement mieux inspiré que dans ce court texte clichetonnant sur les blogs, justement critiqué par Virginie Clayssen (premier commentaire sur Bibliobs.) Un texte paru il y a deux jours dans les Nouvelles Mythologies orchestrées par Jérôme Garcin pour succéder à celles de Barthes. (une bonne idée d’éditeur. On avait déjà eu il y a quelques années un Nouveau dictionnaire des idées reçues. Pour les éditeurs en panne d’idées, j’en offre une autre, gratuite : une nouvelle version de Je me souviens, de Pérec, tellement daté. Au vu du succès discographique de Vincent Delerm, il y a un marché certain pour une réactualisation de la nostalgie. « Je me souviens des images Panini de la coupe du monde de 1986. Je me souviens de Challenger et de mon refus de croire qu’il y avait réellement des passagers à bord. Je me souviens de Fruité, c’est plus musclé. Etc. » C’est cadeau, parce que comme le dit Virginie, écrire un blog, c’est aussi «partager de l’information et de la réflexion.»)

Mais revenons à nos diapos.

Pierre a effectué le pèlerinage que tout membre de Babelio doit faire au moins une fois dans sa vie, en allant à Marrakech s’agenouiller devant la Koutoubia, la « Mosquée des Libraires ». Dorénavant, il ne sera plus fait référence à lui dans ce blog que sous le nom de El Hadji Pierre.

Afficher l'image d'origine

Je suis pour ma part allé en Birmanie prendre des photos de librairies. Ci-dessous, un Birman en longji (la jupe traditionnelle que portent la plupart des hommes) qui s’interroge sur les étiquettes qu’il pourrait mettre dans sa bibliothèque virtuelle sur le livre de recettes qu’il s’apprête à acquérir.

J’ai d’ailleurs découvert le lancement de Babelio le 1er août dans un cybercafé de Rangoon. Dans un pays où bon nombre de sites sont interdits par le régime, il est heureux de savoir que Babelio passe entre les mailles du filet (cela dit, l’expérience des cybercafés birmans montre heureusement la vanité de la censure internet : sur n’importe quel ordinateur, on a accès à des sites qui permettent de contourner les barrières gouvernementales et de consulter tranquillement des sites interdits comme Yahoo ou Gmail.)

Et Vassil ? me direz-vous. Comment croyez-vous que Babelio ait pu se lancer cet été avec ses fondateurs en vadrouille ? Pendant que deux d’entre eux papillonnaient en Afrique et en Asie, Vassil était enfermé dans une cave à développer nuit et jour, avec pour seul contact humain le geôlier qui lui descendait tous les deux jours un seau de poissons frais. Il n’en sera jamais assez remercié.

Pour finir, un mot sur la meilleure nouvelle de l’été, ramenée dans les bagages d’El Hadji Pierre. Nous avons déjà dit un mot de l’origine du nom Babelio. Mais Pierre en a appris (merci David !) le sens caché : Bab Al Lihouh signifie en arabe « La Porte des Princes ». Les Princes, ça en jette tout de suite plus que les Ours.

Les Princes vous saluent bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s