Quand les lecteurs de Babelio rencontrent Eleanor Catton

En partenariat avec les éditions Buchet-Chastel, une trentaine de lecteurs de Babelio a eu l’opportunité de rencontrer l’auteur néo-zélandaise Eleanor Catton, actuellement en Europe pour présenter son deuxième roman, Les Luminaires. Déjà auréolé du prestigieux Man Booker Prize en 2013, ce livre ambitieux maniant le suspense sur fond de ruée vers l’or dans l’ouest néo-zélandais du XIXe siècle, a su séduire les lecteurs ravis de faire connaissance avec la lumineuse Eleanor Catton. La rencontre a eu lieu dans les locaux de l’ambassade de Nouvelle-Zélande dans une ambiance conviviale.

Un ambitieux roman historique

20141209_Babelio_Bookshow_001

©alexjonas photography

Les premières questions adressées à Eleanor Catton ont porté sur le choix de l’époque et du lieu de son deuxième roman. Situé à Hokitika, sur la côte ouest de la Nouvelle-Zélande, en 1866, ce livre présente une situation spatio-temporelle bien déterminée, contrairement à son premier roman. C’est en déménageant aux États-Unis que l’auteur a vraiment ressenti le lien qui l’unissait à son pays, ainsi que le désir de lui consacrer un livre et “d’explorer ses limites d’écrivain”. L’histoire des chercheurs d’or néo-zélandais, riches de l’expérience des Américains dans ce domaine, était “une base parfaite pour une intrigue pleine de mystère”, autour de crimes frauduleux.

Mais si le roman est sans conteste ancré dans l’Histoire, l’auteur n’a pas été bridée par la véracité des faits, inventant des détails et même des lois inexistantes quand cela servait son intrigue. La question d’une lectrice sur le thème du déracinement, qui a semblé au coeur du roman selon elle, a particulièrement intéressé l’auteur, qui, née au Canada, ne s’est jamais sentie pleinement néo-zélandaise. Elle affirme qu’il est important de connaître les lieux et les événements sur lesquels on écrit, car l’écrivain a une responsabilité envers ses textes qu’il ne doit pas renier. Cependant elle a réussi à dépasser la simple réalité factuelle pour livrer un roman fondé sur les émotions et l’instinct.

Des personnages jouets du destin ?

Les nombreux personnages des Luminaires ont intrigué nos lecteurs, qui se demandaient quel était le rôle des astres dans les destins narrés par Eleanor Catton. Celle-ci affirme s’être documentée sur la connaissance du ciel au XIXe siècle ainsi que sur l’astrologie. En effet, chaque personnage représente une planète ou un signe du zodiaque, dont les signes distinctifs transparaissent dans ses traits de caractère. Les relations humaines reflètent également les interactions entre les corps célestes. Quelle place ce déterminisme astral laisse-t-il au libre arbitre ? Eleanor Catton a précisé pour nous sa conception de la liberté : selon elle, les actions peuvent être divisées en quatre types, faits et décisions contrôlables mais aussi découvertes et accidents sur lesquels il est illusoire de prétendre avoir prise. La vie comporte toujours une part aléatoire bouleversant les destins qui semblaient tracés. C’est entre autres au mythe du self made man qui aurait “fait fortune” par ses propres qualités qu’elle s’oppose, revendiquant une part de hasard et de chance. Pour elle, “c’est la fortune qui nous fait”.

Elle est ensuite revenue sur le fort caractère de ses personnages féminins, peu nombreux dans un monde d’hommes (“une personne sur dix était une femme sur la côte ouest de la Nouvelle-Zélande en 1866”) et de ce fait forcés de s’imposer. Constatant que les romans du XIXe siècle présentaient souvent parmi leurs personnages féminins des prostituées utilisées et sacrifiées, l’auteur a voulu prendre le contre-pied de cette image à travers Anna Wetherell.

20141209_Babelio_Bookshow_015

©alexjonas photography

Un récit très construit

Très impressionnés par l’organisation en spirale de ce gros roman audacieux, les lecteurs ont interrogé Eleanor Catton sur la construction de son livre. Elle a expliqué que les contraintes lui semblaient “plus stimulantes que pénibles” et qu’elle s’était lancé le défi d’un livre où, entre autres exigences, chaque chapitre serait de moitié plus court que le précédent. Mais elle avait envisagé de restructurer le roman si son idée s’était révélée irréalisable ou si l’éditeur n’avait pas accepté. Elle est donc très heureuse d’avoir réussi à mener à bien cette expérience fructueuse. C’est sur cette note positive que s’est clôturé l’échange entre l’auteur et les lecteurs.

20141209_Babelio_Bookshow_022

©alexjonas photography

20141209_Babelio_Bookshow_019

©alexjonas photography

Suite à cet entretien, Eleanor Catton a pris le temps de dédicacer les exemplaires de nos lecteurs tout en échangeant quelques mots en anglais avec ceux qui le désiraient. La rencontre s’est conclue dans une atmosphère chaleureuse par une dégustation de vin néo-zélandais proposée par l’ambassade de Nouvelle-Zélande. Nous remercions les membres de l’ambassade pour leur accueil, la maison Buchet-Chastel, ainsi que l’interprète et photographe Alex Jonas.

20141209_Babelio_Bookshow_025

©alexjonas photography

20141209_Babelio_Bookshow_028

©alexjonas photography

Découvrez Les Luminaires, le roman d’Eleanor Catton chez Buchet-Chastel

luminaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s