Le festival America à la (re)découverte du Canada

america2018.jpg

C’est un rendez-vous que tous les amoureux des littératures et des cultures d’Amérique du Nord guettent tous les deux ans, que tous les lecteurs préparent avec une certaine impatience (c’est long deux ans !). La nouvelle édition – la neuvième- arrive enfin : le festival ouvre ses portes du 20 au 23 septembre à Vincennes.

En 2016, c’est tout un festival qui s’interrogeait sur l’état de l’Amérique au moment de l’élection surprise de Donald Trump. Cette année, les regards se portent un peu plus au Nord, vers le Canada.

Le programme

Le festival s’intéresse cette année au Canada et à ses différents écrivains. C’est d’ailleurs plus d’une trentaine d’entre eux qui sont invités, anglophones et francophones, soit comme l’annoncent fièrement les organisateurs « la plus importante délégation d’auteurs de ce pays à venir en France ces dernières années ».

Vous pouvez découvrir ici la totalité du programme et des auteurs invités. De très grands noms de la littérature canadienne -mais pas seulement, seront au rendez-vous : John Irving qui célébrera avec le public les 40 ans de son roman culte Le monde selon Garp, Margaret Atwood, superstar des lettres depuis le succès planétaire de La servante écarlate,  Patrick DeWitt, qui parlera de son livre Les Frères Sisters mais aussi de sa récente adaptation au cinéma, Nicolas Dickner à qui nous avions posé quelques questions pour son très beau roman NikolskiChristian Guay-Poliquin que certains babelionautes avaient rencontré il y a quelques mois lors de la sortie de son roman Le poids de la neige, Tadzio Koelb qui a répondu à nos questions pour son premier roman Made In Trenton, Jennie Melamed, interrogée également sur Babelio il y a quelques semaines pour son roman Et nous ne vieillirons jamais ou encore Nathan Hill, promis aux plus hautes gloires littéraires depuis la publication de son roman Les fantômes du vieux pays.

Pour vous aider à vous retrouver parmi cette forêt non pas d’érables mais d’auteurs, nous vous proposons deux vidéos.

La première revient sur les différentes littératures que l’on retrouve au Canada :

Le seconde revient sur certains des auteurs présents cette années et des rencontres à ne pas manquer :

 

Les rencontres Babelio

Nous animerons certaines rencontres cette année et serions ravis de vous y retrouver ! protest1

Voici notre programme :

– Paysages canadiens

IMG_3840.JPGOn vous attend samedi 22 septembre à 12h salle Carlos Fuentes. Trois auteurs canadiens évoquerons leur rapport aux paysages canadiens : Emma Hooper auteur du roman Les chants du largeLise Tremblay qui publie L’habitude des bêtesD.W. Wilson qui propose un recueil de nouvelles intitulé La souplesse des os.

Un territoire à l’immensité uniquement comparable à la beauté et à la diversité de ses paysages… Quelle relation les écrivains canadiens entretiennent-ils avec les grands espaces sauvages, avec la terre et le paysage ? Quelle place le monde naturel tient-il dans leur inspiration et dans leurs livres ?

Le lien vers l’événement : https://www.festival-america.com/les-evenements/les-sc%C3%A8nes/paysages-canadiens-1.html

– Éloge de la bande et du roman dessinés

42215697_1084723988345144_9134943294499848192_n.jpgRencontre exceptionnelle samedi 22 septembre 18h15 salle Octavio Paz entre deux auteurs de bandes dessinées, Emil Ferris qui publie son premier roman graphique Moi ce que j’aime, c’est les monstres et Joann Sfar qui connaît une triple actualité avec la publication de Puisque tout le monde veut la Guerre, le tome 2 de l’Ancien Temps, la sortie du huitième tome du Chat du Rabbin et la publication également d’un essai Modèle Vivant (nous parlerons peut-être aussi de sa BD Aspirine, objet d’une belle rencontre entre Joann Sfar et les membres de Babelio).

La littérature ne passe pas seulement par les mots mais aussi par le dessin. De plus en plus de romans graphiques ou graphic novels s’offrent au lecteur dans les librairies et bibliothèques. Adaptations de standards de la littérature ou œuvres originales, ces livres permettent une autre expérience de la lecture. Pour l’auteur, quel est le rapport au texte lorsque le dessin prend la main ? Comment s’articulent-ils l’un l’autre ? Y-a-t-il des difficultés des écueils ? Qu’est-ce qu’un roman graphique ou une bande dessinée réussie ?

Le lien vers l’événement : https://www.festival-america.com/les-evenements/les-grands-d%C3%A9bats/g%E2%80%A6-comme-graphique-eloge-de-la-bande-et-du-roman-dessin%C3%A9s.html

– Manhattan stories


IMG_3717.JPGDimanche 23 septembre 14h
, on vous propose un petit voyage littéraire à New-York en compagnie de trois guides de choix : Vivian Gornick qui vient de publier un ouvrage intitulé La femme à part, Kristopher Jansma auteur de New-York Odyssée et Jacqueline Woodson qui après de nombreux ouvrages jeunesse, oublie un roman adulte intitulé Un autre Brooklyn.

Elle est à elle seule un véritable personnage de roman, un monde en soi, une métropole qui ne s’arrête jamais. Elle nous fascine et habite notre imaginaire, plus que toute autre ville. Que représente cette ville pour nos invités ? Qu’a-t-elle à leurs yeux de si particulier ? Comment écrit-on New York ? Chacune ou chacun possède-t-il sa version personnelle de cette ville ? Itinéraire en compagnie de trois auteurs dont les livres ne pourraient en aucun cas se dérouler ailleurs…

Le lien vers l’événement :  https://www.festival-america.com/les-evenements/les-grands-d%C3%A9bats/n%E2%80%A6-comme-new-york-manhattan-stories.html

Les cartons

Comme pour la plupart des festivals avec lesquels nous sommes partenaires, nous vous proposons une grande « chasse au trésor » dans les allées du salon. 63 critiques de lecteurs sont en effet à retrouver sur les stands des éditeurs. Arriverez-vous à retrouver votre critique ? Si c’est le cas, n’oubliez pas de nous avertir sur Twitter ou Instagram.

carton_presentations_editeurs_petit.jpg

Défi d’écriture

On a profité de ce festival et de ses thèmes parfois champêtres pour vous proposer un défi d’écriture autour du thème : la forêt.

Comme d’habitude, il n’y a pas de limite pour la taille de vos textes, vous êtes totalement libre : votre imagination est votre seule limite ! Pour participer, c’est ici.

Le jeu de l’été #2 : la playlist des écrivains

Voici le deuxième couplet de notre jeu de l’été, un jeu aussi bien consacré à la littérature qu’à la musique !

Jeu de l'été 2018_blog_partie 2.jpg

Nous vous proposons, comme le mois dernier, une liste de 25 chansons de divers genres musicaux. Votre but : identifier un écrivain ou un livre associé à la chanson. Il peut s’agir d’un écrivain auteur de la chanson, de l’adaptation d’une oeuvre en musique, d’une simple (mais évidente) référence ou d’une musique qui a fortement inspiré un roman. 

Il vous faut donner en commentaire le numéro de la chanson et le livre ou l’auteur associé :

1. En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut
2. Nom de l’écrivain qui a écrit la chanson en question
3. Roman dont il est question dans la chanson
etc… (Rappel : Il peut s’agir d’un écrivain auteur de la chanson, de l’adaptation d’une oeuvre en musique ou d’une simple (mais évidente) référence littéraire.)

Pour vous donner une idée vous pouvez regarder comment cela s’est passé pour la session de juillet.

Les commentaires sont cachés et ne seront dévoilés que le vendredi 31 août.

Nous tirerons au sort deux participants de chaque session (deux pour la session de juillet et deux pour la session d’août) pour recevoir des livres de la rentrée littéraire !

N’hésitez pas à participer même si vous n’avez pas tous les résultats d’un coup 🙂

La playlist

1. « The Jean Genie » de David Bowie :

2. « Soma » de The Strokes :
3. »White Rabbit » de Jefferson Airplane :
4. « Paranoid Android » de Radiohead :
5. Op. 168, No. 1 d’ Anton DIABELLI:
6. « Tender » de Blur :

7.  « Venus In Furs » du groupe The Velvet Underground :

8. « Contre l’amour » d’Isabelle Huppert :
9.  « Sympathy For The Devil » du groupe The Rolling Stones :
10.  « Trois poèmes pour Annabel Lee » de Hubert Felix Thiéfaine :
11. Les variations Goldberg de Johann Sebastian Bach par Glenn Gould :
12. « Pauvre Lola » de Serge Gainsbourg :
13. « L’horloge » de Mylène Farmer :
14. « Passengers » de Stephen Emmer (Feat Lou Reed) :
15. « Il n’y a pas d’amour heureux » de Françoise Hardy (et George Brassens) :
16. « Je voudrais pas crever » de Eiffel :
17. « The Invisible Man » de Queen :
18. « Atrocity Exhibition » de Joy Division :
19. La Symphonie pastorale de Beethoven :
20. « I Robot » de The Alan Parsons Project :
21. « Lettre à Milena » de Art Mengo :
22. « So Light Is Her Footfall » de Air :
23. « Four Walls » de Bastille :
24. Ô Amazonie de Gérard Manset :
25. « Firework » de Katy Perry :

MISE A JOUR : Les réponses

Merci à tous d’avoir participé à la deuxième partie de notre jeu de l’été sur les liens entre chansons et littérature ! Les commentaires sont désormais réactivés et deux participants seront sélectionnés et contactés en message privé.

Les réponses : 

1. « The Jean Genie » de David Bowie :

Tout était dans le titre ! Un jeu de mot (maladroit ou pas) autour de l’écrivain français Jean Genet. Il est question dans la chanson d’un personnage fictif inspiré autant de Jean Genet que d’Iggy Pop. Immense lecteur, David Bowie a par ailleurs souvent rendu hommage à ses auteurs préférés. Vous pouvez par exemple retrouver la longue liste de ses recommandations de lecture. Elle est extrêmement riche et surprenante même s’il a oublié d’y inclure des écrivains français…

2. « Soma » de The Strokes :

Le mot « Soma » a forcément dû parler aux lecteurs du Meilleur des Mondes, le chef-d’oeuvre d’Aldous Huxley. Il s’agit de la drogue distribuée chaque jour au peuple pour que tout le monde se sente heureux. Un point de départ idéal pour une chanson du groupe de rock new-yorkais The Strokes.

3. »White Rabbit » de Jefferson Airplane :

La chanson fait évidemment référence au roman Alice au Pays des merveilles et à sa suite De l’autre côté du miroir, le diptyque de chevet de tous les groupes psychédéliques des années 1960 dont Jefferson Airplane faisait partie. La chanson regorge d’allusions aux romans de Lewis Carroll mais aussi à diverses substances hallucinogènes. C’est d’ailleurs la volonté de Jefferson Airplane de montrer à travers la chanson qu’il est également question de drogue dans le roman de Lewis Carroll. On a choisi ce titre pour faire le lien entre la musique et l’écrivain de littérature jeunesse anglais mais les références à Alice dans la musique populaire du 20e siècle sont innombrables.

4. « Paranoid Android » de Radiohead :

L’expression Paranoid Android désigne un personnage de la littérature de science-fiction, Marvin, que l’on retrouve dans Le Guide du voyageur galactique de Douglas Adams. C’est un robot dépressif, parfois un brin cynique et très intelligent qui, à son grand désespoir, n’est souvent utilisé que pour apporter le café (ou ouvrir des portes). Dans la chanson, Thom Yorke, le chanteur du groupe anglais Radiohead, se compare, avec humour, à Marvin.  Il dira à propos de cette chanson : « Le titre a été choisi comme une blague. C’était comme si je disais « oh je suis tellement déprimé » et j’ai pensé que c’était génial. C’est exactement comme cela que les gens AIMERAIENT que je sois. »

5. Op. 168, No. 1 d’ Anton DIABELLI :

C’est un lien d’un genre différent que nous proposions ici. Cette oeuvre musicale n’est pas inspirée d’un roman (à notre connaissance) mais a été utilisée par Marguerite Duras dans son roman Moderato Cantabile. C’est une sonatine de Diabelli que la professeure de piano essaie désespérément de faire jouer à son élève.
6. « Tender » de Blur :
Si le titre est déjà un indice, ce sont les premiers mots de la chanson qui auraient dû mettre sur la piste même les moins bilingues d’entre vous : « Tender is the night », une référence directe au roman de Francis Scott Fitzgerald Tendre est la nuit.

7.  « Venus In Furs » du groupe The Velvet Underground :

Comme son ami David Bowie, Lou Reed était un grand lecteur qui n’hésitait pas à citer ses auteurs préférés comme Hubert Selby Jr ou à les interviewer comme Vaclav Havel. Dans cette chanson, ce n’est ni de l’un ni de l’autre dont il est question mais d’un sulfureux roman intitulé La Vénus à la fourrure de Léopold von Sacher-Masoch. C’est un ouvrage légèrement érotique dans lequel il est question de pratiques masochistes, un thème forcément séduisant pour Lou Reed qui cite directement dans la chanson les personnages du roman. A noter que c’est précisément l’auteur de ce livre qui a donné son nom à ces violences que l’on s’inflige à sois-même : le masochisme (-et c’est à Sade que l’on doit la sadisme qui consiste à les infliger à d’autres personnes).

8. « Contre l’amour » d’Isabelle Huppert :

Grand amateur de poésie, Jean-Louis Murat a très souvent consacré des albums entiers à ses poètes préférés comme Charles Baudelaire (certaines chansons sont disponibles en ligne) ou encore Pierre-Jean de Béranger (voir un extrait ici). Ce sont les mots d’une poétesse méconnue du 17e siècle, Antoinette Deshoulière, que l’artiste auvergnat a mis en musique dans l’album Madame Deshoulière. C’est un album dont les chansons sont presque toutes chantées par l’actrice Isabelle Huppert, comme dans l’extrait proposé pour le jeu.

9.  « Sympathy For The Devil » du groupe The Rolling Stones :

Beaucoup de références possibles pour cette chanson du groupe anglais qui évoque une rencontre avec le diable mais c’est Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov que nous attendions. C’est dans ce livre que Mick Jagger a puisé son inspiration pour l’écriture de la plupart des vers. Il est également naturellement question dans le roman d’une rencontre avec le diable et d’un pacte faustien.

10.  « Trois poèmes pour Annabel Lee » de Hubert Felix Thiéfaine :

Annabel Lee est le dernier poème écrit par Edgar Alan Poe. Décrivant une histoire d’amour funeste entre le narrateur et une jeune (et jolie) femme, ce poème a été maintes fois référencé dans la littérature ou en musique (dont Lou Reed qui a été mentionné plus tôt). Il a su également toucher le chanteur français Hubert Félix Thiéfaine.

11. Les variations Goldberg de Johann Sebastian Bach par Glenn Gould :

De nombreux livres se nomment Les variations Goldberg donc plusieurs réponses étaient théoriquement possibles même si nous attendions surtout le roman éponyme de Nancy Huston puisque les « Variations Goldberg » sont véritablement au coeur du récit de la femme de lettres franco-canadienne et que la structure du roman reprend rigoureusement celle de l’oeuvre de Jean-Sébastien Bach. A noter : il s’agit du premier roman de Nancy Huston écrit directement en langue française.

12. « Pauvre Lola » de Serge Gainsbourg :

Serge Gainsbourg était obsédé par le roman Lolitade Vladimir Nabokov et a consacré plusieurs chansons et albums à cette figure de femme-enfant dont un narrateur (souvent Serge Gainsbourg lui-même) tombe éperdument amoureux. C’est encore le cas ici avec cette chanson dans laquelle on peut, petite anecdote, entendre le rire de France Gall.

13. « L’horloge » de Mylène Farmer :

Plusieurs fois adapté en chanson, le poème « L’horloge » de Charles Baudelaire aura également connu une version assez pop (et un brin grandiloquente) avec cette chanson de Mylène Farmer finalement très différente du reste de sa production musicale. Beaucoup de ses fans furent décontenancés par cette chanson (comme on peu le voir dans les commentaires de la vidéo) mais offrit une nouvelle porte d’entrée dans l’univers de Baudelaire à des milliers d’auditeurs français.

14. « Passengers » de Stephen Emmer (Feat Lou Reed) :

C’est un passage entier et légèrement remanié du chef d’oeuvre de Paul Theroux Railway Bazaar qui est ici récité par Lou Reed. Classique de la littérature de voyage, emporté dans les sacs à dos de nombreux globe-trotters, le roman est une véritable ode au voyage et plus particulièrement aux voyages en train.

15. « Il n’y a pas d’amour heureux » de Françoise Hardy (et George Brassens) :

Poème d’Aragon mis en musique et chanté en son temps par George Brassens, « Il n’y a pas d’amour heureux » offrit également à Françoise Hardy l’une de ses plus belles chansons  -quoique aussi l’une de ses plus tristes.

16. « Je voudrais pas crever » de Eiffel :

« Je voudrais pas crever », chanté par le groupe de rock français Eiffel est en réalité un texte poétique de Boris Vian. De nombreuses personnalités ont également interprété ce poème comme Jean-Louis Trintignant. Cette très élégante version proposée par Eiffel et chantée/ récitée par le chanteur Romain Humeau nous semblait cependant particulièrement réussie.

17. « The Invisible Man » de Queen :

Pas de piège dans cette chanson qui fait référence à l’Homme Invisible de H.G. Wells. Les membres de Queen se sont peu exprimés sur cette chanson écrite au départ par Roger Taylor, le batteur du groupe, qui a eu l’idée de la rythmique de la chanson alors qu’il était en train de lire le livre de H.G. Wells. L’histoire est toujours celle d’un homme invisible mais les liens avec le romans restent ténus. Peut-être que l’homme invisible de la chanson ne l’est d’ailleurs pas réellement…

18. « Atrocity Exhibition » de Joy Division :

Cette chanson de Joy Division reprend le titre d’un recueil de nouvelles expérimentales de l’écrivain anglais J. G. Ballard traduit en français sous le titre La foire aux atrocités. Ian Curtis n’avait pas encore lu le livre avant d’écrire les paroles mais a tout de même emprunté le thème principal du recueil pour concevoir cette chanson autour d’un homme qui tente de donner du sens à plusieurs événements choquants. J.G. Ballard a par ailleurs inspiré de nombreux groupes britanniques comme le rappelle la BBC.

19. La Symphonie pastorale de Beethoven :

La Symphonie pastorale est le titre d’un roman écrit par André Gide dans lequel la Symphonie de Beethoven tient une place primordiale. Un pasteur, le narrateur, emmène une jeune aveugle dont il tombe peu à peu amoureux écouter cette symphonie. Le concert émeut profondément la jeune fille. Nous en parlions déjà dans un ancien article de blog.

20. « I Robot » de The Alan Parsons Project :

Pas de piège pour les amateurs de science-fiction, cette chanson et tout l’album éponyme du groupe font références à un recueil de Isaac Asimov intitulé I, Robot en version originale et Les Robots en français. Si l’album devait au départ s’appuyer assez fidèlement sur l’univers d’Asimov et que ce dernier était tout à fait enthousiaste, le groupe n’obtint pas les droits pour le faire, ceux-ci ayant déjà été vendus. La virgule entre « I » et « Robot » fut ainsi supprimée et les textes légèrement modifiés pour se détacher des robots inventés par l’auteur phare de la SF.

21. « Lettre à Milena » de Art Mengo :

Cette chanson s’inspire de la correspondance passionnée entretenue par l’écrivain Franz Kafka et la journaliste, écrivain et traductrice Milena Jesenska. Il s’agit pour le chanteur Art Mengo, de « l’une des plus belles correspondances de la littérature ».

22. « So Light Is Her Footfall » de Air :

C’est dans un texte d’Oscar Wilde que l’on peut trouver cette jolie expression et plus exactement dans Le fantôme de Canterville, un court roman à destination des enfants. Une superbe inspiration pour le groupe français Air qui raconte en interview d’où vient exactement cette chanson : « La brume, Oscar Wilde, le XIXème siècle, un côté très sombre et très romantique. Cette quête d’un fantôme dans la nuit qui nous échappe à chaque coin de rue, à la lumière des réverbères tamisée par le brouillard londonien (…) ».

23. « Four Walls » de Bastille :

Cette chanson du groupe Bastille est inspirée du roman de Truman Capote De sang froid qui est d’ailleurs plus ou moins cité dans la chanson (« You’ve only these four walls before they, in cold blood, hang you up »). Le groupe parle de cette même affaire de quadruple meurtre qui eut lieu dans le Kansas et qui inspira Truman Capote. C’est l’occasion pour le chanteur de s’interroger sur la peine capitale prononcée dans cet état américain.

24. Ô Amazonie de Gérard Manset :

Ce n’est pas un roman qu’il fallait trouver ici mais, une fois n’est pas coutume, une bande dessinée. Les auditeurs auront peut-être reconnu dans la chanson le texte « Manitoba ne répond plus », phrase qui a donné également son titre à l’album. Et c’est à Hergé qu’il doit ce joli vers puisqu’il s’agit du titre d’une aventure de Jo, Zette et Jocko. Un pur récit d’aventure à la Hergé qui colle bien à l’univers de Gérard Manset, lui qui est passionné par les voyages et les récits de bateaux perdus.
Certains ont répondu simplement Gérard Manset car il est vrai que le discret chanteur a également publié plusieurs (étonnants) romans. Mais cela aurait été un peu trop facile, vous ne trouvez pas ?

25. « Firework » de Katy Perry :

La jeune chanteuse pop aux millions d’albums vendus et aux milliards de vues sur Youtube a parfois de bien étonnantes sources d’inspiration. C’est en effet dans les pages du roman Sur la route de Jack Kerouac qu’est née cette chanson. C’est son boyfriend de l’époque, un fanatique du livre, qui lui en a parlé et qui l’a poussé à lire le roman. C’est un passage en particulier (beaucoup de gratitude pour la personne qui trouve le passage en question) qu’elle reprend dans la chanson.

Les secrets d’un pique-nique Babelio réussi

La huitième édition du pique nique Babelio

Pour réussir un pique-nique, mélangez : un grand nombre de lecteurs enthousiastes ; un lieu accessible et agréable ; un zeste de soleil ; une poignée de livres à faire gagner ; une grande loterie ;  une pincée de quiz ; une bonne rasade de jus frais et surtout un maximum de bonne humeur ! Voilà la recette que nous préparons tous les ans au Parc de Bercy pour le pique nique annuel de Babelio à Paris.

20180708_131941.jpg

L’idée est venue un jour de donner un visage à tous les lecteurs et les lectrices présents sur le site. C’était il y a huit ans (vous pouvez retrouver le compte-rendu ici de cette première édition) et si la recette s’est affinée avec le temps et que les doses ont été revues singulièrement à la hausse, le résultat nous plait toujours autant puisque ce rendez-vous annuel permet à tous les lecteurs mais également à toute l’équipe de discuter de livres, du site, de nous, de vous.

20180708_131718.jpg

Un rendez-vous international ?

Alors que nous avions décidé l’année dernière d’exporter ce rendez-vous dans quelques villes de France, c’est dans 15 villes différentes que nous avons importé notre désormais célèbre recette : Les lecteurs de Lille, Lyon, Marseille, Montpellier et Nantes, les lecteurs de Montréal, Bruxelles, Toulouse, Bordeaux, Casablanca, Rennes, Tunis, Genève et Strasbourg étaient en effet invités à se regrouper à la même heure dans un jardin de ces villes respectives. Sur place ce sont des volontaires qui se sont occupés d’organiser et d’accueillir les lecteurs. Un grand merci à eux qui nous ont été d’une précieuse aide pour l’organisation de ces rendez-vous locaux et qu’on espère retrouver l’année prochaine : Sphinxou, belcantoeu, aliochka007, onieshka, Liligalipette, Cacha, Chouchane, Rachel, Fadette100, Kittiwake, Neenneeson, Sylvie & RosedeSable.

Voici quelques photos des pique-niques qui ont eu lieu dans ces différentes villes.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Quiz

DSC03531.JPG

Nous proposons depuis l’année dernière une nouvelle formule de nos quiz. C’est, depuis 2017, des matchs par équipes de 2,3 ou 4 personnes que nous vous proposons sur des thèmes particuliers : BD, polar, Harry Potter (!), littérature générale, jeunesse, classique et même théâtre.  

DSC03557.JPG

Un grand bravo à tous les participants. Même si tout le monde n’a pas pu gagner et remporter les lots mis en jeu, l’ambiance était tout de même excellente et le niveau très élevé. Une lectrice a fait remarquer que c’étaient surtout les femmes qui avaient les bonnes réponses et ce n’est pas totalement faux alors messieurs, il faudra sérieusement penser à réviser pour l’année prochaine !

DSC03541.JPG

La Loterie de livres

Qui dit pique-nique Babelio, dit loterie de livres. C’est un ingrédient in-dis-pen-sable de nos rendez-vous annuels. Chacun est venu en effet avec un livre de poche emballé dans un paquet cadeau et l’a glissé dans un grand bac (deux en l’occurrence à Paris).
A l’issue du pique nique, les lecteurs ont pu piocher dans ces bacs et découvrir un livre. Il y avait semble-t-il de tout : des livres anciens comme des nouveautés dont certains dédicacés par leurs auteurs en vue de ce pique-nique !

DSC03521.JPG
Si vous n’avez pas pu retrouver la personne qui vous a offert le livre et que cette dernière a laissé son pseudo, n’hésitez pas à la contacter sur Babelio pour lui donner votre avis sur le livre !

DSC03574.JPG

Les livres de la rentrée littéraire

En avant première, les lecteurs parisiens ont pu découvrir quelques livres à paraître pour la rentrée littéraire de septembre. On espère que ces livres vous plairont. Si vous en faites la critique, n’oubliez pas de remercier les éditeurs qui nous ont gentiment fait parvenir ces exemplaires.

DSC03513.JPG

Merci une nouvelle fois à tous les participants et organisateurs locaux. On revient l’année prochaine avec la même recette (et peut-être de nouveaux ingrédients ?)

Notre vidéo et quelques photos en vrac :

DSC03529.JPG

DSC03507.JPG

20180708_131730.jpg

DSC03525.JPG

20180708_125152.jpg

Le jeu de l’été : la playlist des écrivains

Et si vous partiez en vacances non pas avec le tube de l’été mais avec une liste de chansons liées à la littérature ? C’est ce que nous vous proposons à travers notre jeu de l’été aussi bien dédié à la musique qu’à la littérature !

Jeu de l'été 2018_blog

Voici une liste de 25 chansons de divers genres musicaux. Votre but : identifier un écrivain ou un livre associé à la chanson. Il peut s’agir d’un écrivain auteur de la chanson, de l’adaptation d’une oeuvre en musique ou d’une simple (mais évidente) référence.
Pour le premier titre, donné en exemple, il faudrait indiquer le livre En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut.

Il vous faut donner en commentaire le numéro de la chanson et le livre ou l’auteur associé :

1. En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut
2. Nom de l’écrivain qui a écrit la chanson en question
3. Roman dont il est question dans la chanson
etc… (Rappel : Il peut s’agir d’un écrivain auteur de la chanson, de l’adaptation d’une oeuvre en musique ou d’une simple (mais évidente) référence littéraire.)

Les commentaires sont cachés et ne seront dévoilés que le lundi 30 juillet. Nous vous proposerons une nouvelle session de 25 autres chansons en août.

Nous tirerons au sort deux participants de chaque session (deux pour la session de juillet et deux pour la session d’août) pour recevoir des livres de la rentrée littéraire !

N’hésitez pas à participer même si vous n’avez pas tous les résultats d’un coup 🙂

La playlist

1.  Nina Simone : Mr. Bojangles

2. Françoise Hardy : Etonnez moi, Benoit

3. Ed Sheeran : I See Fire

4. The Kinks : Animal Farm

5. U2 : The Ground Beneath Her Feet

6. Dominique A: Chanson De La Ville Silencieuse 

7. Jean-Louis Aubert : Lorsqu’il Faudra

8.Stéphane Eicher : Déjeuner En Paix

9. Sheila : Mélancolie

10. The Cure : Killing An Arab

11. Juliette Gréco : Rue Des Blancs Manteaux

12. Tori Amos : Tear In Your Hand

13. Blue Oyster Cult : Black Blade

14. Robert : L’Appel De La Succube

15. The Ramones : It’s Not My Place

16. Marc Lavoine : Myriam

17. Johnny Hallyday : Quelques Cris

18. Chance The Rapper : Same Drugs

19. Alain Bashung : Osez Joséphine

20. Lana Del Rey : Off To The Races

21. Kate Bush : Wuthering Heights

22. The Doors : End Of The Night

23. Nirvana : Scentless Apprentice

24. Radiohead : Banana Co.

25. Juliette : Les Garçons De Mon Quartier

MISE A JOUR : Les réponses

Merci à tous d’avoir participé à la première partie de notre jeu de l’été sur les liens entre chansons et littérature ! Vous êtes nombreux a avoir trouvé l’essentiel des liens alors que le jeu n’était pas si facile. Bravo à vous tous et particulièrement à ceux qui ont tout trouvé ! Les commentaires sont désormais réactivés et deux participants seront sélectionnés et contactés en message privé. On fait une pause dans la playlist qui reprendra cependant dès demain avec une deuxième session.

Voici les réponses au jeu : 
1. Nina Simone : « Mr. Bojangles » : Ce classique de Jerry Jeff Walker devenu immortel grâce à l’interprétation de Nina Simone et repris un nombre incalculable de fois à travers le monde, est au cœur du premier roman d’Olivier Bourdeaut intitulé En attendant Bojangles. C’est en effet le morceau fétiche de la mère du jeune narrateur.

2. Françoise Hardy : « Etonnez moi, Benoit » : Les paroles de cette étonnante chanson sont signées d’un prix Nobel de Littérature, non pas Bob Dylan mais Patrick Modiano. Ce n’est d’ailleurs pas la seule chanson écrite par Modiano puisque Hughes de Courson a mis en musique certains de ses poèmes et qu’il a également écrit pour Régine ou Mona Heftre.

3. Ed Sheeran : « I See Fire » : Une chanson écrite pour le film The Hobbit et inspirée de l’univers de J.R.R Tolkien dont le très populaire chanteur a toujours été fan. A noter qu’il serait possible de faire une playlist entière de chansons inspirées de l’univers foisonnant de Tolkien tant son influence sur la culture pop et les chanteurs des années 1960 à aujourd’hui est immense.

4. The Kinks : « Animal Farm » : une référence, dès le titre,  au chef d’oeuvre de George Orwell. Nous aurions également pu choisir une chanson de l’album Animals du groupe anglais Pink Floyd entièrement consacré au roman mais comme le rappelle un babelionaute dans un commentaire, cela fait toujours plaisir d’écouter les Kinks ! Si la chanson du groupe n’est finalement, mis à part le titre, qu’une discrète et lointaine allusion à Orwell, l’écrivain fut une immense source d’inspiration pour Ray Davies, principal songwriter des Kinks.

5. U2 : « The Ground Beneath Her Feet » : The Ground Beneath Her Feet est le titre original du sixième roman de Salman Rushdie, publié en français sous le titre La terre sous ses pieds. Le titre de ce roman est directement inspiré d’un poème rédigé par le personnage principal après la mort de l’amour de sa vie. Ce poème a bouleversé Bono qui l’a transformé en une chanson pour U2. Si vous avez fait attention au clip, vous avez normalement dû remarquer Salman Rushdie y faire une apparition.

6. Dominique A : « Chanson De La Ville Silencieuse » : Grand amateur de chanson française et de rock, Olivier Adam a repris ce très joli titre de Dominique A pour celui de son roman éponyme où de nombreux autres chanteurs français sont d’ailleurs évoqués. Les retrouverez-vous tous ?

7. Jean-Louis Aubert : « Lorsqu’il Faudra » : Les Passages du vide, dont est issu cet extrait de Jean-Louis Aubert, est un album entièrement composé de poèmes issus du recueil Configuration du dernier rivage de Michel Houellebecq et mis en musique par l’ancien membre de Téléphone. Mais ce n’est pas le seul lien de Houellebecq avec la chanson. Les curieux peuvent jeter un oeil et une oreille à son album Présence humaine produit par Bertrand Burgalat.

8. Stéphane Eicher : « Déjeuner En Paix » : Grand succès de la riche discographie de Stéphane Eicher, cette chanson a, comme de nombreux autres titres de l’album Engelberg, été écrite par Philippe Djian. Les deux n’ont, semble-t-il, jamais cessé de se côtoyer. Leur collaboration remonte à l’album My Place publié en 1989 et a donné lieu depuis à de fertiles échanges, que ce soit dans les albums de Stéphane Eicher ou sur les scènes de différents festivals littéraires dans lesquels le musicien suisse accompagne en musique l’écrivain français.

9. Sheila : « Mélancolie » : C’est Katherine Pancol qui a écrit ce texte pour Sheila alors qu’elle n’avait que 20 ans. Il semble qu’aujourd’hui Katherine regrette un peu ces paroles même si la chanson fut un énorme succès au hit-parade : « A 20 ans, j’ai écrit une chanson pour Sheila, que j’avais interviewée pour Paris-Match. Son producteur m’avait proposé de lui imaginer un texte, et j’ai rédigé « Mélancolie », immédiatement classée au hit-parade. Pourtant les paroles étaient nulles ! Un jour, je l’ai entendue dans un taxi, j’étais morte de honte ! »

10. The Cure : « Killing An Arab » : La chanson est un hommage au roman L’étranger d’Albert Camus qui avait fait forte impression au chanteur du groupe Robert Smith même si le titre de la chanson a provoqué une grosse polémique. Beaucoup de personnes ont en effet pensé que Robert Smith appelait véritablement au meurtre des Arabes. Lassé des nombreuses récupérations de la chanson (notamment par le Front National britannique…), Robert Smith a déclaré regretter avoir intitulé ainsi la chanson et a depuis tenté plusieurs fois de la renommer : Kissing An Arab, Killing Another,…

11. Juliette Gréco : « Rue Des Blancs Manteaux » : C’est l’écrivain et philosophe Jean-Paul Sartre qui est l’auteur de cette chanson interprétée par Juliette Gréco. Écrite à l’origine pour sa pièce Huis-Clos, il l’offre finalement en 1950 à la jeune Gréco pour un succès modeste. La chanson gagne petit à petit en popularité et reste aujourd’hui l’une de ses chansons les plus connues.

12. Tori Amos : « Tear In Your Hand » : Grande amatrice du comic Sandman de Neil Gaiman (Sérieusement, qui ne l’est pas ?), Tori Amos rend hommage au Marchand de sable dans cette chanson publiée au début des années 1990. Les deux sont depuis devenus de bons amis et la chanteuse a à son tour inspiré Neil pour le personnage du Délire.

13. Blue Oyster Cult : « Black Blade » : C’est l’écrivain de fantasy Michael Moorcock qui est le co-auteur de ces paroles qui s’inscrivent directement dans l’univers d’Elric qu’il a créé et qui a fait sa renommée (et qui connait aujourd’hui une belle vie en BD). Plusieurs chansons du groupe américain ont d’ailleurs été écrites par l’écrivain anglais, le chanteur étant un fan inconditionnel d’Elric.

14. RoBERT : « L’Appel De La Succube » : Amélie Nothomb est l’auteur de ces paroles comme de celles de six autres chansons de la chanteuse française RoBERT : «Ecrire pour RoBERT, c’est comme écrire pour le dictionnaire, a-t-elle déclaré, elle contient l’infini et suscite toutes les inspirations ».

15. The Ramones : « It’s Not My Place » : Peu d’écrivains sont aussi fan d’un groupe de rock que Stephen King des Ramones ! Si les liens entre le groupe et l’écrivain sont très nombreux ( le groupe a notamment enregistré une chanson pour l’adaptation du roman Simetierre au cinéma sur invitation personnelle de l’écrivain), nous avons simplement retenu cette chanson dans lequel l’écrivain est cité (en compagnie notamment de deux cinéastes : Roger Corman et Allan Arkush).

16. Marc Lavoine : « Myriam » : Les paroles de cette chanson sont signées Vincent Ravalec, artiste à l’oeuvre protéiforme. A noter que l’écrivain a également écrit pour Johnny Hallyday ou Julien Clerc.

17. Johnny Hallyday : « Quelques Cris » : De nombreux auteurs (voir ci-dessus) ont écrit pour l’idole des (gens qui on un jour été) jeunes. Il est assez surprenant de voir, parmi ceux-ci Françoise Sagan, auteur du titre en question. La chanson paraît sur l’album « Sang pour sang », l’un des plus grands succès de Johnny.

18. Chance The Rapper : « Same Drugs » : Le titre ne le laisse pas supposer mais cette chanson de l’artiste américain Chance The Rapper fait référence tout le long de la chanson à l’histoire de Peter Pan de J. M. Barrie, allant d’ailleurs jusqu’à citer le personnage de Wendy (Darling). La chanson parle de la façon dont deux enfants, pourtant très proches, peuvent grandir très différemment l’un de l’autre.

19. Alain Bashung : « Osez Joséphine » : De nombreux participants ont répondu Jean Fauque, auteur de très nombreux textes pour Alain Bashung et de celui-ci en particulier. Il est également co-auteur de plusieurs romans dont Le 13ème convoi avec Jacques Roseau. Ceci étant dit, Jean Fauque est plus connu pour les textes de ses chansons que pour ses romans et c’est donc une autre réponse que nous attendions même si celle-ci n’est pas fausse. Nous pensions en réalité à Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan qui reprend une partie du texte de la chanson pour le titre de son roman.
D’autres références étaient possible. Il ne s’agit pas de l’une des chansons les plus respectées de la chanson française pour rien. Jérôme Colin s’est ainsi également inspiré de la chanson pour le titre de son roman Éviter les péages.

20. Lana Del Rey : « Off To The Races » : c’est par la phrase « My old man is a bad man » que commence cette chanson, ce qui aurait dû donner la puce à l’oreille à de nombreux auditeurs bibliophiles. Cette chanson de Lana Del Rey s’inspire en effet du livre…  Lolita de Vladimir Nabokov. Nous aurions également pu prendre la chanson « Carmen » (« Only seventeen, but she walks the streets so mean ») de la même chanteuse et issue du même album. Lana est une grande amatrice de la prose de l’écrivain américain d’origine russe. Elle n’est évidemment pas la seule et il y a de nombreuses chansons dédiées à l’auteur de Lolita que nous aurions pu partager pour ce jeu.

21. Kate Bush : « Wuthering Heights » : Peu d’explications sont nécessaires pour cette chanson puisque tout est dans le titre qui reprend celui du roman d’Emily Brontë publié en France sous le titre un peu plus lisible des Hauts de Hurlevent. C’est la chanson qui a fait connaitre Kate Bush au monde entier et également sa plus connue à ce jour. Le texte reprend directement des passages du roman même si c’est par l’adaptation du livre par la BBC que Kate a découvert le roman.

22. The Doors : « End Of The Night » : Jim Morrison, chanteur, principal auteur des chansons des Doors et auteur d’une oeuvre poétique fascinante, fut un immense lecteur. De poésie principalement puisqu’il dévora Arthur Rimbaud ou encore Charles Baudelaire au sortir de l’adolescence mais également de Friedrich Nietzsche ou de Jack Kerouac. C’est pourtant à un autre sommet de la littérature dont il est question ici puisque Le Roi Lézard fait une référence évidente au roman de Louis-Ferdinand Céline Voyage au bout de la nuit à travers le titre mais aussi le premier couplet. A noter qu’a travers la phrase « Some are born to endless night » du second couplet, Jim fait également référence à William Blake, sous l’égide duquel le groupe californien s’est construit puisque le nom même des Doors est inspiré d’un texte du poète : « If the doors of perception were cleansed every thing would appear to man as it is, Infinite (Si les portes de la perception étaient nettoyées, toute chose apparaîtrait à l’homme telle qu’elle est, infinie). »

23. Nirvana : « Scentless Apprentice » : La légende veut que Kurt Cobain, le chanteur de Nirvana, eut toujours sur lui un exemplaire du Parfum de Patrick Süskind. Fan absolu du roman, il lui consacre une chanson intitulée « Scentless Apprentice ». Grand lecteur, Kurt Cobain s’est de fait beaucoup inspiré de ses lectures comme William S. Burroughs ou Samuel Beckett pour l’écriture de ses chansons.

24. Radiohead : « Banana Co. » : Cette chanson du groupe anglais Radiohead fait allusion tout le long du texte au roman Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Márquez. Chaque couplet fait référence à un aspect du roman de l’écrivain colombien qui raconte les bouleversements que subit une petite ville d’Amérique du sud même s’il est également question, pour Thom Yorke qui a écrit la chanson, de sa réaction quant à l’annonce de la fermeture d’usines en Angleterre au début des années 1990.

25. Juliette : Les Garçons De Mon Quartier : Cette chanson de Juliette, présente sur son très littéraire album Mutatis mutandis, a été inspirée par la lecture du livre La vierge des tueurs de Fernando Vallejo publié en 1994. On y retrouve tous les thèmes importants du roman : Les jeunes tueurs à gage d’Amérique du sud, la prostitution mais aussi l’amour et le silence de cette Sainte Vierge des Tueurs, « Impassible sous les fleurs / Et sous son voile de douleur ».

Rendez-vous le 8 juillet pour le pique-nique annuel de Babelio !

Comme tous les ans en été, nous invitons membres du site, amis virtuels et simples lecteurs à partager un moment convivial autour des livres (et d’un repas, cela va de soi !).

Le pique-nique aura lieu le 8 juillet dans plusieurs villes du monde :

L’année dernière, nous avions exporté le pique-nique aux quatre coins de la France. Cette année, Babelio voit plus grand et propose aux lecteurs des quatre coins du monde (ou presque) de participer à la 7e édition de ce festin littéraire.

Après Lille, Lyon, Marseille, Montpellier et Nantes, les lecteurs de Montréal, Bruxelles, Toulouse, Bordeaux, Casablanca, Rennes, Tunis, Genève et Strasbourg sont également invités à se joindre à l’événement !

Au programme : une loterie de livres, des sessions de quiz, et un grand festin !

Inscrivez-vous ci-dessous si vous souhaitez participer à l’un de ces pique-niques, pour que nous puissions vous contacter et vous tenir informés de son déroulement.

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Bordeaux

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Bruxelles

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Casablanca

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Genève

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Lille

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Lyon

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Marseille

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Montpellier

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Montréal

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Nantes

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Paris

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Rennes

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Strasbourg

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Toulouse

>>Inscrivez-vous au pique-nique de Tunis

Mélanie Taquet, sous le soleil de Florence

Après avoir remporté un franc succès d’autoédition en 2017 avec Une vita pas si dolce en ayant distribué pas moins de 4500 exemplaires en quelques mois, Mélanie Taquet arrive en librairie cette fois sous l’égide des éditions Eyrolles. Légèrement retravaillé, ce même texte est désormais publié depuis février 2018 sous le titre de Reste aussi longtemps que tu voudras. Mélanie Taquet s’est rendue dans nos locaux il y a quelques jours pour nous en dire davantage sur ce succès d’édition mais aussi pour répondre aux questions des 30 lecteurs Babelio spécialement présents pour l’occasion.

P4192558.JPG

« Nina a quitté Paris sur un coup de tête pour venir s’installer dans ce bed & breakfast du centre de Florence, tenu par son amie de toujours, Hannah. Mais les retrouvailles des deux femmes ne sont pas à la hauteur de leurs espérances : Hannah est aux prises avec sa sorcière de belle-mère et ses problèmes de couple ; quant à Nina, elle refuse d’expliquer les raisons de sa venue et semble fuir la réalité, préférant se laisser distraire par les délices florentins au bras de Marco, un Napolitain pensionnaire du bed & breakfast. Pourquoi Nina a-t-elle quitté la France aussi subitement ? Quels secrets tente-t-elle de dissimuler ? Sous le soleil de Florence, les parts d’ombre et de lumière de chacun se révèlent tour à tour. »

Une aventure éditoriale

Avant d’aborder plus en détails le premier roman de Mélanie Taquet et toutes les questions soulevées dans l’esprit des lecteurs durant leur découverte de cette histoire, la rencontre s’est ouverte sur une question au sujet du parcours éditorial de ce roman, un parcours débuté avec l’autoédition. « Comme beaucoup de personnes aujourd’hui, j’ai publié cette histoire qui me tenait à cœur grâce à l’autoédition. Je voulais vraiment partager ces écrits avec mes proches, ma famille et mes amis les plus intimes. De fil en aiguille, j’ai participé à un concours organisé par Librinova et qui permettait au vainqueur de faire ensuite publier son livre par un éditeur reconnu en profitant de l’accompagnement d’un agent. A ma grande surprise, le livre s’est très bien vendu, j’ai pu compter sur le soutien de très nombreux lecteurs et lectrices qui m’ont grandement aidée à remporter ce concours. Un incroyable succès pour enfin être contactée par les éditions Eyrolles par l’intermédiaire de mon nouvel agent. On a alors restructuré, avec les équipes de la maison d’édition, quelques points de l’histoire, remodelé différents chapitres mais globalement le roman est resté le même. Jusqu’à cette nouvelle édition que vous avez entre vos mains ! »2.png

Une ville-muse

Incontournable pivot du roman de Mélanie Taquet, la belle ville de Florence trouve toute son importance dans l’inspiration initiale de l’auteure : « J’ai commencé à écrire ce roman quand j’habitais à Florence, après avoir quitté la France pour diverses raisons. C’est une ville qui m’a véritablement murmurée des choses. J’ai mis cinq ans à construire mon histoire, un peu en dilettante. Je menais en effet différents projets de front, professionnellement comme personnellement. Ma véritable envie était de raconter Florence, de la poser en mots. C’est une ville qui m’a énormément inspirée. Ensuite, j’ai eu envie de tisser toute une histoire qui aurait cette magnifique ville pour cadre. Voilà, très brièvement, comment est né ce roman. »

 

Un patchwork de personnages et de situations

Point fort du roman, souvent souligné par les lecteurs durant la rencontre : cette envie de Mélanie Taquet de mêler plusieurs personnages et plusieurs situations dans une même histoire. D’abord pour le personnage de Mina, au centre de l’échiquier, mais aussi pour son vécu, ses péripéties et rencontres à venir, Mélanie Taquet semble s’être amusée à réaliser ce véritable patchwork tout au long de l’écriture de son roman : « Le personnage de Mina était central, indispensable. Je savais que je voulais raconter son histoire, mais aussi lui laisser cette liberté d’évoluer librement sous ma plume. Petit à petit les autres personnages ont pris chair, ont pris forme pour permettre à cette histoire de se développer. Mais au-delà d’eux et de ce qu’ils vivent, c’est aussi et surtout l’envie de raconter la fuite en avant, l’errance, le départ qui a pu me guider vers ce roman. »

1.png

L’insoutenable légèreté des lettres

Malgré un contexte général plutôt léger et une envie de surtout partager d’heureuses émotions, Mélanie Taquet n’a pas hésité à incorporer dans son roman des thématiques plus graves que nous ne dévoilerons d’ailleurs pas toute afin de laisser les lecteurs les découvrir.

Sur le sujet du racisme tout de même  l’auteur s’explique : « En vivant en Italie, j’ai découvert une langue, un cinéma qui m’a d’ailleurs inspiré le titre initial de mon livre, mais aussi une culture, une manière de vivre… Mais j’ai aussi fait la découverte d’un peuple très fier, où l’accueil de l’étranger est parfois complexe. J’ai connu cela avec des amis, avec des gens croisés dans la rue. J’ai ressenti ce racisme latent, cet accueil de l’autre qui est tout de même compliqué ». D’autres sujets difficiles sont abordées par l’auteur tout au long du roman : «  Il y a un côté de ma personnalité qui est très léger mais je suis aussi très touchée par ces thématiques humaines, le racisme effectivement, mais aussi toutes ces questions de choix, des questions graves. C’est important pour moi de faire ressortir et ressentir dans mes livres, et plus généralement dans l’écriture, cette dualité, entre légèreté et gravité. »

P4192593.JPG

Une histoire en suspens

Quant à savoir si Reste aussi longtemps que tu voudras trouvera bientôt une suite pour vivre encore quelques aventures au côté de Nina, Mélanie Taquet ne maintient pas l’incertitude très longtemps : « Alors que j’écrivais les derniers chapitres de ce livre, je voyais déjà arriver la suite, je la voyais pointer le bout de son nez dans mon esprit. Je voyais s’installer petit à petit toute la trame du second roman, les aventures possibles et envisageables… L’envie n’est absolument pas marketing, pour tout dire, elle était présente avant même la publication du premier tome. Je ne peux pas abandonner Nina comme cela alors que tant de choses restent sans réponse…  »

Découvrez Reste aussi longtemps que tu voudras de Mélanie Taquet aux Editions Eyrolles.

Retrouvez les 5 mots de Mélanie Taquet en vidéo : 

Tyler Cross braque Quais du Polar

Après deux tomes aussi nerveux que réussis, Tyler Cross est revenu sur le devant de la scène BD et polar ces derniers jours avec un troisième volet plus lumineux peut-être – après tout, l’action se déroule sous le soleil de Miami – mais tout aussi radical.

02-couv.jpg

Créées par Fabien Nury et Brüno, les désormais trois aventures de Tyler Cross, publiées chez Dargaud, sont autant d’hommages à la littérature et au cinéma de genre. On retrouve à chaque page des images fortes issues du western, des récits de gangsters ou encore du giallo italien. L’oeuvre ne se contente cependant pas d’emprunter et de citer des passages d’œuvres connues ou d’obscures séries B. On suit, tout du long de ces trois BD, trois histoires très différentes les unes des autres. Après le pur récit de braquage du premier tome et le récit d’évasion du second, c’est au mythe de la construction de Miami que s’attaquent les auteurs français. Les villas et sublimes complexes hôteliers de la ville balnéaire se sont-ils construits dans le sang à coup de fusil à pompe et de pots-de-vin ? Toute une littérature policière américaine en parle, et donne même lieu à un sous-genre : le polar floridien, un genre dans lequel ont excellé des auteurs comme Tim Dorsey, Carl Hiaasen ou encore John D. MacDonald.

A quelques milliers de kilomètres de Miami, c’est à Lyon qu’a débarqué Tyler Cross un dimanche ensoleillé d’avril pour le festival Quais du polar. En l’absence excusée du dessinateur Brüno, le scénariste Fabien Nury a présenté les sept premières planches de l’album.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’occasion pour l’auteur de revenir sur les influences de la série et de ce tome en particulier, de nous parler de son attachement à ce personnage pourtant peu recommandable et de commenter tout le travail réalisé par les auteurs lors de la composition de l’album.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’intégralité de l’entretien est disponible en podcast ci-dessous :

tc

Et si le point de vue du dessinateur sur son travail sur la BD vous intéresse, retrouvez notre entretien avec Brüno réalisé lors de la sortie du second tome :

« Depuis que je travaille sur Tyler Cross, mon dessin évolue vers quelque chose de plus réaliste, et de plus expressionniste, je me détache de mes influences franco-belges classiques pour aller voir du côté de grands dessinateurs américains : Frank Robbins, Milton Caniff, Frank Miller ou encore Chester Gould, pour ne citer qu`eux ».

Vous aimez le polar ? Alors retrouvez l’ensemble de notre activité sur le festival Quais du Polar, notre vidéo ou encore notre album photo.

 

Les 10 BD les plus populaires de 2017 sur Babelio

Quelles BD ont été les plus populaires de l’année 2017 ?

A l’occasion du 45ème festival de la BD d’Angoulême, nous vous proposons de découvrir les 10 BD qui ont été les plus populaires sur Babelio pendant l’année 2017.

TopBD2017.png

Des westerns, des biographies, les irréductibles Astérix et Obélix mais aussi de nombreuses surprises émaillent ce classement qui semble confirmer la diversification actuelle du secteur de la bande dessinée et la grande créativité des auteurs et dessinateurs français. Des fictions pures côtoient en effet, dans les premières places, des portraits et autres biographies. A noter que malgré leur énorme succès au cinéma, les récits de super-héros et plus largement les comics sont absents de notre classement, de même que les mangas. Peut-être feront-ils un retour fracassant en 2018 !

On remarque en outre que certains personnages, pourtant pas si vieux (enfin si l’on exclut notre bande des Vieux Fourneaux 🙂 ), sont déjà devenus de véritables classiques de la BD.

Enfin, si la plupart des auteurs du classement sont des dessinateurs ou scénaristes reconnus, il y a fort à parier que cette liste vous fera découvrir de nouveaux horizons de lecture. Comme toujours, n’hésitez pas à commenter l’article et nous faire part des BD, comics ou mangas qui auraient dû, selon vous, y figurer.

Pour information, nous entendons par “bandes dessinées les plus populaires” celles qui ont le plus été ajoutées dans les bibliothèques de nos membres en 2017.

10 : Undertaker, tome 3 : L’Ogre de Sutter Camp de Xavier Dorison

Apparu il y a deux ans à peine aux rênes d’un bien sombre corbillard, Jonas Crow alias L’Undertaker vient subrepticement de faire sa place au milieu des plus grandes figures de l’Ouest. Alors que Blueberry, Lucky Luke ou encore Buddy Longway régnaient sans partage dans les albums de BD franco-belges, il faudra désormais compter sur ce croque-mort au lourd passé. Et ce sont justement des fantômes qu’il croyait enterrés depuis longtemps qui surgissent dans ce troisième album dans lequel Jonas Crow peut tout de même compter sur le soutien de ses nouvelles alliées féminines.

undertaker1

Le scénario signé Xavier Dorison a été aussi apprécié que les dessins de Ralph Meyer :  “Les cadrages sont dynamiques souligne Franz, et la mise en couleur réjouissante notamment dans le rendu des scènes nocturnes. Le croquemort traque le croquemitaine, la Camarde danse la gigue et l’animal lecteur se retrousse les babines de plaisir.”

Découvrez Undertaker, tome 3 de Xavier Dorison et Ralph Meyer, publié chez Dargaud

9 : Secret pour secret de Charlotte Bousquet

sec.jpg

Au milieu de nombreuses BD plutôt orientées « adultes », Secret pour secret fait une entrée remarquée dans notre classement. S’adressant à un public adolescent, cette BD de Charlotte Bousquet parle de thèmes importants et parfois graves comme la sexualité, les relations amoureuses ou amicales ou encore l’avortement. On suit dans ce récit la jeune Louane, 16 ans, qui apprend qu’elle est enceinte. Elle a quitté celui qui pourrait être le père de l’enfant mais Louane ne sait pas trop quoi faire, comment réagir, quelle décision prendre. Elle va se rapprocher de Cécile, une autre adolescente et tenter de se confier à elle.

secretpsecret.jpg

Sur un thème « casse-gueule », Charlotte Bousquet, réussit son pari en traitant ces douloureux sujets avec nuance et en ouvrant le débat. Camille, elle-même lycéenne, a apprécié cette BD : « En lisant cet [ouvrage] nous arrivons à nous mettre à la place de cette jeune fille en nous expliquant que nous ne sommes pas à l’abri d’une situation comme celle du personnage principal ».

Découvrez Secret pour secret de Charlotte Bousquet, publié chez Gulf Stream éditeur

8 : Les vieux fourneaux, tome 4 : La magicienne de Wilfrid Lupano

La-magicienne.jpg

Voici les septuagénaires les plus rock’n’roll du neuvième art ! Et après un succès toujours renouvelé lors de la sortie des trois premiers tomes, les voici qui reviennent, pieds au plancher, pour un album très en prise avec l’actualité contemporaine. Dans ce nouvel album scénarisé par Wilfrid Lupano et dessiné par Paul Cauuet, il est en effet question de la crise que traverse la France « profonde », de création d’emploi mais aussi d’écologie et d’entreprises aux activités peu reluisantes.

vf.jpg

Nos « petits vieux » sont toujours aussi populaires, une popularité qui sera d’ailleurs bientôt couronnée par la sortie d’une adaptation au cinéma. Mais nul besoin de s’enfermer dans une salle obscure pour apprécier dès maintenant leurs trépidantes aventures. Comme le résume Paroles à la lecture de ce dernier tome : « On rit, on s’émeut, on en redemande ».

Découvrez Les vieux fourneaux, tome 4  de Lupano et Paul Cauuet, publié chez Dargaud

7 : Les Cahiers d’Esther, tome 2 : Histoires de mes 11 ans  de Riad Sattouf

esther2.jpg

Quand il ne régale pas ses lecteurs avec le récit de sa jeunesse en Lybie ou en Syrie, Riad Sattouf raconte l’histoire d’une petite fille (bien réelle) d’aujourd’hui, Esther. Elle avait 10 ans dans le premier tome et racontait tout ce qui constituait sa vie. On la retrouve un an plus tard alors qu’elle rentre en CM2. L’objectif de Riad Sattouf est de la suivre jusqu’à ses 18 ans au rythme d’un album par an.

esther.jpg

A 11 ans, Esther prouve qu’on peut être encore un enfant et avoir un regard acéré sur l’actualité. Des attentats à la religion, Esther s’interroge sur le monde dans lequel elle vit. Riad Sattouf traduisant ses pérégrinations et interrogations en dessin. Mesechappeeslivresques a « de nouveau passé un excellent moment en compagnie d’Esther avec ce deuxième opus qui donne le sourire. Les aventures de cette attachante fillette sont une fois de plus irrésistibles. »

Découvrez Les Cahiers d’Esther, tome 2 de Riad Sattouf, publié chez Allary éditions

6 : Idéal Standard d’Aude Picault

6.jpg

C’est la notion du couple qui est au coeur de ce nouveau récit signé Aude Picault. Claire, trentenaire, cherche une relation durable après de nombreuses déceptions amoureuses. Elle semble enfin la trouver lorsqu’elle rencontre Franck chez qui elle s’installe rapidement.  

ideal standard.jpg


Mais qu’est-ce qu’un couple ? La société ne nous impose-t-elle pas certains modèles qui ne correspondent pas à la vie de tout le monde ? Aude Picault, fidèle à ses habitudes, s’attaque avec malice à la vie contemporaine de jeunes trentenaires un peu perdus dans la vie. C’est pour Checc « une chouette BD qui confronte l’idéal de relation d’une trentenaire banale à la réalité triviale. Le trait – léger et fin – campe des situations du quotidien. »

Découvrez Idéal Standard d’Aude Picault, publié chez Dargaud

5 : L’adoption, tome 2 : La Garùa de Zidrou

5.jpg

Zidrou et Arno Monin reprennent l’histoire quelques mois après là où elle s’était arrêtée dans le premier tome. Vu la qualité de l’intrigue et l’incroyable retournement de situation qui conclut le récit, il n’est pas étonnant que les lecteurs aient été nombreux à se replonger dans les aventures familiales compliquées de la petite Qinaya. Dans ce tome, c’est Gabriel le grand-père qui a le premier rôle. Il va à Lima retrouver cette petite fille avec qui il avait noué une touchante relation.

gabriel.jpg

La conclusion de l’histoire est surprenante mais a conquis les lecteurs qui saluent unanimement un récit émouvant et superbement dessiné. Il s’agit pour Oliphant d’une « histoire tendre qui donne du baume au coeur. C’est la vraie vie et c’est une bonne claque. Mais les épreuves permettent parfois de se remettre en question et de réparer ce qui peut encore l’être… »
Découvrez L’adoption, tome 2 de Zidrou et Arno Monin, publié chez Bamboo éditions

4 : Irena, tome 1 de Séverine Tréfouël, Jean-David Morvan & David Evrard

4.jpg

Voici « l’histoire vraie d’une héroïne oubliée ». Cette héroïne c’est Irena, une résistante polonaise qui a sauvé près de 2500 enfants du ghetto de Varsovie. Scénarisé par le duo Séverine TréfouëlJean-David Morvan et dessiné par David Evrard, ce premier tome d’une trilogie annoncée raconte la vie de cette infatigable jeune femme, révoltée par le sort d’une partie de la population. Alors qu’elle est chargée d’apporter de l’aide aux pauvres dans le ghetto de Varsovie, Irena va rapidement mettre sa propre vie en danger en protégeant un jeune enfant dont sa mère, mourante, ne peut plus s’occuper. C’est le point de départ de l’engagement d’Irena. Il faudra lire la suite pour voir l’étendue de son rôle.

irena.jpg

« Pédagogique, touchante, sans mièvrerie et sans concession, résume RosenDero, Irena est une BD bouleversante sur un sujet qui, à force d’être mentionné, pourrait perdre de sa prégnance. En se focalisant sur des enfants, en illustrant de manière naïve mais non censurée les atrocités commises et subies, Irena concrétise la souffrance et l’absurdité du fascisme. « 

Découvrez Irena, tome 1 de Séverine Tréfouël, Jean-David Morvan et David Evrard, publié chez Glénat

3 : Une soeur de Bastien Vivès

3.jpg

Entre deux épisodes de Lastman, Bastien Vivès a proposé cet été Une soeur, un très délicat one-shot sur le thème de l’initiation amoureuse, de la découverte de son corps et de celui des autres. Le jeune Antoine, en vacances à l’été un peu aride de ses 13 ans, découvre celui d’Hélène, une jeune fille de 16 ans. Un peu plus sûre d’elle, plus expérimentée, moins timide, Hélène bouleverse la vie d’Antoine, qui a encore un pied dans l’enfance.

967337UNESOEUR64805.jpg

Nouvelle illustration du génie de Vivès dans le minimalisme : celui de son dessin, constitué de seulement quelques traits mais aussi de son récit, tout en pudeur et en silence. Pour Nath45, « la réussite de cet album est dans l’écriture et son graphisme. Dans les deux, j’ai trouvé de la délicatesse, une certaine fraîcheur, un respect de l’autre, de la sensibilité.”

Découvrez Une soeur de Bastien Vivès, publié chez Casterman

2 : Astérix, tome 37 : Astérix et la Transitalique de Didier Conrad et Jean-Yves Ferri, d’après René Goscinny et Albert Uderzo

2.jpg

37ème tome des aventures du plus célèbre Gaulois et, déjà, troisième aventure signée du nouveau tandem constitué de Didier Conrad et Jean-Yves Ferri, Astérix et la Transitalique est non seulement l’une des meilleures ventes de l’année, tous livres confondus, mais aussi l’une des BD les plus populaires auprès des lecteurs de Babelio. Reprenant très fidèlement l’univers créé par Uderzo et Goscinny et en y incorporant leur propre humour, il est vrai pas si éloigné de celui du duo d’origine, les deux auteurs ont réussi à séduire les lecteurs, quel que soit leur âge.

Asterix.jpg

Dans ce nouvel album, nos trois héros (quoi, Idéfix ne représente donc rien pour vous ? ) participent à une grande course organisée par César pour prouver que ses routes sont les meilleures. Evidemment, nul autre qu’un Romain ne serait avisé de la remporter. A moins que nos irréductibles Gaulois ne s’en mêlent ? « Le graphisme est superbe, annonce Dgwickert dans sa chronique, on n’y voit que du feu, rapport au changement de dessinateur. Les vannes sont toujours aussi bonnes, à mon avis : l’héritage est bien transmis ». Et vous, qu’avez-vous pensé de ce nouveau tome ?

 

Découvrez Astérix, tome 37 : Astérix et la Transitalique de Didier Conrad et Jean-Yves Ferri, publié aux éditions Albert René

1 : Culottées, tome 2 de Pénélope Bagieu

1.jpg

« It’s a Man’s World » chantait James Brown dans les années 1960 (sans qu’on ne sache trop s’il s’en plaignait ?). C’est un monde d’hommes dans lequel les femmes sont peu visibles. « Les femmes sont obligées d’être plus culottées que les hommes car il y a un véritable problème d’invisibilité et de représentativité qui ne choque personne” déclarait il y a peu l’auteur en interview. Qui connaît en effet la vie de Nellie Bly, qui invente quasiment à elle toute seule le journalisme d’investigation ? Ou encore l’athlète Cheryl Bridges qui bat le record mondial de marathon en 1971 ? Ou, à vrai dire, n’importe laquelle de ces 15 femmes dont Pénélope Bagieu dresse les portraits dans ce deuxième tome de ses Culottées ? Ces femmes ont toutes, comme point commun, d’avoir eu un jour le culot de braver les interdits imposés par leur condition pour aller au bout de leurs idées et de leurs talents. Alors que les articles se multiplient pour célébrer tel ou tel autre héros masculin quel que soit le domaine, ces héroïnes sont loin d’avoir été autant médiatisées, laissant les petites filles d’aujourd’hui avec bien moins de modèles et donc de perspectives d’avenir que les garçons.

ct2

C’est pour Boudicca « une lecture instructive qui secoue mais qui fait aussi beaucoup de bien au moral : on en ressort avec la pêche et des idées plein la tête ». Et c’est la bande dessinée la plus populaire de l’année 2017 sur Babelio !

Découvrez Culottées, tome 2 de Pénélope Bagieu, publié chez Gallimard BD

Ce classement correspond-il à votre bédéthèque idéale de 2017 ? Quelles BD auraient mérité d’y figurer ? Partagez vos impressions et coups de coeur BD de l’année 2017 en commentaire !

 

Où l’on vous présente les 17 livres les plus populaires de l’année 2017

Quels ont été les livres les plus populaires de l’année 2017 ?

Un peu en avance sur notre calendrier, nous vous proposons de découvrir dès maintenant les 17 livres qui ont fait l’année 2017. De quoi éventuellement vous permettre de piocher dans la liste pour vos cadeaux de Noël !

Top2017.jpg


On remarque que pour la troisième année consécutive, c’est un premier roman qui trône en tête du classement. Les lecteurs semblent ainsi avides de nouveauté. Le classement est par ailleurs très largement dominé par des publications françaises. Seuls trois thrillers signés par des Anglo-saxons figurent dans la liste. A noter par ailleurs, que les lecteurs apprécient toujours ce registre littéraire puisque la moitié de notre top est constituée de livres s’apparentant à l’un des nombreux genres du roman noir (thriller psychologique, roman policier pur et dur,…).
Comme chaque année, la parité est au rendez-vous avec quasiment autant d’auteurs hommes que d’auteurs femmes même si c’est le “sexe faible” qui est présent en force dans le trio de tête.

On vous laisse découvrir ci-dessous le classement.

Pour information, nous entendons par “livres les plus populaires” ceux qui ont le plus été ajoutés dans les bibliothèques de nos membres. Comme toujours, n’hésitez pas à commenter l’article et nous faire part des ouvrages qui auraient dû, selon vous, y figurer.

17. Nuit de Bernard Minier

Nuit par Minier

C’est Bernard Minier qui ouvre le classement cette année, avec son dernier livre Nuit. Une nouvelle danse macabre entre le commandant de police judiciaire Martin Servaz et Julian Hirtmann, l’effroyable tueur en série suisse au cœur d’une nouvelle enquête. Cette fois, tout démarre dans les eaux norvégiennes, sur le pont d’une plateforme pétrolière où un meurtre atroce a été commis. Kirsten Nigaard, inspectrice norvégienne, est sur le coup. D’élément en élément, les noms de Hirtmann et de Servaz vont se rapprocher. Jusque dans la nuit la plus sombre…

Un thriller haletant qui vient compléter la bibliographie d’un aspirant maître du thriller hexagonal. A votre tour d’entrer dans la Nuit !

Découvrez Nuit de Bernard Minier.

16. Vernon Subutex, tome 3 de Virginie Despentes

Vernon Subutex, tome 3  par Despentes

Ça y est, c’en est fini des aventures de Vernon Subutex que nous avions rencontré dans le premier tome de ses aventures paru en 2015 chez Grasset. L’ancien disquaire aspirant gourou, qui doit son prénom à un pseudonyme de Boris Vian et son nom à l’appellation commerciale de la buprénorphine, tire sa révérence. En deux années, Virginie Despentes aura donné naissance à un personnage irrévérencieux, opportuniste et lubrique, mais pourtant tellement attachant.

Incontestable succès pour ce troisième tome sorti dans les librairies en mai 2017 et qui confirme toute l’importance sur la scène littéraire de Virginie Despentes, qui traduira bientôt Sifting through the Madness for the word, the line, the way, l’ultime recueil de poèmes de Charles Bukowski, pour le compte de la maison Au Diable Vauvert.

Découvrez Vernon Subutex, tome 3 de Virginie Despentes.

15. Le Jour d’avant de Sorj Chalandon

Le jour d'avant par Chalandon
« Venge-nous de la mine. » Si ce sont là les derniers mots écrits par le père du narrateur, ce sont aussi les premiers de Sorj Chalandon sur la quatrième de couverture du livre Le Jour d’avant, publié chez Grasset. Cette mine, c’est celle de Liévin dans laquelle furent engloutis 42 ouvriers le 27 décembre 1974. Un drame oublié de l’histoire sociale ? Pas pour Sorj Chalandon qui a vécu ce drame comme « le pire de l’injustice » (lire l’intégralité de son interview ici). Alors journaliste pour Libération, Sorj Chalandon entend un jour leur rendre justice. C’est chose faite avec Le Jour d’avant, un livre qui a touché les lecteurs, qu’ils se souviennent du drame ou non : « Je tremble, je murmure, je pleure a confié Latina dans sa critique du livre. Sorj Chalandon a réussi à me plonger dans l’atroce quotidien des mineurs en leur rendant hommage de la meilleure façon qui soit, mais il est parvenu aussi à me faire comprendre la culpabilité qui ronge le cœur de l’homme ».

Déjà très apprécié des lecteurs (Sorj Chalandon a une note moyenne de 4,26/5 pour 4406 votes), l’auteur bénéficie avec son dernier ouvrage Le Jour d’avant d’une moyenne de 4,33 sur 5, la meilleure de toutes ses notes. De là à dire qu’il s’agit de son meilleur livre ?

Découvrez Le Jour d’avant de Sorj Chalandon.

14. L’Ordre du jour d’Eric Vuillard

L'ordre du jour par Vuillard

Alors que Chanson douce de Leïla Slimani, Goncourt 2016, montait fièrement sur la troisième marche du podium l’année dernière, L’Ordre du jour, Goncourt mouture 2017, s’empare de la 14e place. Il y a cependant fort à parier que le livre devrait s’arracher dans les librairies à Noël et monter progressivement dans le classement.

“Tour à tour, drôle, grinçant, ironique, Eric Vuillard pointe la lâcheté, la légèreté, l’aveuglement des hommes politiques français, anglais, autrichiens face à Hitler.” Comme le résume palamede, Eric Vuillard s’empare d’un sujet grave pour construire un roman retentissant, une fenêtre ouverte sur la naissance d’un conflit. Après Tristesse de la terre. Une histoire de Buffalo Bill Cody, 14 Juillet et Congo, Eric Vuillard s’impose plus que jamais dans la cour des grands.

Découvrez L’Ordre du jour d’Eric Vuillard

13. Bakhita de Véronique Olmi

Bakhita par Olmi
Grâce à ce roman publié chez Albin Michel, tout le monde connaît aujourd’hui, sinon l’histoire, tout du moins le nom de cette esclave africaine canonisée par Jean-Paul II le 1er octobre 2000. Un destin incroyable, bien digne d’un roman, et un sujet qui s’est imposé à Véronique Olmi lorsque l’écrivain et dramaturge tomba nez à nez sur son portrait dans une église de Langeais, en Touraine.

Pour connaître l’histoire et la vie incroyable de celle qui, à force d’avoir été si précocement torturée, ne se souvenait même pas de son prénom, il faut lire le livre poignant de Véronique Olmi, « une leçon de vie » selon celdadou autant qu’un « très beau travail d’écriture » pour Tynn. Immédiatement remarqué par les lecteurs, le livre a également reçu le prix du roman Fnac des mains de Leïla Slimani.

Découvrez Bakhita de Véronique Olmi

12. Sharko de Franck Thilliez


Sharko par Thilliez

C’est que le duo Sharko – Henebelle commençait à nous manquer dans les rayonnages de nos librairies favorites. Franck Thilliez a entendu nos voix et nous a offert en avril 2017 l’occasion de retrouver notre couple de flics préféré avec Sharko, son dernier livre paru chez Fleuve noir.

Une énième enquête sur le fil du rasoir où vont se mêler apprentis vampires, cadavres mutilés et secrets bien gardés. Sauf que cette fois, Lucie Henebelle et Franck Sharko ont bien plus à perdre que la résolution d’une enquête : se perdre eux-mêmes… Noir c’est noir. Laissons le mot de la fin à Souri7 : “Une valeur sûre du thriller avec encore une fois une intrigue captivante et sombre.” Tentant, n’est-ce pas ?

Découvrez Sharko de Franck Thilliez

11. Au fond de l’eau de Paula Hawkins


Au fond de l'eau par Hawkins

Après le succès monstre de sa Fille du train, Paula Hawkins était très certainement attendue au tournant, comme peuvent l’être d’ailleurs tous les auteurs qui connaissent un succès fulgurant lors de la sortie de leur premier roman. Allait-elle être à la hauteur avec son deuxième ouvrage intitulé Au fond de l’eau et publié chez Sonatine ?

Paula Hawkins ne réédite certes pas l’exploit de 2015 et ne domine pas une nouvelle fois notre classement. Elle est cependant aux portes de notre top 10 et a suscité de nombreuses réactions positives des lecteurs malgré une histoire qui s’éloigne des thèmes évoqués dans le précédent : « Il est complètement différent et plein de charme » prévient ainsi d’entrée Iris29, très emballée par ce nouveau roman. « On change complètement d’environnement, cette fois-ci elle nous emmène dans une petite ville avec une rivière comme acteur principal », insiste pour sa part Siine.
Loin d’être découragés, les lecteurs ont apprécié ce nouveau thriller psychologique où il est notamment question, dixit Iris29, de « sorcellerie, [de] beaucoup d’eau et de poésie ».

Découvrez Au fond de l’eau de Paula Hawkins

10. Le Couple d’à côté de Shari Lapena
Le couple d'à côté par Lapena

Le Couple d’a côté de Shari Lapena, publié aux Presses de la Cité, est l’un des grands représentants, dans notre classement, du thriller psychologique, genre plébiscité par les lecteurs depuis quelques années.
Le roman raconte l’histoire d’un couple invité à dîner chez leurs voisins, sans leur nouveau-né. La baby-sitter se décommande mais qu’importe, ils surveilleront le bébé via le baby-phone. Hélas, quand ils rentrent, leur enfant a disparu…

Ce point de départ n’est naturellement que la première surprise qui attend le lecteur, de nombreux secrets étant révélés tout au long de la lecture : « de secrets en révélation, de faux-semblants en rebondissements, la disparition de la petite Cora devient vraiment palpitante » assure Antyryia. Les lecteurs se sont quasiment tous fait surprendre par la fin, inattendue… 

Découvrez Le Couple d’a côté de Shari Lapena.

9. L’Art de perdre d’Alice Zeniter

L'Art de perdre par Zeniter

Auteur de nombreux livres appréciés des critiques comme des lecteurs, Alice Zeniter a frappé un grand coup cette année avec son roman L’Art de perdre publié chez Flammarion. Au sommet des listes de ventes et finaliste de la plupart des prix littéraires, le roman a été remarqué non seulement pour ses qualités littéraires mais aussi pour les nombreuses problématiques qu’il soulève. Alice Zeniter, à travers une saga familiale racontée en trois temps et autant de générations, évoque en effet le sort des Algériens qui quittèrent leur pays pour la France à l’issue de la guerre d’indépendance mais aussi le destin de leurs enfants. Au fil des pages, c’est le rapport entre l’Algérie est la France qui est questionné, comme celui qui unit ces Harkis et descendants d’Harkis à leur pays.

Pourquoi s’être ainsi intéressée aux Harkis ? Alice Zeniter s’est exprimée auprès de ses lecteurs lors d’une rencontre dans nos locaux : « J’ai voulu montrer qu’il s’agissait de gens aux trajectoires multiples, bien plus complexes que ce que l’on présente dans l’histoire officielle. » Si vous avez raté la rencontre, vous pouvez la revivre grâce à notre compte-rendu ou en vidéo.

Découvrez L’Art de perdre  d’Alice Zeniter.

8. Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson

Arrête avec tes mensonges par Besson

Si l’ouvrage n’a pas plu à tout le monde et apparemment pas du tout à Jean-Marc Proust, Arrête avec tes mensonges, publié aux éditions Julliard, est un coup de cœur pour nos lecteurs qui, il est vrai, aiment beaucoup Philippe Besson. Peut-être faut-il l’aimer un peu d’ailleurs pour apprécier à sa juste valeur cet ouvrage autobiographique dans lequel l’auteur se livre entièrement : « Philippe Besson se met à nu dans ce roman, écrit Marina53. Sans fioritures. Il livre, avec émotion et délicatesse, son histoire d’amour avec Thomas Andrieu, qu’il a connu à 17 ans. »

Les lecteurs ont été des plus sensibles à la prose de l’auteur : « Je referme ce livre et me demande quel qualificatif le servira le mieux : délicat, sensible, sincère, pudique, magistral » nous dit Isabelleapure dans sa critique. Un sentiment presque unanime parmi les lecteurs sur Babelio. De tous les livres publiés par Besson, c’est celui qui a la meilleure moyenne sur le site.

Découvrez Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson.

7. La Fille d’avant de J.P. Delaney

La Fille d'avant par Delaney

C’est dans un magnifique appartement à la pointe de la technologie que vous invite J.P. Delaney dans son thriller psychologique publié chez Mazarine. Attention tout de même, le propriétaire semble assez intrusif et la personne qui y logeait précédemment, la fameuse « fille d’avant », y a vécu des choses pas très nettes.

La Fille d’avant a été très apprécié des lecteurs comme Iris29 qui a succombé à son double suspense : « Alternant le point de vue des deux jeunes femmes en un avant/ après, l’auteur nous précipite dans un suspens chic, froid, et sexy, un peu à l’image de cette maison ultra moderne et minimaliste. » Oserez-vous également frapper à la porte du 1 Folgate Street ?

Découvrez La Fille d’avant de J.P. Delaney

6. Frappe-toi le cœur d’Amélie Nothomb

Frappe-toi le coeur par Nothomb
Les lecteurs étaient prévenus. Frappe-toi le cœur, dont le titre est emprunté à un vers d’Alfred de Musset, est “une des [histoires] les plus noires que j’aie écrite” avait déclaré Amélie Nothomb avant sa sortie. Pas de quoi, toutefois, effrayer ses nombreux lecteurs, toujours fidèles aux écrits annuels  de l’écrivain.

La cuvée 2017 semble faire partie de ses bons crus. Des lecteurs tels que Jeunejane parlent déjà d’un “futur classique” : “Amélie Nothomb développe admirablement bien les caractères des différents personnages et transforme son roman en une oeuvre magistrale.” Qu’avez-vous pensé de ce millésime 2017 ? Pensez-vous également qu’il s’agisse d’un des meilleurs livres d’Amélie Nothomb ?

Découvrez Frappe-toi le coeur d’Amélie Nothomb

5. Article 353 du Code Pénal de Tanguy Viel

Article 353 du code pénal par Viel
Lauréat du Grand Prix RTL-Lire 2017, Article 353 du code pénal de Tanguy Viel a été pour beaucoup de membres le premier coup de cœur de l’année. Comme le rappelle BookyCooky dans sa critique du livre “L’article 353 du Code de Procédure pénale permet d’en appeler moins aux preuves qu’à la conscience des juges et jurés de la cour d’assise, en somme se fier à l’intime conviction”.

Les choix moraux et les questions de responsabilité sont au coeur de ce récit qui prend la forme d’un huis-clos : “Dans le bureau d’un juge d’instruction, résume Nameless, Martial Kermeur raconte sa vie, la somme des omissions et renoncements, les rêves inaccomplis, l’enchaînement des mauvaises réponses données à de bonnes questions, toutes les erreurs d’aiguillage qui l’ont amené à noyer Antoine Lazenec.” Un court roman salué par tous pour sa profondeur.

Découvrez Article 353 du code pénal de Tanguy Viel

4. La Passe-miroir, tome 3 : La mémoire de Babel de Christelle Dabos

La passe-miroir, tome 3 : La mémoire de Babel par Dabos
Suite et (bientôt) fin des aventures d’Ophélie que l’on s’apprête à quitter avec grand regret dans ce troisième et avant-dernier tome de la saga créée par Christelle Dabos. La Passe-miroir a véritablement été LA découverte jeunesse depuis la parution du premier tome en 2013. La Mémoire de Babel vient donc prolonger un cycle magistral porté par un univers-monde étoffé comme rarement et qui hisse Christelle Dabos au niveau des plus grands du genre.

“Un livre enchanteur, magnétique, déroutant”, “Grand plaisir de retrouver l’héroïne aux lunettes émotives et à l’écharpe fusionnelle !”, “Coup de cœur ! Merveille ! Coup de génie ! Addictif !”… Toutes ces voix de lecteurs et lectrices appuient avec engouement la très bonne moyenne de 4,54/5 (pour 483 notes) obtenue par ce troisième tome. Nul doute que le quatrième et dernier tome de la saga viendra couronner le tout. En attendant, il ne nous reste plus qu’à prendre notre mal en patience avant de découvrir la fin de cette saga.

Découvrez La Passe-miroir, tome 3 : La Mémoire de Babel de Christelle Dabos

3. Un appartement à Paris de Guillaume Musso

Un appartement à Paris par MussoGrand habitué de nos classements (il fut à la tête de notre top 2014), Guillaume Musso se situe cette année à la troisième place des livres les plus populaires auprès de nos lecteurs. La grande surprise étant cette fois qu’il n’y ait pas eu de duel avec son rival de toujours Marc Levy, absent de justesse de notre classement annuel (on se doute que ce n’est que pour mieux revenir l’année prochaine).

Si la presse est comme d’habitude timorée quand il s’agit de critiquer l’oeuvre de Musso, les lecteurs ont apprécié cette cuvée 2017. Avec Un appartement à Paris, Guillaume Musso retrouve la forme du thriller pour proposer une intrigue située dans le milieu de l’art : « Un thriller sombre, captivant, prenant qui se dévore ; rempli de rebondissements, de suspense, d’émotions » écrit Millyjess. D’autres, comme S0-Kelly ont simplement apprécié retrouver l’atmosphère des romans de Musso ainsi que sa plume : « Un plaisir de retrouver la fluidité sans failles et la plume enchanteresse de Guillaume Musso. »

Découvrez Un appartement à Paris de Guillaume Musso.

2. Quand sort la recluse de Fred Vargas

Quand sort la recluse par Vargas

Certains fidèles comme Dixie39 avaient peur : « Toujours avant d’ouvrir le dernier Vargas : cette crainte que la magie n’opère plus. » Ainsi, même la fidèle The_Bill craignait le pire : « Après une dizaine de livres, je pensais qu’elle m’avait tout fait, que fatalement elle allait se redire, ressortir les mêmes ressorts scénaristiques. » Pourtant, à la vue des critiques, on se rend compte que ces craintes n’avaient pas lieu d’être. Les lecteurs ont été conquis par Quand sort la recluse, dernière enquête en date du commissaire Adamsberg (mais ne nous leurrons pas, le charisme de ce dernier joue certainement beaucoup auprès de ses nombreuses lectrices !).

Avec une moyenne de 4,06, ce roman de Fred Vargas publié chez Flammarion obtient même une meilleure moyenne que le précédent, qui était également présent dans notre classement de 2015 (avec une moyenne de 3,98).  Il est question de la mort mystérieuse de plusieurs octogénaires mais aussi d’une araignée particulièrement venimeuse…

Découvrez Quand sort la recluse de Fred Vargas.

1. La Tresse de Laetitia Colombani

La tresse par Colombani
C’est presque devenu une tradition. Depuis 2015, notre classement des livres les plus populaires est désormais chaque année dominé par le premier roman d’un auteur quasi-inconnu ! Après En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut – que précisément aucun critique, aucun journaliste et aucun lecteur n’attendait et qui a pourtant remporté tous les suffrages en 2016 – et Paula Hawkins qui avec sa Fille du train a porté le genre du thriller psychologique au sommet de tous les classements littéraires de 2015, c’est cette année La Tresse de Laetitia Colombani qui est porté en tête de notre classement !

Actrice, réalisatrice et désormais écrivain, Laetitia Colombani, repérée par l’éditrice de Grasset Juliette Joste (à qui nous avions posé quelques questions sur son métier en 2013 lorsqu’elle travaillait chez Belfond), a frappé un grand coup avec ce premier roman qui raconte le parcours de trois femmes dont les destins pourtant éloignés vont se croiser subtilement, telle une tresse où s’entrelaceraient plusieurs cheveux de femmes aux origines les plus diverses : Smita, une mère Dalit, c’est-à-dire une Intouchable, Julia une jeune Sicilienne, et Sarah, une avocate ambitieuse.

« Je suis moi-même une femme, une épouse, une mère, nous avait répondu Laetitia Colombani dans un entretien. En tant qu’écrivain, j’avais envie de parler de ce que c’est qu’être une femme dans le monde d’aujourd’hui. » 

Découvrez La Tresse de Laetitia Colombani.

Retrouvez la liste en vidéo : 

Qu’avez-vous pensé de ce classement ? Quels sont les grands oubliés ? Et surtout, quels sont les livres qui feront l’année 2018 ?

Le forum de Babelio est mort, vive le forum

Après 10 ans de bons et loyaux services, le forum de Babelio va bientôt fermer ses portes. Mais pour reprendre la célèbre maxime attribuée à Antoine Lavoisier « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » et si le forum va effectivement disparaître sous sa forme actuelle, les échanges autour de la littérature et de Babelio ne risquent pas de s’éteindre. On vous propose en effet une nouvelle interface bien plus jolie, plus agréable à utiliser et surtout bien plus efficace car directement intégrée au site, ce qui n’était pas le cas du forum « historique », devenu obsolète depuis trop longtemps quelque temps.

Passons en revue les différents changements introduits par cette nouvelle fonctionnalité.

Les groupes

Les groupes est l’interface qui remplace le plus directement le forum. Il permet aux membres du site d’échanger autour de la littérature, de Babelio ou bien des différents défis proposés par les lecteurs. Comme sur le forum « historique », il permet également de reporter les erreurs de la base de données, de signaler des bugs ou encore proposer des améliorations.

Il existe deux types de groupes, ceux qui sont ouverts, c’est-à-dire dans lesquels tout le monde peut participer, ou fermés, c’est-à-dire ceux pour lesquels il faut être accepté par un modérateur du groupe.

Chaque groupe (par exemple : Fans de Nick Tosches ou bien Les adaptations de romans en BD) peut contenir des dossiers (ex : « Discussion générale » ; « A propos des ouvrages de Nick Tosches ») qui contiennent des conversations i.e. des fils de discussion (ex :  Un livre découvert grâce à une BD ; Vos adaptations préférées ).

Voici par exemple plusieurs discussions lancées dans le dossier « discussion générale » du groupe Les adaptations de romans en BD :

 

Les groupes sont désormais directement connectés au reste du site : vous recevrez des notifications lors de nouvelles réponses, les fils d’actualité refléteront leur activité et les groupes seront liés aux pages livres et auteurs.

De même, nous avons ajouté une fonctionnalité qui permet, lors de la rédaction de votre message, de citer un livre, un auteur ou un membre simplement dans les conversations. Il suffit pour cela d’insérer le caractère @ et de chercher le livre (symbolisé par l’icône livre), l’auteur (la plume) ou le lecteur en question (le profil). Exemple en image :

 

Enfin, un moteur de recherche est présent pour retrouver des discussions. Le moteur cherche les termes à la fois dans les titres des conversations (ce sont d’ailleurs ces résultats qui sont affichés en premier) mais aussi au sein des différents messages.

Pour information, et pour rassurer les utilisateurs les plus assidus, le forum historique n’a pas disparu, tous les échanges sont à retrouver dans les groupes officiels \o/

Vous pouvez découvrir cela dès maintenant et rejoindre les discussions sur la page des groupes.

Poser des questions

Nous avons profité de la refonte du forum pour proposer une nouvelle fonctionnalité afin que les lecteurs puissent s’aider entre eux. Vous pouvez désormais poser une question aux autres membres du site sur le thème (littéraire, cela va sans dire 🙂 ) de votre choix.

Sur la page générale des questions vous retrouverez des questions mises à l’affiche, toutes celles qui attendent une réponse, et les plus populaires :

Un second onglet vous permet de poser votre question. vous pouvez la rattacher à une étiquette, un livre, un auteur ou bien poser une question générale :

Enfin, un dernier onglet vous permet de retrouver la liste de toutes vos questions ainsi que celle de vos différentes réponses :

L’onglet Forum

Dernière modification importante, il est désormais possible de retrouver, sur chaque page auteur et chaque page livre, un onglet renvoyant vers un onglet « Forum » permettant de voir les différentes discussions ayant lieu autour d’un livre ou d’un auteur et également d’en lancer une, sans avoir besoin de rejoindre un groupe.

En cliquant sur le lien, on découvre donc à la fois les questions posées par les membres mais également les groupes de discussion lancés autour de l’auteur (ou du livre) :

 

On espère que vous allez apprécier ces nouveautés et que vous oublierez très vite l’ancien forum 🙂
N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez et nous poser des questions ici-même si des éléments n’étaient pas clair ou suffisamment précis.