Littératures de l’imaginaire : le lecteur disséqué

L’Imaginaire ayant pris le pouvoir en librairie pendant tout le mois d’octobre, c’est à ses lecteurs que nous nous sommes intéressés pour la douzième conférence de notre cycle destiné aux professionnels du livre qui vise à explorer les pratiques des lecteurs.

Fantastique, science-fiction, fantasy… Portées ces dernières années par de nombreux best-sellers et des adaptations à succès sur le grand et le petit écran, les littératures de l’imaginaire s’ouvrent à un public sans cesse plus large, tout en restant les grandes absentes des colonnes de la critique traditionnelle.

1.jpg

Qui est le lecteur d’imaginaire ? Quelle place accorde-t-il au genre dans ses lectures ? Comment se forment ses choix, ses fidélités, ses découvertes ?

Pour tenter d’en savoir plus sur ces lecteurs qui sont tout sauf imaginaires, nous avons mené une enquête du 5 au 11 septembre 2017 auprès de 3 428 lecteurs présents sur internet. Nous avions d’ailleurs déjà mené une enquête en 2015 sur ce lectorat. S’est-il métamorphosé en deux ans ? Quels changements, quelles évolutions peut-on évaluer ?

DSC01665

Présents à nos côtés pour interpréter les résultats de notre étude présentée par Octavia Tapsanji, responsable relations éditeurs de Babelio, nous avons convié Thibaud Eliroff, directeur des collections Nouveaux Millénaires et J’ai Lu SFMathias Echenay, fondateur des éditions La Volte ainsi que Stéphane Desa, directeur des collections Fleuve et Pocket Editions SF /Fantasy.

Les frontières sans cesse repoussées de l’Imaginaire

Comme nous le rappelions lors de la présentation de notre précédente étude sur ses lecteurs, « l’imaginaire » est une littérature difficile à définir. Sont inclus en effet sous cette appellation différents genres littéraires tels que le fantastique, la fantasy, la science fiction, mais aussi de multiples sous-genres comme l’uchronie, le steampunk, le space-opera, l’urban fantasy, la dystopie et la bit-lit. Sous-genres qui peuvent également eux-même se diviser à l’envie. Si la théorie du « multivers », c’est-à-dire celle qui suppose des univers multiples qui existeraient simultanément, est particulièrement appréciée de certains auteurs de science-fiction, peut-être faut-il parler des littératures de l’imaginaire comme d’un « multi-genre » !

3

C’est sans doute cette diversité intrinsèque à cette littérature qui explique le flou qui l’entoure. Nous avons demandé aux lecteurs de classer différentes œuvres dans le genre imaginaire. Il apparaît que seuls 30% des lecteurs identifient comme appartenant « tout à fait » au genre des ouvrages tels que Les Fourmis de Bernard Werber, La Métamorphose de Kafka ou Le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde. Et comme d’habitude, nous avons inclus dans la liste des titres pièges. Les Ecureuils de Central Park de Katherine Pancol a été identifié comme un roman issu des littératures de l’imaginaire par 4% des répondants. 

Pour Stéphane Desa, ces résultats confirment ses soupçons : le genre de l’imaginaire est toujours aussi mal identifié et c’est un vrai problème pour les éditeurs. Pour lui comme pour chacun des intervenants, c’est un travail que tous les éditeurs du genre doivent inlassablement fournir : réussir à mieux communiquer auprès du grand public alors que des grands noms de l’imaginaire sont proposés en France dans des collections « blanches », c’est à dire qui ne relèvent pas d’un genre. L’imaginaire doit-il pour autant avoir un rayon qui lui serait consacré en librairie, afin peut-être, de mieux l’identifier ? C’est, pour Mathias Echenay, une véritable interrogation dont il ignore la réponse : « Certains livres doivent être placés dans un rayon « imaginaire » mais d’autres livres dans un rayon de littérature « blanche ».

imaginaire-floues.png

Reste que le lecteur de Babelio, ou plutôt la lectrice – puisqu’elles sont très largement majoritaires sur le site -, est un grand lecteur et, surtout, un grand lecteur d’imaginaire. 89% des répondants à notre sondage s’identifient au genre.

Pourquoi lire ou ne pas lire de l’imaginaire

imaginaire 1

Ceux qui disent ne pas lire ce type de littérature, c’est à dire  11% des lecteurs interrogés, montrent une certaine méconnaissance du genre. Ils parlent ainsi d’une « littérature enfantine » trop rattachée à la jeunesse : « J’en ai lu dans ma jeunesse, a répondu un lecteur, désormais je lis des romans plus classiques. » En écho à ce sentiment, certains jugent le genre trop simpliste avec des personnages « pas assez fins » et des intrigues « immatures ». D’autres estiment qu’ils ne sont pas suffisamment accompagnés dans la découverte de cette littérature, que ce soit à travers leurs études, ou en librairie. D’autres enfin préfèrent aux livres d’autres médias comme le cinéma : « L’imaginaire pour moi, c’est le cinéma ».

 4.jpg

Si ces réponses sont minoritaires dans notre sondage, elles reflètent tout de même une réalité à laquelle est confrontée la littérature de l’imaginaire aujourd’hui. Alors que la culture pop a envahi les médias et que le cinéma de super-héros engrange chaque année des bénéfices record au cinéma, cela n’a nullement profité à la littérature. Prenons George R.R. Martin, par exemple. Pour Thibaud Eliroff, « l’immense succès de ses romans Le Trône de fer puis de la série télévisée tirée de ses livres n’a aucunement bénéficié à ses autres ouvrages ni, dans une plus large mesure, à la fantasy en général ». Une situation qui s’explique peut-être, pour Stéphane Marsan, directeur éditorial et littéraire mais aussi co-fondateur de la maison d’édition Bragelonne, par un malencontreux « hara-kiri » des éditeurs eux-même : à force d’augmenter la qualité de leur production, à travers les couvertures, les traductions ou encore la présence des auteurs en France, peut-être que les éditeurs ont raté le « massif », le grand public. Celui-ci a trouvé d’autres médias que les livres pour découvrir l’imaginaire.

La grande majorité des lecteurs ayant répondu au sondage a – heureusement – une vision plus positive du genre. Ils sont nombreux à lire régulièrement des ouvrages qui se rattachent à cette littérature. Pour ces lecteurs, ce genre est une manière de « s’évader », de « sortir de leur quotidien ». De même, ils louent la grande créativité des auteurs de SF, de fantasy ou de fantastique. L’évasion recherchée et la créativité des auteurs appréciée ne signifient pas pour autant un rejet du réel : ces différentes littératures leur permettent souvent, au contraire, de « réfléchir sur le monde présent », de « questionner les sociétés actuelles ».
Pour d’autres encore, à moins qu’il ne s’agisse également des mêmes lecteurs, les littératures de l’imaginaire sont tout simplement un genre littéraire comme un autre, aussi légitime et intéressant que peuvent l’être les romans policiers ou les romans dits de « littérature blanche ».

Comparer les résultats de notre étude avec celle de 2015 nous a permis de voir que la part de l’imaginaire avait légèrement progressé en 2 ans.

part.png

Ces résultats nous montrent qu’il existe en outre deux types de publics : un public de « puristes » (44% des répondants) pour qui l’imaginaire est un genre majoritaire et un public de « curieux » qui lisent de l’imaginaire mais également de nombreux autres genres littéraires. L’existence de ces deux publics pose question : comment s’adresser justement à ces différents types de lecteurs ?

Pour les éditeurs présents lors de la conférence, la question ne se pose pas en ces termes, il s’agit simplement d’essayer de communiquer l’enthousiasme qu’ils ont pour un livre à des lecteurs qui ne sont pas forcément le public du livre. Avec les couvertures de ses livres, Mathias Echenay essaie, chez La Volte, « de faire en sorte qu’elles correspondent à un goût supposé des gens qui pourraient aimer le livre ». Pour Stéphane Désa et Thibaut Eliroff, il s’agit avant tout de « choisir un texte ». Ils savent que le livre va avant tout s’adresser à une certaine cible. Il y a ensuite, à travers la couverture notamment, un équilibre à trouver entre cette cible et le plus grand public. Tous s’accordent à dire qu’il faut des médiateurs entre le livre et le public pour que celui-ci soit correctement informé. Un rôle que doivent (ou devraient) tenir les médias mais aussi les libraires. Il apparaît cependant que les libraires qui ont un rôle de guide auprès des lecteurs, ne sont pas forcément tous connaisseurs du genre.

Donnée intéressante qui ressort du sondage, il semble que les femmes privilégient le fantastique quand les hommes préfèrent plus largement la science-fiction même si la majorité des lecteurs apprécient différents genres. 59% d’entre eux lisent deux ou trois genres de l’imaginaire.

hf.png

diff.png

Pour ce qui est de l’appartenance du genre à une nationalité, notre étude montre que les lecteurs sont une majorité à associer les littératures de l’imaginaire aux auteurs anglo-saxons. La part des auteurs français a toutefois légèrement progressé en deux ans, passant de 7% à 9%. A noter d’ailleurs, qu’1 lecteur sur 4 lit en version anglaise originale.

anglo saxons.png

Sur la question du type de livres à travers lesquels les lecteurs lisent de l’imaginaire, on voit que les one-shot (publications en un volume) et les sagas sont les formats les plus populaires, des résultats identiques à notre étude de 2015. On note cependant que la part des recueils de nouvelles a augmenté en 2 ans, passant de 20% à 25%. Précisons d’emblée qu’ils ne sont par ailleurs que 57% à privilégier le poche, alors que le poche est, pour tout autre type de littérature, plébiscité par les lecteurs. Ceci est une vraie spécificité des littératures de l’imaginaire, qui s’explique par le fait qu’il s’agit d’un public de connaisseurs fidèles et attachés à leurs auteurs ainsi qu’à l’objet livre. C’est devenu, pour Stéphane Marsan, un véritable problème pour le secteur car le grand format s’adresse avant tout à une niche. Les éditeurs devraient être plus efficaces en poche.

47% des lecteurs interrogés lisent par ailleurs en numérique, un chiffre en progression par rapport à 2015. Ils étaient alors 38%.

saga.png

Les portes d’entrée du genre

Nous avons demandé aux lecteurs avec quel livres ils avaient découvert les littératures de l’imaginaire. On trouve dans la liste des classiques du genre comme Harry Potter de J.K. Rowling ou  Le Seigneur des anneaux de J.R.R Tolkien mais aussi des classiques d’école comme 1984 de George Orwell ou Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry. Les lecteurs citent également des ouvrages plus récents comme Hunger Games de Suzanne Collins ou A la croisée des mondes de Philip Pullman. D’autres ouvrages sont plus anciens : Voyage au centre de la Terre de Jules Verne ou Le Horla de Guy de Maupassant. A noter que sur la liste des 38 livres, les auteurs français représentent un quart des réponses même si le classement est largement dominé par les auteurs anglo-saxons.

5.jpg

Thibaud Eliroff trouve positif que les grands classiques comme 1984  soient des portes d’entrée au genre mais tous jugent dommage que malgré la présence d’ouvrages « jeunesse » tels que Harry Potter dans la liste, beaucoup de lecteurs aient abandonné l’imaginaire passé l’adolescence. La mission des éditeurs est peut-être justement de récupérer ceux qui ont quitté les terres de l’imaginaire après avoir dévoré Hunger Games. Pour Mathias Echenay, l’imaginaire reste pour beaucoup une littérature de jeunesse ou bien un « péché mignon ». Les lecteurs de 18-20 ans ne se retrouvent pas dans la SF ou le fantastique alors qu’ils ont adoré de nombreux ouvrages de Young adult ou bien Harry Potter. Mathias Echenay déclare ainsi avoir longtemps attendu, en vain, les enfants d’Harry Potter. Ils ne se sont jamais manifestés. Pire, le Young adult, qui comporte une large section imaginaire, s’est depuis quelques années imposé à tel point qu’il a occulté le reste de la production de SF ou de fantastique. Les jeunes lecteurs de Hunger Games sont restés lecteurs de Young adult et rares sont ceux à aller un peu plus loin en librairie pour trouver d’autres types de lectures qui pourraient pourtant les séduire. C’est là encore un travail que doivent effectuer de concert les éditeurs, les libraires et les médias.

porte.png

En février dernier, nous avions mené une enquête sur les adaptations de livres au cinéma. Il ressortait de cette étude que 70% des lecteurs avaient découvert un livre après avoir apprécié le film adapté. En est-il de même pour l’imaginaire ? Il semble que ce soit effectivement le cas, même si le résultat n’est pas aussi marqué : 59% des lecteurs sont « entrés » dans la littérature de l’imaginaire par un film.

cine.png

Lesquels ? On leur a également posé la question et ce sont majoritairement des films récents qui sont cités. On constate également qu’il y a un recoupement entre les oeuvres citées ici et la liste des romans qui leur ont fait découvrir le genre. Ceci témoigne du fait que ce sont des univers forts qui ont permis aux lecteurs d’entrer dans l’imaginaire, que ce soit par le texte ou par l’image. On note par ailleurs, sans grande surprise, que l’adaptation réussit plutôt bien à Stephen King, qui voit cinq de ses œuvres citées dans la liste (et le sondage a été réalisé avant la sorti du film Ça 🙂 )

Adaptation.png

Comment les lecteurs de l’imaginaire se procurent-ils leurs livres ?

La librairie occupe une place de choix pour les lecteurs et est en progression depuis 2015 (30% il y a deux ans contre 34% aujourd’hui). Les lecteurs multiplient cependant leurs sources d’acquisition, avec les librairies donc mais aussi les grandes surfaces culturelles, internet et les bibliothèques.

Quant à la question de la découverte de nouveaux romans, on constate que les lecteurs multiplient les supports, que ce soit en ligne ou en magasin. Chose étonnante, les médias occupent la quatrième place du classement alors que l’imaginaire est assez peu traité dans les médias traditionnels.

support.png

En terme de prescription toujours, les lecteurs semblent privilégier le bouche à oreille à travers Babelio, leur entourage, les blogs mais aussi l’avis des libraires.

Comme nous l’avions vu en 2015, les lecteurs sont peu attachés aux maisons d’édition ou aux collections même si certaines semblent bien identifiées. Les lecteurs témoignent par la même occasion d’un fort attachement aux maisons indépendantes comme l’Atalante, Les Moutons électriques ou Mnémos qui arrivent assez haut dans un classement dominé par Bragelonne.

maison.png

Les prix littéraires restent de leur côté assez peu connus même si le Grand prix de l’Imaginaire ainsi que quelques autres prix ont gagné en notoriété depuis 2015.

prix.png

C’est, sans grande surprise, le thème du livre qui reste l’élément essentiel dans le choix d’un ouvrage. Le nom de l’auteur ou la maison d’édition sont des éléments secondaires.

theme.png

De manière générale, les lecteurs sont contents du travail des éditeurs et les encouragent à poursuivre leur travail. Certains regrettent toutefois que les couvertures soient trop apparentées au genre et aimeraient qu’ils s’ouvrent à un nouveau public.
Ils aimeraient également que la place accordée aux auteurs français soit plus importante.
De même, ils regrettent souvent le découpage des séries qui ne reprend pas toujours la tomaison originale.

message.png

Des perspectives d’avenir

On constate que le Mois de l’Imaginaire, une initiative lancée en ce mois d’octobre 2017 par un collectif d’éditeurs, connaît une notoriété naissante. Un quart des personnes interrogées connaissaient l’opération, ce qui montre qu’il y a une bonne communication auprès du public.

imaginaire 2.png

La concertation des éditeurs est pour Stéphane Marsan, la vraie « lumière au bout du tunnel » pour le genre. C’est cette concertation qui a abouti au Mois de l’Imaginaire. Une nouvelle perspective pour mieux communiquer auprès du grand public ?

 Retrouvez l’intégralité de notre étude sur Slideshare

Masse Critique revient (et modifie son calendrier)

Le retour de Masse Critique

Masse Critique est de retour en cette rentrée pour une nouvelle opération spéciale littératures : recevez un livre en échange d’une critique.

mc-rentrc3a9e.jpg

Rendez-vous le mercredi 13 septembre à partir de 7h pour tenter de remporter le livre de votre choix.

Pour info, c’est près de 400 livres qui sont proposés par 131 éditeurs. Rentrée littéraire oblige, de nombreux ouvrages de la rentrée se sont glissés dans la liste !

Vous pouvez d’ores et déjà consulter la sélection.

Attention ! Au vu du nombre grandissant de lecteurs intéressés par l’opération et dans un souci d’équité, nous avons modifié quelque peu le mode de sélection des gagnants. Désormais les lecteurs ayant perdu de nombreuses fois bénéficieront d’un petit avantage par rapport aux lecteurs qui ont déjà gagné à plusieurs opérations.

Un nouveau calendrier

Certains seront peut-être surpris de ne retrouver dans la liste que des ouvrages de littérature. Nous avons en effet réorganisé notre calendrier et vous proposons désormais de nouvelles thématiques.

Il existe cinq types d’opérations :

  • Une dédiée à la littérature (il sera question de littérature française mais aussi étrangère, de théâtre, de poésie ou encore de romance).
  • Une opération consacrée à la non-fiction (nous proposerons des documents, des essais, des manuels et tout ce qui touche au pratique).
  • Une autre autour des « mauvais genres » (c’est à dire des littératures de genre que sont les romans policiers et les littératures de l’imaginaire).
  • Une masse critique graphique (englobant toutes les formes de bandes dessinées, en incluant évidemment les mangas et les comics mais également les beaux-livres).
  • Une opération jeunesse et jeune adulte (inutile de préciser 🙂 ).

Chacune de ces opérations de Masse Critique sera proposée deux fois dans l’année  :

calendrier mc.png
N’oubliez pas de mettre votre réveil pour la première opération qui commence mercredi à 7h ! 

Les controverses littéraires : notre feuilleton de l’été

En partenariat avec RetroNews, le site d’archives de presse de la Bibliothèque Nationale de France, nous vous proposons, tout l’été, un cycle d’articles consacrés aux grandes controverses littéraires.

le feuilleton de l'été (1).png

De l’insulte au chef-d’oeuvre

Certains romans publiés il y a quelques siècles sont aujourd’hui considérés comme des classiques de la littérature : ils sont étudiés à l’école, lus pour le seul plaisir de la lecture et encore grandement appréciés.  Mais comment ces oeuvres ont-elles été reçues initialement ?

Le parcours d’un livre de sa publication à sa « labellisation » en tant que chef-d’oeuvre ressemble parfois à un véritable chemin de croix. Quelques unes des oeuvres les plus appréciées des lecteurs ont d’abord été reçues par des insultes, des procès, des censures avant finalement de faire la gloire de leurs auteurs et de redéfinir le rôle et les possibilités de la littérature.

On vous propose de faire un petit bond dans le temps et de découvrir la réception des quelque unes de ces oeuvres qui font aujourd’hui l’unanimité.

Un feuilleton en neuf articles

« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui » disait Jonathan Swift.  Peut-on voir dans les réactions épidermiques qui ont accueilli ces ouvrages le génie de leurs auteurs ?

Hernani de Victor Hugo 

Notre premier article est consacré à Hernani, la pièce de Victor Hugo.

le feuilleton de l'été_hernani.png

La représentation de la pièce de Victor Hugo fut tellement chaotique, ses partisans et détracteurs si nombreux -et si bruyants- de chaque côté que c’est en des termes guerriers que l’on parle de la réception initiale de Hernani, comme si se jouait sur scène et pour les nombreux spectateurs autre chose que le « simple » destin tragique d’Hernani, le héro amoureux de Doña Sol qui donne son nom à la pièce. De fait, l’immense succès de celle-ci, malgré les attaques féroces de ses adversaires dans la presse et lors de ses représentations, consacre le théâtre romantique. Une « bataille » comme acte fondateur du romantisme en France ? Victor Hugo et ses fidèles n’auraient pu rêver plus beau récit.

Lire la suite

 

Indiana de George Sand

Le feuilleton se poursuit avec une étude de la réception d’Indiana de George Sand.

le feuilleton de l'été_indiana (1)

S’il y a un adjectif qui revient souvent lorsque l’on évoque l’oeuvre ou la vie de George Sand, c’est celui  de « scandaleux ». Ce fut pourtant la première femme écrivain française à vivre de sa plume. Elle a dû prendre un nom d’homme pour s’imposer dans un milieu littéraire tout à la fois machiste et jaloux. Mais en appelant incessamment au scandale, ce milieu n’a-t-il pas participé au succès de son oeuvre ?

Lire la suite

 

Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire

Que serait un dossier sur les controverses littéraires sans un article sur les Fleurs du mal de Charles Baudelaire ?

le feuilleton de l'été_les fleurs du mal.png
Il est peu d’élèves, aujourd’hui en France, qui ne doivent pas lire, apprendre ou étudier un poème des Fleurs du mal, le recueil de Charles Baudelaire. Il est même quelques établissements scolaires qui portent le nom du poète, dix-huit actuellement pour être précis, ce qui est certes moins impressionnant que pour George Sand ou Victor Hugo qui ont respectivement donné leur nom à 103 et 365 établissements, mais le fait qu’il y en ait ne serait-ce qu’un peut être interprété comme un retournement de situation improbable. Révérée au XXIème siècle, l’oeuvre de Baudelaire fut en 1857 jugée si scandaleuse qu’elle fut l’objet d’un retentissant procès aboutissant à une sévère censure du contenu du recueil. Comment expliquer ce revirement ? Que reprochait-on exactement à Baudelaire et à ses poèmes ?

Lire la suite

 

Madame Bovary de Gustave Flaubert 

On poursuit avec une oeuvre polémique s’il en est, Madame Bovary de Gustave Flaubert.

le feuilleton de l'été_madame bovary.png
Paru en 1857, soit la même année que Les Fleurs du mal auxquelles nous consacrions notre dernier article, le roman Madame Bovary de Gustave Flaubert a, comme le chef-d’oeuvre de Baudelaire, subi les foudres de la censure et le jugement moral de ses contemporains. Le roman a pourtant, au fil des mois puis des années, conquis lecteurs, auteurs et cinéastes, l’oeuvre étant régulièrement adaptée sur grand écran.

Lire la suite

 

Les Diaboliques de Jules Barbey d’Aurevilly

Les Diaboliques de Barbey d’Aurevilly méritent-t-elles leur nom ?

le feuilleton de l'été_les diaboliques

Au cœur de ses romans, l’auteur, pourtant fervent catholique, aimait mettre en scène les sentiments humains les plus noirs, les plaisirs les plus cruels. Quoique remarqués et commentés, ses récits ne lui ont jamais valu d’être inquiétés par la justice. Cela change en 1874 lorsque parait son recueil de nouvelles Les Diaboliques. A peine imprimés, des exemplaires de l’ouvrage sont immédiatement saisis par la justice. Jules Barbey d’Aurevilly était-il jaloux de l’accueil réservé aux Fleurs du mal de son ami Baudelaire ? A-t-il tout fait pour provoquer le scandale ?

Lire la suite

 

L’assommoir d’Emile Zola

On continue avec le volume des Rougon-Macquart qui a fait couler le plus d’encre dans la presse française : L’assommoir.

le feuilleton de l'été_lassommoir.png

De tous les ouvrages polémiques évoqués pour notre feuilleton de l’été, peu de livres auront provoqué autant de débats dans la presse littéraire et politique française que l’Assommoir, le septième volume de la série Les Rougon-Macquart. Peinture « trop noire » et « misérabiliste » du monde ouvrier d’un côté, « pornographie puante » de l’autre, le roman est l’objet, dès sa prépublication dans le journal Le Bien public, de toutes les conversations, l’auteur de toutes les insultes. Même les soutiens les plus anciens, tels Victor Hugo, désavouent Emile Zola.
Le livre est pourtant aujourd’hui considéré comme un classique de la littérature française. Que s’est-il exactement passé lors de la publication du livre ? Que disaient les critiques de l’époque et que disent les lecteurs d’aujourd’hui ?

Lire la suite

 

Les articles à venir

Bel Ami de Maupassant

Maupassant a été plus ou moins épargné par la censure. Son oeuvre a pourtant fait couler beaucoup d’encre…
le feuilleton de l'été_bel ami.png

Bel-Ami, le second roman de Guy de Maupassant n’a pas été l’objet de censures ni de procès retentissants. L’ouvrage est pourtant de ceux qui ont profondément agité les débats littéraires et moraux du XIXe siècle. En mettant en scène un personnage de journaliste aussi manipulateur et moralement ambigu que Georges Duroy, Guy de Maupassant ne jouait-il pas avec le feu des critiques ? Qu’ a pensé le public de ses aventures ?

Lire la suite

L’oeuvre d’Oscar Wilde

Pour reprendre, plus ou moins, l’une de ses plus célèbres citations, aucun dossier sur les grandes controverses littéraires sans un article sur Oscar Wilde ne semble digne d’un regard.

le feuilleton de l'été_le portrait de dorian gray

Ce n’est pourtant pas tant l’oeuvre de Wilde qui choqua ses contemporains. L’auteur irlandais aimait dire qu’il avait mis son génie dans sa vie que et son talent dans son oeuvre. C’est précisément sa façon de vivre qui précipita sa chute. Mort à 46 ans sous un nom d’emprunt dans une chambre d’hôtel parisienne, l’auteur est aujourd’hui célébré dans le monde entier. Que disaient les journalistes lors de la publication de ses ouvrages ? Quel regard portaient-ils sur l’auteur lors de sa chute ?

Lire la suite

L’amant de Lady Chatterley de D.H. Lawrence

Nous concluons notre dossier avec un article sur L’amant de Lady Chatterley de D.H. Lawrence.

le feuilleton de l'été_l'amant de lady chatterley.jpg

Le nom de l’écrivain D.H. Lawrence semble à jamais associé à celui de son héroïne, la sulfureuse Lady Chatterley. Publié en Angleterre plus d’une trentaine d’années après sa mort, L’Amant de Lady Chatterley provoqua, des deux côtés de la manche mais également dans à peu près tous les pays où il fut publié, des débats enflammés à propos de la littérature, de la morale et, bien sûr, de la censure. Le livre ne fut pas interdit en France et fit la gloire posthume de son auteur mais les critiques furent sévères. Ce roman tient-il de la pornographie ? La littérature peut-elle tout se permettre ?

Lire la suite

N’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de ces dossiers et, surtout, de ces oeuvres qui sentent le souffre !

Retour sur le pique-nique des 10 ans de Babelio

Ce n’était au départ qu’une façon informelle de rencontrer les membres du site, c’est devenu un rituel. Nous avons organisé il y a quelques jours la septième édition du pique-nique Babelio, au parc de Bercy pour les Parisiens, mais aussi à Lyon, Marseille, Nantes, Montpellier et Lille pour les lecteurs les plus éloignés de la capitale. En faisiez-vous partie ? Venez raconter votre expérience, sinon, nous vous proposons un petit rappel des faits pour que ne vous manquiez pas le prochain rendez-vous.

20170625_130511.jpg

10 ans de livres et d’échange

Si cela fait un peu moins de 10 ans que sont organisés les pique-niques de Babelio, cette édition fut l’occasion de célébrer l’anniversaire du site, créé en 2007. Peut-être vous souvenez-vous de ce que vous faisiez il y a 10 ans ? Si vous aimiez déjà les livres, il y a de fortes chances pour que l’on vous retrouve, si nous pouvions l’espace d’un instant revenir dans le temps, en train de faire la queue en librairie, chez vous, sous votre couette ou sur un banc, déjà au parc de Bercy peut-être, plongé(e) quoi qu’il en soit dans les toutes dernières aventures d’Harry Potter qui sortaient alors de librairie.
Il y a dix ans, trois petits rats de bibliothèque, qui se sont plus noblement appelés Les trois Ours, proposaient dans leur coin un site permettant de ranger ses livres, de partager ses critiques, de découvrir de nouveaux livres. Babelio ressemblait alors à ça :

captura

Les échanges entre lecteurs étaient encore peu poussés et ce n’est qu’en 2011 que nous avons proposé un pique-nique à Paris afin de mettre un visage sur les pseudos et amis virtuels rencontrés tous les jours sur le site.

Vous pouvez retrouver dans les archives du blog le compte rendu et quelques photos de la première édition -historique !- des pique-niques. Nous étions alors une vingtaine de lecteurs réunis sous la pluie certes, mais heureux de pouvoir partager un moment à parler de livres.
En 10 ans, le site a pris, grâce aux lecteurs, une nouvelle ampleur, nos pique-niques également.

La septième édition parisienne

Avec toujours le parc de Bercy comme immanquable point de rendez-vous, ce n’est plus une vingtaine de membres mais plus d’une centaine de lecteurs qui se sont réunis à Paris sous un soleil bienveillant. Au programme, pour commencer, un thé d’accueil, le tirage au sort d’un ticket de tombola et la possibilité de déposer, dans une boîte, le livre de la loterie.

 

Certains ont fait un effort tout particulier pour emballer le livre, en indiquant à qui celui-ci s’adressait plus particulièrement. L’idée, comme à chaque édition est de déposer un ouvrage emballé et accompagné d’un petit mot expliquant pourquoi il mérite à tout prix d’être lu. Chacun pioche ensuite dans la grosse boîte et repart avec un livre ainsi conseillé par un autre membre de Babelio.

20170625_130016.jpg

Une fois tous les livres déposés dans la boîte, tout le monde s’est installé afin de prendre part à un festin de Babette convivial : chacun était invité à apporter quelques mets préparés ou non et à les partager avec les autres : cake au poulet, clafoutis, macarons, financiers,  avez-vous goûté de tout ?

 

 

Qui dit anniversaire, dit cadeaux. Pour célébrer ces 10 ans, nous avions de nombreux goodies Babelio (des gobelets, carnets ou bloc-notes) à faire gagner. La seule condition étant de jouer et de remporter une des sessions de quiz organisées sur place. Evidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire et seuls les meilleurs -ou les plus chanceux 😉 – ont reporté les lots. Si vous voulez la prochaine fois repartir avec les poches remplis de cadeaux estampillés Babelio, pensez à réviser les quiz ! Les participants étaient libres de jouer seuls ou en groupe en formant une équipe.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Autant le dire tout de suite, la boîte de la loterie de livre a ensuite été littéralement dépouillé par les lecteurs, chacun piochant au hasard des emballages !  Les participants ont ensuite dévoilé quel livre ils avaient piochés. De quoi alimenter les conversations, sur la pelouse puis sur Babelio. On espère que vous avez tous aimé l’ouvrage reçu.

 

20170625_142542.jpg

Un pique-nique en amont de la rentrée littéraire

Peut-être vous êtes-vous demandé, en lisant l’article, pourquoi chaque lecteur, à son arrivée, a dû piocher un ticket de tombola. Il a eu son importance et pas des moindres puisque, en partant, chaque participant a pu récupérer un sac contenant un livre de la rentrée littéraire à venir glissé par l’équipe de Babelio. Merci à tous les éditeurs participants, tout le monde a été ravi de recevoir en avant-première un livre de la rentrée :

Au diable vauvert, Aux forges du vulcain, Belleville Editions, Bragelonne, Cherche midi éditions, Christian Bourgois, Fayard, Flammarion, Gaïa, Gallmeister, Héloïse d’Ormesson, La table ronde, L’âge d’homme, L’aube, Le Rouergue, Leduc S., Les Escales, L’iconoclaste, Louison Editions, Métailié, Mirobole, Philippe Picquier, Piranha, Place des Editeurs, Plon, Serge Safran , Stock, Verdier.

N’oubliez pas de poster une critique du livre si celui-ci vous a plu, (ou pas !).

20170625_142527.jpg

20170625_142721.jpg

20170625_142719.jpg

Un rendez-vous national

Le 25 juin fut un peu la journée nationale de Babelio. En effet, d’autres pique-niques ont été organisés aux quatre coins de la France ce jour-là, réunissant lecteurs et membres de Babelio. A Nantes, Montpellier, Marseille, Lille et Lyon, c’est autant de festins, de sessions de quiz et de discussions autour des livres qui ont été organisés.
Un grand merci à Cécile, Hélène, Catherine, Marine et Louise qui ont admirablement relevé le défi d’animer chacune une de ces cinq rencontres malgré le soleil de plomb. Leur gentillesse et leur sens de l’accueil ont été unanimement salués.
Nous  essaierons l’année prochaine de voir encore pus grand et de proposer l’événement dans d’autres villes. Si vous êtes intéressés, manifestez-vous !
Voici quelques images de ces pique-niques organisés dans toute la France :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci encore pour votre présence à ces différents événements. N’hésitez pas à nous dire avec quels livres vous êtes repartis. Nous organiserons un nouveau rendez-vous l’année prochaine. En attendant, nous vous proposons de revivre l’événement en vidéo : 

A l’année prochaine ?

Où nos pique-niques seront l’occasion de fêter nos 10 ans (dans toute la France)

Page générale

Babelio organise cet été son fameux pique-nique annuel. Cette année, nous vous proposons de fêter, en plus, les 10 ans de Babelio. Et comme nous voyons les choses en grand, nos pique-niques s’exportent hors de la capitale avec, en plus du pique-nique parisien, un nouveau rendez-vous à Lyon mais aussi à Lille, Marseille, Nantes et Montpellier.

Des plus fidèles membres de Babelio aux nouveaux inscrits en passant par les lecteurs les plus curieux, nous invitons toutes les personnes intéressées pour participer à l’un de ces pique-niques à s’inscrire sur la page d’inscription correspondante. Ces inscriptions nous permettront d’organiser ces pique-niques correctement et de vous tenir informés.

–       Le pique-nique parisien

–        Le pique-nique lyonnais

–       Le pique-nique lillois

–       Le pique-nique marseillais 

–       Le pique-nique nantais

–       Le pique-nique montpelliérain 

La date sera la même pour chaque pique-nique : le dimanche 25 juin à partir de 12h30. Au programme, une loterie de livres, des sessions de quiz et bien sûr un festin digne de Babette.

Comme l’équipe de Babelio ne pourra se multiplier, nous invitons des volontaires à se signaler lors de l’inscription pour nous aider à organiser chaque pique-nique situé en province : recevoir les cadeaux à distribuer lors du pique-nique, accueillir les participants, lancer les jeux. Les volontaires seront récompensés par des livres de la rentrée littéraires et des goodies Babelio qu’ils recevront en exclusivité.

Si à Paris, le point de rendez-vous sera comme d’habitude l’orangerie du parc de Bercy et à Lyon le Parc de la Tête d’or, nous conviendront ensemble des lieux des autres rendez-vous.

Si vous souhaitez venir accompagnés, vos amis sont également les bienvenus.

En attendant, merci de vous inscrire sur la page du pique-nique qui vous intéresse (pour rappel : Le pique-nique parisien ; Le pique-nique lyonnais ; Le pique-nique lillois ; Le pique-nique marseillais ; Le pique-nique nantais ; Le pique-nique montpelliérain) !

En direct du festival Quais du polar à Lyon

Après avoir parcouru les allées de Bruxelles et de Livre Paris, l’équipe de Babelio n’allait pas manquer la scène du crime la plus importante de la littérature policière, Quais du polar à Lyon qui se tiendra du 31 mars au 2 avril 2017. Vous pourrez, comme toujours, retrouver nos photos et actualités sur Twitter, Instagram et Snapchat.

 snapcode

L’édition 2017

La 13 ème édition de ce rendez-vous incontournable de tout amateur de noir sera notamment consacrée à l’Europe, d' »Est en Ouest ». Si le festival ne tourne pas le dos à l’Amérique, grande terre du polar, ce sont les terres encore peu explorées d’Europe que nous invitent à découvrir les organisateurs. De nombreux auteurs issus d’Allemagne, de Roumanie, d’Ukraine, d’Estonie, de Pologne ou encore de Serbie seront à l’honneur pour partager leurs visions respectives du polar et témoigner de la façon dont le genre permet de parler de leurs pays.

La notion de genre sera également au cœur des discussions avec la présence d’auteurs issus d’horizons littéraires a priori éloignés du polar mais qui interrogent ce genre littéraire à travers leurs oeuvres et les sujets qu’ils abordent. Et comme le genre, c’est également la question de la place des hommes et des femmes dans cette littérature, les festivaliers seront invités à réfléchir au rôle de la femme dans le polar, qu’elle soit « auteure, personnage ou lectrice ».

Enfin, si la littérature occupe une place de choix dans la programmation, le festival n’oublie pas le cinéma, les séries TV ou encore la musique avec une programmation qui mettra à l’honneur chacun de ces arts tout au long du festival.

Un riche et éclectique programme que vous pouvez retrouver en intégralité sur le site du festival.

Les auteurs invités

De nombreux auteurs sont bien évidemment attendus. Parmi ceux qui seront présents, vous retrouverez Marc Fernandez, que nous avions rencontré à l’occasion de la sortie de son roman Mala vida et qui vient de lancer une nouvelle collection de polar intitulée « Sang neuf » chez Plon. Les lecteurs de Babelio ont d’ailleurs rencontré récemment Janis Otsiemi, l’une des premières signature de cette collection avec Tu ne perds rien pour attendre. Janis Otsiemi sera également présent au festival.

Arnaldur Indriðason fait partie des stars de ce salon. L’auteur Islandais de La femme en vertLa cité des jarres ou plus récemment du roman Dans l’ombre sera présent pour plusieurs rencontres autour de L’Islande et de l’Europe.

Caryl Férey, qui avait présenté son livre Condor aux lecteurs de Babelio lors d’une rencontre sera également présent pour trois rencontres dont une autour de la présidence de Trump.

Clare MacKintosh a passé plusieurs années dans la police anglaise avant de se retirer pour prendre la plume. Elle a créé la sensation avec son premier roman Te laisser partir. Elle présentera à Quais du polar son deuxième roman Je te vois.

Dominique Sylvain qui avait séduit les lecteurs venus la rencontrer pour son récent Kabukicho, DOAHenri Loevenbruck, Marcus Malte, ou encore Michel Bussi sont quelques unes des grandes figures du polar qui vous donnent rendez-vous au festival lyonnais. Les rater serait un crime…

Vous pouvez voir sur le site du festival l’intégralité de la liste des auteurs invités.

Deux rencontres « Babelio »

Parmi les très nombreuses rencontres et tables-rondes proposées pendant le festival, deux seront animées par l’équipe de Babelio.

  • Samedi à 10h00, dans le Grand Salon de l’Hôtel de Ville : Faire du neuf avec du vieux : les ficelles du suspense littéraireNotre première rencontre réunira Barbara Abel, qui vient de publier un terrifiant Je sais pas,  M.C. Beaton, créatrice du personnage d’Agatha Raisin, présentée par l’éditeur comme une « Miss Marple d’aujourd’hui »,  Lisa Gardner qui invite ses lecteurs à faire un Saut de l’ange et enfin Val McDermid qui dans son dernier roman Les Suicidées s’attaque au harcèlement en ligne.Ces quatre auteurs seront invitées à évoquer la question du polar dans le monde moderne : « Art de l’intrigue bien ficelée, le polar est l’art du suspense. Dans un monde hyperconnecté, à l’heure où tout un chacun peut avoir un drone à domicile, est-il aussi aisé de faire du pur suspense psychologique et littéraire ? « 

    Ce diaporama nécessite JavaScript.


    Si ce thème ou ces auteurs vous intéressent, n’hésitez pas à venir assister à la rencontre.
  • Samedi à 15h30, dans la Salle Tony Garnier du Palais de la Bourse : Quand le polar devient manuel d’histoire Thierry Bourcy & François-Henri Soulié qui mettent notamment en scène Shakespeare dans leur dernier ouvrage écrit à quatre mains La conspiration du Globe, Éric Fouassier qui dans Le piège de verre situe l’action du roman dans la France de 1503,  Indrek Hargla dont les aventures de son héros Melchior l’apothicaire se déroulent en pleine Estonie du quinzième siècle et enfin Jacques Ravenne co-auteur des célèbres aventures du commissaire Antoine Marcas, maître maçon parti, un peu malgré lui, sur la piste du Graal dans L’Empire du Graal discuteront tous les cinq de leur rapport à l’Histoire, pour certains, au croisement entre le polar et le roman historique. »Le polar historique, c’est faire entrer une intrigue dans la grande Histoire. C’est aussi montrer au lecteur d’aujourd’hui de quoi il est le produit. C’est aussi, pour certains, l’occasion d’adopter une nouvelle grille de lecture… »

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

     Venez nombreux à cette rencontre placée sour le signe de la fiction et de l’Histoire. 

Des sessions de Quiz


Cela fait quelques années que des milliers de membres de Babelio s’amusent à créer des quiz et à s’affronter les uns les autres autour de la littérature. Piéger ses amis ou les lecteurs de passage autour du polar scandinave, des héros de polar français ou encore de la saga Millenium.

Pour Quais du polar, nous invitons les festivaliers à jouer en live à des quiz sur le thème du polar ! Des cadeaux sont à gagner pour les meilleurs participants.

  • Vendredi à 16h à l’Hôtel de ville
  • Samedi à 12h à l’Hôtel de ville.
  • Dimanche à 12h, toujours à l’Hôtel de ville

Il vous sera possible de jouer seul ou en équipe contre d’autres joueurs. Pour réviser, rendez-vous sur Babelio !

Vous allez à Quais du Polar, venez nous rejoindre pour les rencontres et les quiz ! Sinon, n’oubliez pas de nous suivre sur Twitter, Instagram et Snapchat (@babelio_off) !

Où l’on vous donne rendez-vous au salon Livre Paris 2017

C’est une nouvelle édition de Livre Paris qui ouvre ses portes vendredi, Porte de Versailles. Comme chaque année, l’équipe de Babelio y sera présente. Vous pourrez retrouver nos photos et actualités sur Twitter, Instagram et Snapchat (@babelio_off) !

Retrouvez vos critiques sur les stands des éditeurs

Comme lors de chaque édition ainsi que de nombreux festivals, nous serons de nouveau présents sur les stands de nombreux éditeurs ! En partenariat avec près d’une centaine de maisons d’édition, nous avons en effet distribué 520 extraits de critiques issues de Babelio. Saurez-vous retrouver la vôtre ? Parcourez les allées du salon pour découvrir vos cartons.

Les stands des éditeurs partenaires :

Addictives, Albin Michel, Allary Editions, Arthaud-Autrement, Audiolib, Aux Forges De Vulcain, Auzou, Balivernes, Belin, Bragelonne, Bruno Doucey, Ça Et La, Chandeigne, Christophe Lucquin, Critic, De Boeck Superieur S.A., Decrescenzo, Didier Jeunesse, Dupuis, Ecole Des Loisirs, Edb Editions, Edi8, Editions De La Gouttiere, Editions Du Chat Noir, Elidia, Faton, Fei Editions, First, Fleurus, Formulette, Geste Editions, Glenat Editions, Gulf Stream Editeur, Harlequin, J’ai Lu, Jouvence, Kana, L’aube, La Palissade, Larousse, Lattes, Le Castor Astral, Le Mot Et Le Reste, Le Pommier, Le Rouergue Jeunesse, Le Temps Des Cerises, Le Verger, Leduc S., Les Ardents, Les Editions Des Braques, Les Impressions Nouvelles, Libella, Livre De Poche, Locus Solus, Louison Editions, Memo, Nevicata, Palemon, Passiflore, Payot Et Rivages, Philippe Picquier, Place Des Editeurs, Points, Pygmalion, Robert Laffont, Rue De Sevres, Salvator Editions, Serge Safran, Tensing, Vert Pomme.

Si vous tombez nez à nez avec une de vos critiques ou avec celle d’un autre membre de Babelio, prenez la en photo et partagez là sur notre fil Twitter, ou sur Instagram !

Au programme des festivités

Le Maroc à l’honneur

Cette année, c’est le Maroc qui est le pays invité. Ce sera l’occasion pour les lecteurs de découvrir la littérature marocaine et ses auteurs. Nous vous proposons d’ailleurs via cette liste de retrouver les auteurs présents. De nombreux auteurs déjà bien connus des lecteurs français comme Tahar Ben Jelloun ou Leïla Slimani côtoieront des auteurs émergeant afin de montrer toute la richesse et la diversité du paysage littéraire marocain.

De nombreuses rencontres et tables rondes sont au programme. Si la plupart des animations ont lieu au sein du Salon, d’autres sont prévues hors les murs.

Rendez-vous sur Babelio pour en savoir plus sur la littérature marocaine ou le Maroc dans la littérature.

De nombreuses scènes littéraires

La scène littéraire

C’est sur cette scène que se rendront les plus grands auteurs français et internationaux. Voici quelques uns des auteurs invités et amenés à parler de leur travail :  Michel Bussi, David BoscPhilip KerrDelphine de Vigan, Véronique OvaldéJoann SfarGaël FayeDaniel Pennac,… le programme complet est à retrouver sur le site du salon.

Rendez-vous espace M15

La scène BD, manga, comics

La bande dessinée sous toutes ses formes ne sera évidemment pas oubliée lors du salon. Editeurs, auteurs et dessinateurs  se donnent rendez-vous sur la scène BD pour discuter du neuvième art et présenter leurs dernières créations. De nombreuses questions seront abordées : « La littérature est-elle soluble dans la BD et inversement ? », « Héros d’hier, succès de demain ? », « Mythologie, bande dessinée, mêmes combats ? »

Si ces thèmes vous intéressent et si ces questions vous turlupinent, direction emplacement S61.

La scène cuisine et bien-être

Ateliers et tables-rondes seront le quotidien de cette scène qui met à l’honneur « le corps et l’esprit ». Des concours seront même organisés.
Des écrivains, chefs pâtissier, grands chefs se succéderont sur scène.  Il sera ainsi question de la gastronomie chez Michel Houellebecq (!),de dégustation de vin, de buffet marocain ou corse…

Vous pouvez retrouver le programme complet ici. Et si ces thèmes vous passionnent, n’oubliez pas de consulter nos listes sur la gastronomie dans la littérature ou sur le bien-être.

La scène Cuisine et bien-être se trouve emplacement U68.

D’autres espaces et scènes sont proposées lors du salon, comme l’Agora, la scène professionnelle, la scène science pour tous, ou la scène CNL.  

Des expositions et des animations

Voici quelques unes des grandes expositions et animations proposées par le festival cette année.

Le Masque, 90 ans de polar

Les lecteurs de polars connaissent bien cette maison d’édition responsable de nombre de leurs nuits blanches ! Pour fêter ses 90 ans, le Masque vous invite à découvrir son histoire et ses auteurs phares : « Une reconstitution des faits de gloire de la maison s’affiche sur les murs, des tables vitrines exposent, telles des pièces à conviction, des éditions originales, pour certaines dédicacées par les auteurs les plus prestigieux dont Agatha Christie. »

Dix petits nègres - Fac similé 'prestige' par Christie

Vous croyez tout savoir sur le polar ? Alors testez vos connaissances sur le genre avec notre interrogatoire de police !

Jirô Taniguchi , le passeur

Décédé le 11 février dernier à l’âge de 69 ans, Jirô Taniguchi laisse derrière lui une oeuvre immense sur laquelle a décidé se pencher le salon Livre Paris : « Pour lui rendre hommage, une exposition sera présentée autour de trois thèmes centraux de son oeuvre : le Japon éternel, la Nature, et l’intime ».


Avez-vous déjà lu ses mangas ? Quel est votre oeuvre préférée du mangaka japonais Quartier Lointain aux Gardiens du Louvre, en passant par Le Journal de mon père ou Le Sommet des Dieux,

La dictée pour les Nuls

C’est une tradition, les visiteurs sont invités à tester leur connaissance de la langue française à travers une dictée géante.

« Trois catégories sont mises en place cette année : juniors (jusqu’à 15 ans), amateurs et experts. La remise des prix aura lieu sur le stand Édi8 en H47 à 15h00 le samedi 25 mars ».

Les rencontres premiers chapitres

Proposées par Babelio, ces rencontres invitent les lecteurs à s’entretenir avec des auteurs autour de leur dernier roman, certes, mais plus particulièrement autour du premier chapitre de celui-ci. Est-ce le chapitre le plus important du roman ? Le premier que les auteurs ont en tête ? Les lecteurs poseront directement leurs questions aux auteurs invités pour ces ateliers-rencontres, Orianne Charpentier, Marco Peano & Nino Haratischwili.

Vous rendez-vous au salon Livre Paris cette année ? N’hésitez pas à nous donner vos impressions ici-même !

Où Babelio vous donne rendez-vous à la Foire du Livre de Bruxelles

Après avoir sillonné les routes de France, s’être rendue à Brive, Saint-Malo, Montreuil ou encore Lyon, l’équipe de Babelio se rend cette année pour la première fois à Bruxelles pour la 47ème édition de sa Foire du Livre qui ouvre ses portes du 9 au 13 mars.
fdl.png

Cette édition est placée sous le signe du « réenchantement du monde ». Plus qu’un thème, il s’agit d’une véritable mission que se sont donnée les organisateurs de cette foire où les livres et leurs pouvoirs (magiques ?) seront célébrés : « Les auteurs sont des (ré)enchanteurs qui, grâce à l’imaginaire, l’action ou la réflexion, nous aident à construire ensemble un projet d’avenir avec la diversité comme dénominateur commun ».

Au programme, dés dédicaces naturellement (on parle de plus de 1000 auteurs présents) mais également des rencontres, tables-rondes, débats, ateliers-lecture, expositions, bar caché (!), escape room et de nombreux autres rendez-vous qui permettront à tous les lecteurs de se remettre un peu de baume au cœur dans ce monde « chahuté » de toute part. On rappelle d’ailleurs que l’entrée du festival est gratuite. Vous pouvez télécharger une place ici.

Les rencontres Babelio

L’équipe de Babelio vous donne quant à elle rendez-vous en deux (belles) occasions :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous avez lu et aimé ces ouvrages ? Vous souhaitez découvrir ces deux auteurs ? Venez nous rejoindre au Théâtre des Mots dès 16h pour une rencontre « Feel Good » !

  • Rencontre avec les lauréats belges du Fauve d’or d’Angoulême, Eric Lambé et Philippe de Pierpont (Dimanche 12 mars à 17h à la Grand-Place du Livre).Avec Paysage après la bataille, Eric Lambé et Philippe de Pierpont ont signé un ouvrage très original, illustrant le renouveau de la bande dessinée belge, et qui leur a valu de rapporter en Belgique le prestigieux Fauve d’Or d’Angoulême !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous avez aimé cette bande dessinée qui sort de l’ordinaire ? Vous souhaitez rencontrer leurs auteurs ? RDV dimanche 12 mars à 17h à la Grand-Place du Livre !

Le Quiz Babelio

  • Samedi de 18h à 19h sur la Grand-Place du Livre, on vous propose de tester vos connaissances littéraires autour d’une session de quiz. De nombreux cadeaux à la clé !
1.jpg

Une séance de quiz lors du festival Quai des Bulles à Saint-Malo

De nombreux cadeaux sont à gagner lors de cette séance de questions. Vous pouvez vous entraîner dès maintenant !

Etude de Lectorat : Les livres adaptés au cinéma

Lundi 13 mars de 14h30 à 15h30 au studio La Première.
Il y a quelques semaines, Babelio a interrogé ses membres sur leur rapport aux adaptations. Savent-ils toujours qu’un film est tiré d’un livre? Quel chemin font-ils du livre au film ou du film au livre? La mention de l’oeuvre originale est-elle un label de qualité ?

adaptations

Octavia Tapsanji, responsable relations éditeurs de Babelio présentera les conclusions de cette enquête. Guillaume Teisseire, cofondateur de Babelio, animera ensuite un débat avec  des spécialistes du sujet : Guillaume Missonnier, responsable relations libraires et bibliothèques des Editions Bragelonne et Laurent Duvault, directeur du développement et de l’audiovisuel de Media Participations.

Sur les réseaux sociaux

A noter qu’au delà de ses rencontres et de la session de quiz, Babelio vous donne naturellement rendez-vous tout au long de la Foire sur Twitter et Instagram pour partager ses impressions, ses photos et vous rappeler les moments importants de la Foire.

Images intégrées 5  

Les autres rencontres

De très nombreuses rencontres sont organisées tout au long de la Foire du livre. Si nous ne pourrons suivre la plupart d’entre elles, certaines nous intéressent fortement.

Vous pouvez consulter l’ensemble des rencontres ici. Parmi les auteurs que les visiteurs auront la chance de rencontrer, citons par exemple Timothée de FombelleDany LaferrièreBenoît PeetersHarlan CobenEric-Emmanuel SchmittGrégoire DelacourtGaël FayeEmilie Frèche et beaucoup beaucoup beaucoup d’autres

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les expositions

Exposition #JeSuisHumain – Amnesty International

Le réenchantement du monde est naturellement au cœur des différentes expositions de la Foire. Amnesty International propose une expo de photo intitulée  #JeSuisHumain. On ne peut plus dans l’actualité, l’expo montre « la faculté de résilience de ces hommes, femmes et enfants contraints de fuir les violences et les persécutions, et de partir chercher protection, ailleurs. »

Image(s)inaire – Editions Bragelonne

Les éditions Bragelonne, que les lecteurs de Babelio connaissent bien, proposent également une exposition consacrée aux nombreux artistes qui se cachent derrière les somptueuses couvertures des romans de l’imaginaire.

Un exemple ci-dessous avec la très appréciée couverture du livre Pays Rouge de Joe Abercrombie.

joe2.jpg

Vous pouvez retrouver l’ensemble des expositions proposées sur le site de la foire.
A bientôt à Bruxelles et n’oubliez pas de suivre nos aventures au plat-pays sur TwitterInstagram ou à commenter cet article.  Vous venez à Bruxelles également ? Venez vous manifester !

Où l’on vous donne rendez-vous au 44ème festival de la bande dessinée d’Angoulême

Comme tous les ans, l’équipe de Babelio sera présente au festival de la BD d’Angoulême qui célèbre, dès jeudi, sa 44ème édition.

hermannafficheangouleme2017

La BD est de nouveau à l’honneur en ce début d’année 2017. Après une édition 2016 compliquée, le festival international de la bande dessinée aura pour tâche de remettre le 9ème art sur le devant de la scène. Au programme, toujours autant d’expositions, de rencontres, de dédicaces et autres événements consacrés à toutes les facettes de la BD.

L’équipe de Babelio vous propose de suivre l’actualité du festival en direct. Ici même, retrouvez au jour le jour nos photos ainsi que nos commentaires. Plusieurs live-tweets ainsi que le programme des principales conférences sont à retrouver sur notre Twitter. Pour les amateurs de photos, suivez-nous sur notre compte Instagram que nous alimenterons tous le week-end. Nous vous invitons également à nous rejoindre sur notre tout récent compte Snapchat (@babelio_off) afin de découvrir les coulisses de notre voyage !

dsc00045

Nous vous avons concocté quelques entretiens avec des auteurs et dessinateurs. Vous les retrouverez également en lien sur cette page, un peu plus bas.

Le festival en images :

Le programme

Cette année, au delà des grandes expositions consacrées aux grands maîtres de la BD que sont Hermann (Grand prix 2016 et à ce titre auteur de l’affiche ci-dessus),  Will Eisner,  Mézières et Christin ou encore André Franquin, deux grands axes ont été choisis par les organisateurs : la bande dessinée jeunesse d’un côté et le rapport entre le 9ème et le 7ème art de l’autre. De nombreuses rencontres et expositions sont consacrées à ces deux thèmes.

Vous pouvez retrouver l’intégralité du programme sur le site du festival. Nous essaierons de couvrir le maximum de rencontres et expositions. Nous actualiserons cet article en fonction de nos ajouts.

Valérian

Il est quoi qu’il en soit assuré que nous nous rendrons à la grande exposition consacrée à Valérian. Organisée à l’occasion de l’adaptation très attendue de la BD au cinéma par Luc Besson mais aussi le 50ème anniversaire des aventures de Valérian et Laureline.

valoche.jpgL’expo permettra à ceux qui en douteraient encore de découvrir l’incroyable apport de cette série dans la science-fiction. Adapter la BD est d’ailleurs un rêve ancien de Luc Besson qui s’en était déjà inspiré pour son film Le 5ème élément. Le réalisateur n’est pas le seul artiste à s’être inspiré, plus ou moins directement, de l’oeuvre de Mézières et Christin. La saga Star Wars elle-même comporte quelques similitudes avec la BD française. Le film permettra-t-il au plus grand public de découvrir l’oeuvre ? Les premières réponses seront peut-être apportées lors de festival auquel vont se rendre les deux auteurs.

Rendez-vous à L’Alpha, la Médiathèque de Grand Angoulême, du 26 au 29 janvier 2017. 

Nos photos de l’exposition :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Will Eisner

eisner2

Une exposition est consacrée à l’auteur de BD américain Will Eisner décédé en 2005. Connu notamment pour son personnage de justicier masqué appelé The Spirit, mais également pour avoir popularisé le terme de « roman graphique » avec son ouvrage Un pacte avec Dieu, Will Eisner remporta le Grand Prix du Festival d’Angoulême en 1975 soit un an seulement après la création du festival.

Alors que l’on fête en ce mois de janvier les 100 ans de sa naissance, il était normal que le plus grand festival dédié à la BD honore l’un de ses auteurs les plus influents !

Rendez-vous du 26 janvier au 15 octobre 2017 à La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image pour découvrir l’exposition. 

Nos photos de l’exposition :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hermann

hermann.png

Grand prix du festival en 2016, Hermann est naturellement l’objet d’une exposition à Angoulême. Plus de 150 planches du très prolifique auteur de BD seront exposées au total. Une merveilleuse opportunité de voir l’évolution du style du dessinateur belge au cours de ses cinquante ans d’activité. Les visiteurs pourront seront également témoins de la grande diversité des thèmes et genres abordés par Hermann, même si le western aura une place de choix parmi les planches et dessins exposés.

Rendez-vous à l’espace Franquin, salle Iribe, du 26 au 29 janvier 2017

Hélas, les photos étaient interdites lors de cette exposition…

Le château des étoiles

chateauAvez-vous fait partie des lecteurs qui ont voyagé dans l’espace le temps de deux beaux albums signés Alex Alice ? Si vous n’avez pas encore été du voyage, le festival vous propose d’embarquer dans un « éthernef » en compagnie des héros de la BD Le Chateau des étoiles.

La BD raconte raconte la conquête de l`espace en plein XIXe siècle grâce à la découverte d’une matière appelée l`Ether…

A la veille de la publication du troisième tome, l’exposition « permettra aux visiteurs d’admirer en détail les planches originales d’Alex Alice, ainsi que des croquis préparatoires, des dessins inédits et des esquisses de recherches graphiques ».

Et pour patienter avant de la découvrir, retrouvez l’entretien qu’il nous avait accordé lors de la sortie du premier tome.

Rendez-vous au Quartier Jeunesse, Chais Magelis du 26 au 29 janvier 2017

Gaston Lagaffe

gaston

Gaston Lagaffe est un personnage créé il y a soixante ans par Franquin dans les pages du Journal de Spirou. A l’origine uniquement destiné à remplir les pages du journal, ce personnage-gag sans véritable emploi devient rapidement le héros (ou plutôt anti-héros) de ses propres bandes dessinées.

Pour les organisateurs, « cette exposition vient lui rendre hommage, et permet aussi de rappeler qu’André Franquin, aujourd’hui considéré comme l’un des auteurs les plus importants de la bande dessinée du XXe siècle, disparaissait il y a juste 20 ans. »

En attendant de vous rendre à l’expo, retrouvez dès maintenant notre dossier consacré au génial Franquin. On vous propose également un quiz sur l’univers de Lagaffe.

Pour l’exposition, rendez-vous Place de l’Hôtel de Ville du 26 au 29 janvier 2017

Les photos de l’exposition :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La French Touch de Marvel

A quoi ressemblent les grandes icônes des comics sous la plume, les feutres ou les aquarelles des dessinateurs français ? Marvel et Panini France vous proposent un aperçu avec une exposition au théâtre intitulée La french touch de Marvel.

Retrouvez toutes nos photos de l’exposition ci-dessous :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les rencontres

Riad Sattouf & Blutch

Une rencontre inédite a été proposée au théâtre d’Angoulême. Elle a réunit sur scène Riad Sattouf et Blutch. Si ces deux grands noms de la BD se connaissent déjà bien, ils se sont retrouvés face au public sans aucun animateur pour leur poser des questions. L’idée étant d’échanger, de discuter, de s’interroger mutuellement sans intermédiaire.

DSC00322.JPG

Les deux auteurs ont rapidement commencé à discuter de leurs approches respectives de la BD. Si Riad a déclaré penser continuellement à des lecteurs imaginaires en dessinant et notamment à une version fictive de sa grand mère qui n’aimait pas la BD -avec donc pour but de faire découvrir son travail à des lecteurs à priori réfractaires, Blutch a quant à lui confié n’avoir jamais en tête de lecteur quant il se met à écrire ou dessiner : « Quand je dessine, c’est pour m’échapper à moi-même. C’est également pour tenter de résoudre une énigme qui me tracasse personnellement mais je n’ai personne en tête. Je ne pense pas à de quelconque public ». Blutch n’est, dans le même registre, que très peu porté sur la discussion lors des séances de dédicaces alors que c’est ce que préfère Riad Sattouf, quitte à rater le dessin en question. Les rencontres sont pour ce dernier un moyen de sonder l’état d’esprit des Français : « Si on regarde les informations, les unes des journaux, on a l’impression que le monde s’abrutit de jours en jours. Je pense que c’est faux. Il y a une vraie soif de lecture de la part des Français. Je m’en rends compte en sillonnant la France à la rencontre de mes lecteurs. »

DSC00330.JPG

Le cinéma est également un point de ralliement entre les deux auteurs. Riad Sattouf a notamment réalisé deux films (Les Beaux Gosses et Jacky au royaume des filles) et Blutch a participé à de nombreux projets cinématographiques en tant qu’acteur. Le cinéma est également au cœur de son oeuvre.

blutch1

Blutch a cependant pris du recul ces derniers temps, avec un projet de scénario qui n’a pas abouti et qu’il n’a pas souhaité reprendre : « Je suis aujourd’hui plus heureux derrière une planche de dessins. » Pour Riad Sattouf, les choses sont un peu différentes : si le succès des Beaux Gosses lui a ouvert de nombreuses portes, elles ont été par la suite refermées par l’échec de son second film, Jacky au royaume des filles.

DSC00342.JPG

Cette mauvaise expérience a heureusement été suivie la même année par l’immense succès de sa BD L’Arabe du futur : « Je vois tout le temps des jeunes filles lire tes BD dans le métro ! » lui affirme Blutch. Ce dernier, une grande plume de la BD, que Riad a d’ailleurs énormément lu, voit le succès un peu différemment : « J’ai l’impression d’être un dessinateur pour dessinateur » ! Quant au statut d’auteur de BD, Blutch n’y voit aucun avantage : « Je ne sais pas trop comment me situer. La BD est encore très méprisée en France » même si, comme le concède Riad Sattouf, cela s’améliore d’années en années.

futurarabe

La rencontre se conclue sur une annonce fracassante, Blutch pourrait bien se remettre, un jour ou l’autre aux aventures de l’un de ses personnages phares : Blotch !

Les interviews

Dans le cadre du festival, nous avons réalisé plusieurs interviews d’auteurs.

51kzbaihmql-_sx195_Benjamin Frish, La famille Fun chez Çà et là , sélection officielle du festival 2017.

Cet album met en scène la décomposition d’une famille en apparence ultra soudée et modèle, suite à l’annonce d’un décès. Pourquoi avoir choisi ce thème particulier ? Comment est né ce livre ?

Ce qui m’intéresse le plus en tant qu’auteur, c’est la tension qui existe entre les histories que l’on raconte et celles que l’on a réellement vécues. La famille américaine parfaite est un archétype omniprésent dans la culture de mon pays ainsi qu’un thème récurrent de notre littérature. J’étais intéressé par l’idée d’explorer ce qu’il pourrait se passer si cette famille parfaite se désagrégeait et comment les personnages gèreraient les dissonances entre ce qu’on dit d’eux et une réalité complètement ravagée (…)

Découvrez l’interview complète de Benjamin Frish

51isecxfjel-_sx195_

Hervé Bourhis, Jacques Prévert n’est pas un poète, chez Dupuis

L’album raconte la vie de Jacques Prévert. Pourquoi avoir décidé de lui dédier un album ?    Avec Christian Cailleaux, on avait raconté la vie de Boris Vian, dans Piscine Molitor en 2009. Vian vivait sur le terrasse du Moulin Rouge, Cité Véron. Et il se trouve que son voisin était… Jacques Prévert ! On s’est dit que si le nom et une partie de son oeuvre était célèbre, sa vie et notamment la jeunesse du poète était méconnue et passionnante, et ça a donné ce projet. On travaille dessus depuis 2012 !

Découvrez l’interview complète 

51pbdyh7xzl-_sx195_Gengoroh Tamage, Le mari de mon frère tome 1 et 2, chez Akata , sélection officielle du festival 2017.

Le mari de mon frère raconte l’histoire de Yaichi et sa fille Kana, dont le quotidien est perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan, le mari du frère jumeau de Yaichi. Pourquoi avoir choisi d’évoquer l’homosexualité dans ce manga ? Quel est votre rapport à cette cause ?

Je suis moi-même gay, et par conséquent, en tant qu`artiste, c`est quelque chose qui a du sens (notamment du point de vue de l`esthétique). Cela fait plus de 30 ans que je dessine des mangas gay. Aborder, avec Le Mari de mon frère, la question de l`amour entre personnes de même sexe, en est la conséquence directe et logique. Cela étant dit, jusqu`à présent, je dessinais en recherchant et en exprimant la sensation de l`érotisme gay. Avec Le Mari de mon frère, j`ai changé mon approche, en cherchant à aborder les problématiques gays, et de la société en général, en dehors de celles de l`érotisme (…)

Parcourez l’interview complète 

bm_cvt_ce-quil-faut-de-terre-a-lhomme_5794Martin Veyron, Ce qu’il faut de terre à l’homme, chez Dargaud, sélection officielle du festival 2017.

Votre ouvrage est inspiré d’une nouvelle de Tolstoï. Peut-on parler d’une adaptation ? Comment avez-vous découvert ce texte ? Quel degré de liberté vous êtes-vous accordé par rapport à la nouvelle ?

Je crois qu`on peut parler d`une adaptation. J`ai découvert ce texte en 1962 dans la bibliothèque d`un collège de Jésuites.
Je me suis accordé une totale liberté pour l`adapter à la bande dessinée tout en veillant à ne pas en trahir l`esprit (…)

Retrouvez l’interview complète 

Vos critiques

carton BD AngoulêmeComme d’habitude, vous retrouverez des extraits de vos critiques sur les stands des éditeurs partenaires. Si vous tombez sur une des critiques, n’hésitez pas à la prendre en photo ! On propose de faire gagner un BD a celui ou celle qui aura le plus de photos de critiques. Vous pouvez participer sur Twitter, Facebook ou Instagram en n’oubliant pas de nous taguer 😉

Le Grand prix

C’est Cosey qui remporte le Grand Prix cette année ! 

cosey

Cosey  est un auteur suisse connu pour ses séries Jonathan et A La Recherche de Peter Pan, deux séries plébiscitées par les lecteurs. L’auteur a d’ailleurs lui aussi reçu le Fauve d’Or en 1982 pour le septième tome de Jonathan. Plus récemment, il a signé une aventure de Mickey dans laquelle ce dernier rencontre Minnie.
Vous pouvez retrouver l’entretien que l’auteur nous avait accordé à l’époque de la sortie du  tome 15 de sa série Jonathan.

Les deux autres finalistes : 

jimmy

Chris Ware est un auteur américain connu principalement pour Jimmy Corrigan qui raconte les aventures du garçon « le plus intelligent du monde ».  Hubertguillaud, un de ses lecteurs sur Babelio l’a qualifié de « régal sur le fond et dans la forme. du grand art en tout cas ». La BD a reçu de nombreux prix dont le Fauve d’Or en 2003.

combat

Manu Larcenet est un auteur français. Sa BD Le combat ordinaire, l’histoire d’un jeune photographe de presse s’interrogeant sur ce qu’il doit faire de sa vie, a séduit des milliers de lecteurs sur Babelio. L’oeuvre a d’ailleurs reçu le Fauve d’Or en 2004. Il est également l’auteur de Blast, autre grand succès critique ou encore d’un épisode One shot de Valérian, série à l’honneur pendant le salon.

Retrouvez la liste de tous les lauréats : http://www.babelio.com/prix/16/Angouleme

Où l’on vous présente les 16 livres les plus populaires de l’année 2016

Quels ont été les livres les plus populaires de l’année 2016 ?

Comme à chaque début d’année, nous vous présentons la liste des ouvrages qui ont été les plus populaires parmi les lecteurs de Babelio. Si l’on retrouve quelques têtes biens connues, les auteurs de premiers romans ont la part belle cette année et notamment –spoiler alert– à la première place du podium. Le classement semble assez varié avec des polars, des romans historiques, du jeune-adulte mais aussi des romans plus inclassables qui ont fait le bonheur des lecteurs. A noter qu’après une année 2015 très équilibrée en matière de parité, les auteurs masculins ont repris le dessus en 2016. Le palmarès est en outre quasiment intégralement dominé par la littérature française. Pour les besoins du suspens, les livres ont été classés par ordre de popularité, le plus populaire étant donc en bas de la liste. Précisons enfin que la popularité du livre est basée sur son nombre de lecteurs sur le site.

top

Vos livres préférés de 2016 font-ils partie de ce classement ? Lesquels auraient selon vous mérité de figurer dans ce palmarès ? N’hésitez pas à commenter cette liste dans les commentaires. A titre d’information, vous pouvez également retrouver les palmarès 2015, 2014, 2013, 2012.

16. Écoutez nos défaites de Laurent Gaudé

Écoutez nos défaites par GaudéC’était l’un des romans les plus attendus de la rentrée littéraire de 2016 et si Ecoutez nos défaites n’a finalement pas remporté de prix littéraires majeurs cette année, il n’a pas déçu les lecteurs et ouvre notre classement de 2016. Avec une moyenne de 4 sur 5, le nouveau roman de Laurent Gaudé publié chez Actes Sud a même conquis la plupart d’entre eux : « J’ai été subjuguée par le choix des mots. J’ai été conquise par la poésie qui se dégage de ces quelques pages » déclare Pas-chaha dans sa chronique du livre. Un sentiment partagé par d’autres lecteurs malgré les thèmes difficiles abordés par l’auteur français. Dans ce roman choral, ce dernier montre en effet que les victoires militaires sont également toujours des défaites.

Découvrez Écoutez nos défaites de Laurent Gaudé

Did I mention I love you ?, tome 1 par Maskame15. Did I mention I love you ?, tome 1, d’Estelle Maskame
Du haut de ses 19 ans, Estelle Maskame rencontre un franc succès avec le tome 1 de sa première série Did I mention I love you ? (DIMILY), paru chez Pocket Jeunesse. Les adeptes de la romance et du young adult ont suivi avec engouement les vacances d’Eden dans la nouvelle famille de son père et sa rencontre avec Tyler, son demi-frère au charme fou. Le réalisme avec lequel l’auteure décrit le quotidien et les sentiments de l’adolescente a rendu les lecteurs complètement accros !

Découvrez Did I mention I love you?, tome 1 de Estelle Maskame

14. Le dompteur de lions de Camilla Läckberg

Le dompteur de lions par LäckbergFaut-il encore présenter Camilla Läckberg ? Auteur suédoise de romans policiers plébiscités par les lecteurs du monde entier, la reine du polar nordique voit systématiquement ses ouvrages se placer en tête des ventes dans la plupart des pays européens. Le dompteur de lions, n’a pas fait exception à la règle. Au delà des chiffres de vente, la nouvelle enquête de sa fidèle héroïne Erica Falck, publiée chez Actes Sud, a de nouveau intéressé ses lecteurs tels que Pepitouille :  « Une histoire remarquablement bien construite, où les personnages se croisent, se cherchent et trouvent leur place au sein d’une enquête complexe ».
Comme toujours avec l’auteur, l’essentiel de l’action se déroule dans la petite ville côtière de Fjällbacka, en Suède. Une enquête commence lorsque, aux abords d’une forêt enneigée, une jeune femme à demie-nue est percutée par une voiture…

Découvrez Le dompteur de lions de Camilla Läckberg

13. L’horizon à l’envers de Marc Levy

L'horizon à l'envers par LevyDifficile de voir de grands perdants au grand duel qui oppose chaque année Guillaume Musso et Marc Levy. Si le premier a un certain avantage dans le classement, les deux auteurs sont tous les deux systématiquement présents dans nos palmarès annuels. Alors que Musso a proposé, pour sa cuvée 2016, un roman aux allures de thriller, Marc Levy a quant à lui choisi de s’exprimer à travers une histoire d’amour fantastique avec L’horizon à l’envers publié chez Robert Laffont. Il s’agit, pour BrooklynNoA, d’un « roman innovant, follement original, qui explore avec délicatesse la mémoire, les sentiments, le souvenir des êtres » .

Découvrez L’horizon à l’envers de Marc Levy

12. De force de Karine Giebel

De force par GiebelAlors que nombre de ses lecteurs se disent souvent traumatisés par la lecture des romans de Karine Giebel, ces derniers, masochistes convaincus, se replongent toujours avec plaisir dans les nouvelles productions de l’auteur français. De force, publié chez Belfond, peut-être moins violent que les précédents, a tout de même séduit ses lecteurs avec une histoire de vengeance et de secrets de famille peu reluisants. Et comme toujours, Giebel a l’art de surprendre ses lecteurs avec des fins « bluffantes ».

Découvrez De force de Karine Giebel

11. Désolée, je suis attendue de Agnès Martin-Lugand

Désolée, je suis attendue par Martin-LugandDans son quatrième roman, publié chez Michel Lafon, Agnès Martin-Lugand dresse une nouvelle fois un portrait de femme. Cette fois-ci, elle nous présente Yaël, une jeune femme carriériste aux ambitions sans limite que le passé va malgré tout rattraper. Avec une moyenne de 4/5, l’auteure a su conquérir le cœur des lecteurs séduits par l’authenticité et la fluidité de sa plume, qui porte avec légèreté un thème pourtant difficile : comment concilier vie professionnelle et vie personnelle.

Découvrez Désolée, je suis attendue d’Agnès Martin-Lugand

10. Rêver de Franck Thilliez

Rever par ThilliezDéjà présent dans notre classement des livres les plus populaires de l’année 2015, Franck Thilliez est revenu en 2016 avec un nouveau thriller psychologique angoissant qui, s’il s’intitule Rêver, tient plutôt du cauchemar. Il est question dans ce roman de disparition d’enfants mais aussi de la limite parfois floue qui distingue la réalité de la folie. On suit tout au long de l’intrigue un nouveau personnage de l’univers de l’auteur, une psychologue du nom d’Abigail qui aide la gendarmerie dans divers affaires criminelles. Seul problème, Abigail est également narcoleptique…
Avec une moyenne de 4,3, ce roman publié chez Fleuve éditions fait partie des plus appréciés de l’année.

Découvrez Rever de Franck Thilliez

9. Journal d’un vampire en pyjama, de Mathias Malzieu

Journal d'un vampire en pyjama par MalzieuLe leader du groupe de rock français Dionysos Mathias Malzieu a démarré l’année en nous livrant le témoignage poignant de son combat d’un an contre la maladie du sang qui l’a atteint en 2013. Il use avec brio de sa poésie et son humour pour nous raconter son quotidien de « vampire en pyjama », l’homme qui a besoin du sang des autres pour survivre. Loin de tomber dans le pathos, c’est une véritable ode à la vie comme le résume Valdeguy : « Quelle belle leçon de vie ! Quel courage ! Quelle détermination ! ». Paru aux éditions Albin Michel, il atteint une moyenne de 4.3/5.

Découvrez Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu

8. Le mystère Henri Pick de David Foenkinos

Le mystère Henri Pick par FoenkinosTrès apprécié des membres de Babelio, David Foenkinos ne pouvait manquer d’apparaître dans notre palmarès cette année avec Le mystère Henri Pick. Enquête littéraire, roman à mystère mais aussi satire du monde de l’édition, son nouveau roman, publié chez Gallimard, met en scène un bibliothécaire publiant les manuscrits refusés par les maisons d’édition : « Qui mieux qu’un auteur, résume Tynn, pouvait raconter le désir d’être reconnu et édité et l’angoisse d’être oublié? Foenkinos décortique cet animal bizarre qu’est l’écrivain, ses doutes, ses fragilités, ses rites ».

Pari réussi pour David Foenkinos qui a su continuer à séduire les lecteurs tout en changeant de registre  après un Charlotte particulièrement apprécié.

Découvrez Le mystère Henri Pick de David Foenkinos

7. Le Temps est assassin de Michel Bussi

Le Temps est assassin par BussiAvec Le Temps est Assassin, publié chez Presses de la Cité, Michel Bussi délaisse sa chère Normandie pour nous emmener cette fois-ci en Corse où Clothilde passe des vacances en famille mais ne peut s’empêcher de retourner sur le lieu de l’accident qui a coûté la vie à ses parents et à son frère. Du moins c’est ce qu’elle pensait jusqu’à ce qu’elle reçoive une note.. de sa mère. L’écrivain nous avait d’ailleurs parlé de ce livre lors d’une rencontre durant le festival de Brive. Avec une moyenne de 3.9, il a su tenir de nombreux lecteurs en haleine non déçus de ce petit détour sur l’Île de Beauté, comme Tiben : « Comme d’habitude, on tourne les pages rapidement et avec avidité, curiosité et impatience. Et comme d’habitude, on est bluffé en tournant la dernière page et en refermant le livre ».

Découvrez Le Temps est assassin de Michel Bussi

6. Trois jours et une vie de Pierre Lemaitre

Trois jours et une vie par LemaitreSes lecteurs les plus fidèles s’étaient peut-être inquiétés de voir Pierre Lemaitre remporter le prix Goncourt en 2013 pour son roman picaresque Au revoir là-haut. L’auteur allait-il abandonner le roman noir qui avait fait sa renommée ? Allait-il pouvoir rapidement se remettre à l’écriture après pareille récompense ?
L’auteur a tenu à rassurer son monde. Non seulement est-il revenu cette année à son genre de prédilection mais il a aussi séduit ses lecteurs. « Un roman noir abouti et passionnant » pour marina53 ; « une histoire sombre et captivante » pour debbydeb01 et au final une jolie moyenne de 3,8/5. Trois jours et une vie est publié aux éditions Albin Michel.

Découvrez Trois jours et une vie de Pierre Lemaitre

5. La fille de Brooklyn de Guillaume Musso

La fille de Brooklyn par MussoLes palmarès se suivent et se ressemblent pour Guillaume Musso, qui ne devrait toutefois pas s’en plaindre. L’auteur français a en effet une nouvelle fois un livre classé dans notre liste des ouvrages les plus populaires de l’année passée. Une nouvelle consécration pour l’auteur de la Fille de Brooklyn, publié chez XO éditions .
« Si j’avais commis le pire, m’aimerais-tu malgré tout ?  » voilà la question posée par Anna au héros de cette nouvelle énigme de Musso. C’est le début d’une course poursuite haletante entre Paris et New-York. « Une vraie enquête, avec du sang, des morts, du suspense et une course haletante à la recherche de la vérité ». Le Musso 2016 semble donc avoir été un bon cru !
Découvrez La fille de Brooklyn de Guillaume Musso

4.Petit pays de Gaël Faye

Petit pays par FayeLe rappeur Gaël Faye a mis la scène de côté le temps de nous livrer un premier roman très bien accueilli puisqu’il atteint une moyenne (impressionnante) de 4.4 pour près de 1400 lecteurs. On y suit Gabriel, un Burundais qui, du haut de ses dix ans, voit se profiler la séparation de ses parents puis la guerre civile. La narration bouleversante n’a laissé personne indifférent, et surtout pas Annette55 : « Un très beau texte, bouillonnant, gracieux, un mélange de sensations, de goûts, de sons et d’odeurs exprimés avec une infinie délicatesse ». Récompensé par de nombreux prix dont le très convoité Goncourt des Lycéens, son succès semble amplement justifié. A retrouver aux éditions Grasset.

Découvrez Petit pays de Gaël Faye

3. Chanson douce de Leïla Slimani

Chanson douce par SlimaniCertains lecteurs, sur Babelio, se doutaient qu’il y avait dans Chanson douce de Leïla Slimani l’étoffe d’un Goncourt. « Je souhaite beaucoup de succès à Leïla Slimani, parce qu’elle le vaut bien. Et pourquoi pas le Goncourt ? » s’interrogeait malicieusement nameless dans sa critique en plein mois d’août. « Un livre dont on va, je pense, entendre parler pendant très longtemps » prophétisait également karaokepda quelques mois avant que le prix littéraire le plkus important de la scène littéraire français ne soit finalement attribué à ce livre.
Publié chez Gallimard, ce roman raconte une histoire bien sordide, celle du meurtre de deux enfants par leur nounou. Qu’est-ce qui a bien pu déclencher cette folie meurtrière chez cette nounou qui avait tout pourtant, aux yeux des parents, d’une Mary Poppins moderne ?

Découvrez Chanson douce de Leïla Slimani

2. Harry Potter et l’Enfant Maudit de Jack Thorne

Harry Potter et l'Enfant Maudit par Thorne2016 aura été marqué par le retour de notre sorcier à lunettes préféré dans une pièce de théâtre que l’on retrouve aux éditions Gallimard Jeunesse. Celui que nous connaissions sous les traits d’un jeune homme est désormais employé au Ministère de la Magie et père de famille. Son passé tumultueux le tourmente et apparaît comme un fardeau pour son fils, Albus. Véritable succès de l’année, le livre a rapidement atteint le top des ventes, et ce bien avant sa traduction. La pièce a su ravir les fans comme LiliGalipette : « Sans tomber dans le fan service, John Tiffany et Jack Thorne ont inscrit leur texte dans un univers riche et désormais incontournable ». Elle obtient une moyenne de 3.56.

Découvrez Harry Potter et l’Enfant Maudit de Jack Thorne

Et le livre le plus populaire de l’année 2016 sur Babelio  est :

1. En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut

En attendant Bojangles par Bourdeaut

C’est sans conteste LE livre de 2016. Publié chez la maison d’édition bordelaise Finitude et arrivé presque par surprise dans les librairies en janvier 2016, ce premier roman d’Olivier Bourdeaut, un auteur alors inconnu, a séduit à peu près tous les lecteurs, des membres de Babelio (plus de 2000 lecteurs et une moyenne de 4,1/5) aux libraires en passant par les jurés de nombreux prix littéraires.

Au rythme des pas de danse des parents du narrateur, ce roman raconte une histoire d’amour et de folie. Il s’agit pour la lectrice AudreyT d’un « roman drôle, tendre, mais aussi déstabilisant, déroutant et magique ».

« Je ne sais pas s’il est bon d’être anormal, nous avait confié l’auteur lors d’une interview, mais je pense que la société a besoin des pragmatiques pour lui permettre d’avancer et des fêlés pour la faire rêver ».

Découvrez En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut