L’ascension d’une vie avec Maud Ankaoua

C’est face à des lecteurs sélectionnés pour l’occasion que Maud Ankaoua est venue présenter, il y a quelques jours, son dernier livre Kilomètre zéro : Le chemin du bonheur publié aux Editions Eyrolles. L’occasion d’en savoir plus sur l’origine de ce premier roman pour l’auteure, sur les événements qui ont pu la mener vers l’écriture et sur les éléments forts à retenir de cette lecture.

« Maëlle, directrice financière d’une start-up en pleine expansion, vit le rythme effréné de ses journées ; sa vie se résume au travail, au luxe et à sa salle de sport. Ses rêves… quels rêves ? Cette vie bien rodée ne lui en laisse pas la place ; jusqu’au jour où sa meilleure amie, Romane, lui demande un immense service. Question de vie ou de mort.

Maëlle, sceptique, accepte la mission malgré elle. Elle rejoint le Népal, où l’ascension des Annapurnas sera un véritable parcours initiatique.

Quand la jeune femme prend conscience que la réalité n’est peut-être pas celle que l’on a toujours voulu lui faire croire… c’est sa propre quête qui commence.

C’est au cours d’expériences et de rencontres bouleversantes que Maëlle va apprendre les secrets du bonheur profond et transformer sa vie. Mais réussira-t-elle à sauver son amie ? »

DSC02176

Un parcours tout tracé

La première question posée à Maud Ankaoua sonne comme une évidence : quels liens peut-on établir entre Maud Ankoua et Maëlle, le personnage central de son roman ? Quelle part de Maud Ankaoua peut-on trouver dans ce livre à mi-chemin entre l’ouvrage de développement personnel et le roman ?

« Les relations humaines sont pour moi au cœur de toutes les actions de notre quotidien. En entreprise, dans ces spécialités mais dans toutes les autres, on se rend compte que seules importent les relations humaines, quel que soit votre domaine. J’ai longtemps été payée pour faire des entreprises les meilleures de leur secteur, c’était mon métier pendant plusieurs années. Pour arriver à ce résultat, il faut que les gens puissent parler, exprimer leur créativité, échanger entre eux, c’est véritablement indispensable. Sans ça, il ne se passe plus rien dans une entreprise. Dès que des égos entrent en conflit, tout se bloque et s’enraye même si vous avez le meilleur produit possible. Ce qui me passionne c’est pouvoir avancer, s’améliorer et partager ce que l’on apprend. La base et la racine de ce qui m’anime ce sont les relations humaines et toutes les améliorations que l’on peut envisager. Mon premier voyage au Népal en était une à mon sens, et j’ai eu envie de la raconter. »

DSC02179

Un élément déclencheur

Ce voyage en terres népalaises a donc été pour Maud Ankaoua le début de nombreuses choses, mais surtout l’élément déclencheur qu’il lui a fallu trouver avant de se lancer corps et âme dans l’écriture. Comme l’épiphanie tant attendue pour donner un nouveau sens à sa carrière, Maud Ankaoua a donc profité de son voyage à l’étranger pour se lancer de nouveaux challenges et donner un coup de fouet à son existence, comme elle le dit en ses mots :

« Je suis partie au Népal à un moment de ma vie où je venais de vendre une société, un moment vraiment particulier de mon existence. J’ai fait ce voyage alors que j’entrais petit à petit dans une phase de burn-out, j’étais en proie à de nombreux doutes aussi bien personnels que professionnels. Ce voyage m’a permis d’apprendre à vivre au présent alors que j’avais été formatée pour toujours avoir dix coups d’avance dans tout ce que je pouvais entreprendre. Il y a beaucoup de ma vie dans ce roman, j’aurais été incapable d’inventer une histoire de toutes pièces. Même si il y a toute la fiction qui va avec et qui enrobe cette histoire vécue, tout cela est le fruit de rencontres, d’expériences, de lectures en tous genres etc. »

DSC02209

Le partage comme leitmotiv

Au-delà de l’introspection devenue indispensable à Maud Ankaoua pour écrire ce livre, c’est aussi une volonté de partage forte et marquée que l’on doit trouver entre ses pages. Un partage d’abord avec ses proches, mais aussi avec ses lecteurs depuis devenus nombreux :

« J’avais envie de partager avec les gens que j’aime. Ce livre est comme une marque d’affection supplémentaire. Au début c’était une version juste pour mes amis, j’avais seulement eu envie d’écrire ce qui m’avait permis d’être ce que j’étais à ce moment-là, avec toutes mes failles. J’avais envie de remercier les gens du autour de moi, c’est pour cela que j’en avais d’abord fait un livre autoédité. Seuls mes proches et quelques rares intéressés pouvaient se pencher sur mon histoire. Au vu du succès rencontré sur la Toile, j’ai ensuite été contactée par un membre des Editions Eyrolles et une nouvelle aventure est née.»

DSC02223

Un apprentissage d’abord pour l’auteure

Alors que beaucoup de livres laissent à penser que le lecteur est le premier bénéficiaire des apprentissages possibles, l’auteure reconnaît que la première personne à avoir appris de ce roman n’est autre qu’elle-même. Que ce soit avant, pendant et après la phase d’écriture, Maud Ankaoua concède :

« Je découvre grâce à ce livre un certain nombre d’outils au niveau du développement personnel, que ce soit l’analyse transactionnelle et de nombreuses autres choses encore. On m’invite désormais pour animer des stages de développement personnel et cela me permet d’avoir un angle peut-être plus technique et plus théorique, un angle que je n’avais pas nécessairement avant. Ce livre a aussi été un apprentissage pour moi, que ce soit au moment de l’écriture mais aussi maintenant alors que l’ouvrage est sorti et disponible pour tous les lecteurs. Je découvre des façons d’être, des façons de vivre, des pratiques différentes des miennes. Ce voyage a été le déclencheur de ma démarche mais je suis fière aujourd’hui d’être encore dans une phase d’apprentissage, une phase qui ne laisse pas encore deviner sa finalité. »

DSC02224.JPG

La montagne comme personnage de roman

Parce qu’elle est un élément indispensable de ce Kilomètre zéro : Le chemin du bonheur, Maud Ankaoua n’a pas hésité à revenir sur le rôle de la montagne dans son livre et son histoire personnelle. D’abord, elle insiste sur la motivation nécessaire pour se confronter, physiquement et mentalement, à la montagne :

« Pour ce voyage, il fallait des ressources plein la tête c’est évident. Mais je suis persuadée que tout le monde peut entreprendre ce type de voyage, sans forcément disposer d’un niveau de compétences physiques incroyable. On se rend compte que dépasser ce type d’effort physique est en fait comme dépasser un gros stress dans une situation d’entreprise ou dans la vie de tous les jours. Vous vous dites « Je vais y arriver quand même, même si c’est difficile et même si c’est décourageant. ». Tout se joue finalement dans la tête lorsqu’on affronte la montagne. »

La considération que Maud Ankaoua a pour l’état physique et mental à avoir avant d’aborder ce type de périple est quelque chose que l’on retrouve dans son livre, de façon très marquée. L’auteure aborde donc cela juste avant d’évoquer plus précisément le rôle joué par cet élément, la montagne, dans son ouvrage :

« La montagne est comme un miroir géant. C’est une phrase de mon livre. La montagne est un endroit où l’on est complètement démuni, face à soi-même et à l’immensité de ce qui nous entoure. C’est le reflet de ce que l’on est au plus profond, déjà parce qu’on se trouve dans une situation où l’on est diminué mais aussi parce que l’épreuve est complexe et le corps mis à rude épreuve. La montagne nous ramène à notre toute petite condition, à notre petitesse. On peut alors penser à la possibilité d’apprendre à marcher. Pourtant il s’agit d’une étape très difficile de notre vie, on se lève, on tombe, on se fait mal. Et pourtant, autour de nous, tout le monde nous pousse à réussir et y arriver. Et malgré ce soutien, on ne peut y parvenir que seul, en parfaite autonomie. Et cela est un miroir de l’épreuve traversée dans la montagne. »

 

Quelques derniers échanges sont venus ponctuer cette rencontre avant de laisser place à la séance de dédicaces. L’occasion pour les lecteurs d’adresser leurs dernières interrogations à Maud Ankaoua.

Découvrez Kilomètre zéro : Le chemin du bonheur de Maud Ankaoua publié aux Editions Eyrolles.

 

5 réflexions sur “L’ascension d’une vie avec Maud Ankaoua

  1. Témoignage de ma vie !

    Je suis une parisienne, après 4 ans de mariage avec mon mari, il a divorcé avec moi pour une autre dame, je fais tout de mon possible pour qu’il me remarie avec moi, mais ce n’est pas facile de vivre divorcer, jusqu’à un ami à moi m’a dit de contacter un Médium lanceur de sorts Ali-Medium sur Internet qui l’a aidée à un problème similaire sans rien pris, au début, je doutais, mais j’ai décidé de faire un essai, quand je l’ai contacté (Téléphone et WhatsApp sur 00229 97 86 96 51) il m’a aidé, jette un rituel de réunifier et dans une semaine mon mari et moi à nouveau réunis. Sans vous mentir on vivre heureux en famille. Après satisfaction que je lui ai récompensée. Contactez ce grand Ali-Medium sur votre relation ou mariage problèmes et des retours d’affection de l’homme ou de femme. Il est joignable sur Téléphone et WhatsApp sur 00229 97 86 96 51 . Voici son E-mail : alimedium01@gmail.com . À Bientôt, la famille en détresse.

  2. Bonjour, je viens de terminer le livre kilomètre zéro que j’ai beaucoup aime, il m a permis de m éclater sur des questions pour les selles je n’avais pas le réponses
    Pour moi à chaque moment son livre …mon livre du moment était le livre de Maud 😊

  3. Lire éclairer au lieu de éclater et lesquelles au lieu de les selles …
    L écriture « automatique du portable mobile est parfois trompeuse 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s