Où un point sur la rentrée de Babelio donne lieu à des révélations fracassantes

Le redoux de ces derniers jours ne nous trompera pas : la rentrée est bel et bien derrière nous, et il est plus que temps de faire un point sur toutes les nouveautés apparues sur Babelio depuis le 1er septembre. Voici donc, en vrac, ce qui nous a occupés en septembre, au point de nous empêcher d’en parler sur ce blog.

  1. Mise en ligne d’extraits de la rentrée littéraire

Où un point sur la rentrée de Babelio donne lieu à des révélations fracassantes

 

On nous interroge souvent sur les motifs qui nous ont conduits à masquer nos visages sur la page « Notre équipe » de Babelio. Si les relations complexes de Vassil avec la police politique bulgare et mes propres problèmes de peau ont joué un rôle non négligeable, c’est néanmoins Pierre qui a imposé cet anonymat.

Il me pardonnera de le révéler ici (ça commençait de toutes façons à se savoir), mais Pierre, c’est Bertillon. Ce surnom ne vous dit peut-être rien, mais les libraires du sud et de l’est parisien le murmurent avec effroi. Bertillon – baptisé ainsi en référence au fameux criminologue, qui fût le premier à utiliser les empreintes digitales comme mode d’identification – est un fantôme insaisissable qui hante les librairies le samedi après-midi, compulse de ses doigts gras les ouvrages disposés sur les tables, et les laisse derrière lui, maculés et invendables. « Certains samedis, il me salope plus de vingt bouquins. Les éditeurs refusent des les reprendre. Même Gibert n’en veut pas. » me confiait récemment un libraire du XVème arrondissement.

Pierre nourrit en effet deux passions inconciliables : la première (noble) pour la littérature ; la seconde (coupable) pour les nourritures orientales huileuses et bon marché de type döner kebab. Babelio a été conçu à l’origine pour lui permettre de parcourir les bibliothèques de ses amis, à commencer par la mienne, sans y laisser sa signature graisseuse, source de disputes que je préfère oublier aujourd’hui.

Mais ça ne réglait pas le problème des libraires. Pour mémoire, un sondage réalisé en mars 2008 auprès de 275 libraires parisiens classait Bertillon comme le deuxième fléau de la librairie indépendante derrière la vente en ligne.

 

Où un point sur la rentrée de Babelio donne lieu à des révélations fracassantes

 

Babelio aime les libraires, et a décidé de réagir. En partenariat avec une dizaine d’éditeurs (Grasset, Fayard, Stock, First, Sabine Wespieser, les Allusifs, Au Diable Vauvert, Points etc.), nous avons choisi d’offrir à Pierre et à tous les doigts gras la possibilité de lire en ligne des extraits de 70 romans de la rentrée littéraire. Ca laisse entier le problème des claviers poisseux, mais c’est un premier pas.

Tous ces extraits sont accessibles à partir de la page : http://www.babelio.com/listeextraits.php

Où un point sur la rentrée de Babelio donne lieu à des révélations fracassantes

 

 

 

Si d’autres éditeurs souhaitent y ajouter leurs propres titres, qu’ils n’hésitent pas à nous écrire à l’adresse contact AT babelio.com

 

  1. Lancement des pages auteurs

 

Dans les résultats du sondage lancé auprès des membres de Babelio en décembre dernier, la création de pages dédiées aux auteurs faisait partie des quatre fonctionnalités les plus attendues par la communauté.

Si les trois autres fonctionnalités (export de bibliothèque, amélioration du rapprochement entre bibliothèques, mise en ligne de résumés) ont été lancées rapidement dans la foulée du sondage, les pages auteurs ont en revanche fait l’objet de pressions répétées de la part des éditeurs (appels nocturnes, pneus crevés, chouettes clouées sur les portes, j’en passe et des meilleures) qui expliquent ce lancement tardif.

Pourquoi de telles pressions ? Tout simplement pour préserver un des secrets les mieux gardés de l’industrie du livre, un secret que Babelio – animé par un souci constant de transparence – dévoile aujourd’hui : les auteurs sont généralement très laids.

Le 12 septembre dernier, dans un article du Monde des Livres intitulé Bonnes ondes pour le livre, Alain Beuve-Méry expliquait qu’ « il est difficile de faire vivre le livre à la télévision, alors qu’à la radio la chose semble aller de soi. […] La radio est surtout plébiscitée par les éditeurs qui la considèrent comme très prescriptrice. ‘C’est un média stable et régulier qui offre une très grande qualité d’écoute et qui permet de parler des ouvrages sur la longue distance’, explique Philippe Robinet, responsable de Oh ! éditions. »

Un media stable et régulier qui bla bla bla bla. N’importe quoi. Mais qui espèrent-ils tromper ? Si les éditeurs « plébiscitent » la radio, c’est uniquement parce que les auteurs peuvent y cacher leurs traits grossiers, leurs dents jaunies, et leurs corps contrefaits dans la pénombre des studios, sans risquer de faire chuter les ventes.

Les éditeurs assurent se plaindre de l’absence de littérature à la télévision. La belle affaire. Michel Field confie volontiers que les programmateurs de TF1 prévoyaient de diffuser sa nouvelle émission, Au Field de la Nuit, en première partie de soirée et non à 23h50 comme c’est le cas chaque mardi. C’était compter sans les éditeurs, qui ont imposé un horaire tardif et un plateau sous-éclairé dont ils gardent farouchement l’accès, ne laissant passer à l’antenne qu’une poignée de brunes piquantes fraîchement diplômées de Normale Sup et de néoromantiques débraillés dont les chemises s’ouvrent avec style sur des torses épilés avec soin.

Babelio n’a pas plus de poids que TF1. A l’issue de nos premières négociations avec le Syndicat National de l’Edition, nous n’avons obtenu le droit de publier les photographies que de quatre auteurs :

Auteur 1 – autorisé par le SNE

Auteur 2 – autorisé par le SNE

Auteur 3 – autorisé par le SNE

Auteur 4 – autorisé par le SNE

Faisant fi des répercussions, nous avons décidé de passer outre. Advienne que pourra.

Vous pouvez donc dès à présent découvrir notre galerie des monstres (pensez quand même à éloigner les enfants) : http://www.babelio.com/decouvrirauteurs.php

Au-delà des photos (parfois insoutenables), nos nouvelles pages auteurs réunissent des vidéos, des biographies, la liste des œuvres, les membres qui les ont lues, et l’ensemble des critiques, citations et étiquettes publiées sur Babelio. Vous pouvez jeter un œil à quelques-uns de ces affreux jojos :

J.K. Rowling

Louis-Ferdinand Céline

George Orwell

 

Où un point sur la rentrée de Babelio donne lieu à des révélations fracassantes

 

Et comme toujours chez Babelio, nous comptons sur nos membres pour nous aider à enrichir la base d’informations disponibles : vous pouvez ajouter des photos, vidéos, biographies et citations sur toutes les pages auteurs. Ce billet nous donne d’ailleurs l’occasion de remercier Penelope et Lormari, extrêmement actives depuis le lancement des pages auteurs : un grand merci à toutes les deux pour toutes les photos et biographies ajoutées ! Merci également à Henriette, Mulder, Philo15, Chartel, Durdane et bien entendu l’incontournable MarcF. C’est grâce à vos contributions que Babelio avance.

3. Tout le reste (et ça fait pas mal…)

Vassil a été pris d’une frénésie de code en septembre, qui a débouché sur les enrichissements suivants :

L’amélioration du moteur de recherche

Testez-le : il est devenu beaucoup plus pertinent.

L’ajout de couverture

Une fonctionnalité demandée depuis longtemps. Il est maintenant possible de faire disparaître les couvertures vertes, qualifiées d’ « abomifreuses » par Urbanbike, en les remplaçant par les couvertures originales depuis la page d’ajout de critiques/citations/étiquettes.

 

Où un point sur la rentrée de Babelio donne lieu à des révélations fracassantes

 

La refonte de la page d’ajout manuel

Elle est devenue plus simple et ergonomique.

L’apparition de nuages d’auteurs

Sur les pages membres, les nuages d’étiquettes ont été refondus, et sont accompagnés de nuages d’auteurs qu’un algorithme concocté par Vassil sélectionne directement dans votre bibliothèque.

 

Où un point sur la rentrée de Babelio donne lieu à des révélations fracassantes

 

L’association d’auteurs

 

Pour permettre à Babelio de regrouper sur une même page toutes les informations relatives à un auteur, vous pouvez maintenant associer les différents noms de cet auteur, en cliquant sur le lien « Autres noms connus – voir tous et associer ». Cette fonction permet par exemple de rapprocher les 26 orthographes de Dostoïevski recensées dans Babelio.

Où un point sur la rentrée de Babelio donne lieu à des révélations fracassantes

 

C’est un premier pas dans l’amélioration de la base, avant la mise en ligne de l’association d’étiquettes actuellement en test (pour expliquer à Babelio que « 20ème » et « XXième », c’est plus ou moins la même chose), et bientôt de l’association d’éditions (pour expliquer à Babelio que les critiques et citations de  Sur la route et de Sur la route, version intégrale peuvent être regroupées sur une même page.)

Les pages « coup de main »

Accessibles depuis la page Découvrir, elles sont destinées aux membres qui souhaitent contribuer à l’enrichissement de la base de Babelio, mais ne savent pas par où commencer : elles permettent de voir les photos, biographies et résumés qui restent à ajouter.

Si vous êtes motivés, rendez-vous sur : http://www.babelio.com/contributionbio.php

Où un point sur la rentrée de Babelio donne lieu à des révélations fracassantes

 

Et ensuite ?

Nous continuons à travailler sur l’amélioration du site et la mise en ligne de nouvelles fonctionnalités. Il nous reste pas mal de surprises dans notre chapeau. Soyez patients…

Oh oh, mais c’est déjà la fin de ce billet. Il est temps de nous quitter en chanson.

8 réflexions sur “Où un point sur la rentrée de Babelio donne lieu à des révélations fracassantes

  1. Hé bien, hé bien ! ça valait le coup d’attendre d’avoir des nouvelles sur le blog de Babelio. Un ton qui ne se dément pas et toujours aussi…drôle. Dites…euh…juste pour l’info hein, c’est quoi le titre de l’émission avec l’ours ;O) ?

  2. Au train d’enfer auquel Babelio évolue, allant maintenant jusqu’à intégrer les vidéos, je ne désespère pas d’ajouter bientôt à ma bibliothèque virtuelle ma collection complète de DVD de « Tibère et la maison bleue », que je retrouve avec émotion dans votre billet, très drôle en effet…

  3. Si, si, le fait de mettre Vassil à la cave — pour le soustraire aux… — a des résultats intéressants, le site est nettement plus réactif…!
    Hormis cela, le coup du Bertillon me laisse de glace (hihi…!)
    Et merci pour l’ajout de couvertures (même si, parfois, c’est la petite verte qui s’interpose alors que la bonne (couverture) est bien présente…
    Bon courage à toute la bande…!

  4. Pingback: Où une tranche de salami gâche une journée bien entamée « Le blog de Babelio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s