A la rencontre des membres Babelio (31)

Avec près de 730 000 utilisateurs, on en croise du monde sur Babelio. Pour que la communauté demeure, malgré son ampleur, un endroit convivial où l’échange est roi, nous avons décidé de vous donner la parole. En ce mois de février nous donnons la parole à Rabanne, inscrite assez récemment sur Babelio et déjà très active.

dav

Rencontre avec rabanne, inscrite depuis le 11 octobre 2015

Comment êtes-vous arrivée sur Babelio ?

J’ai connu l’existence de Babelio par le biais de mon travail, mais je ne l’ai réellement découvert qu’en septembre 2015, en inscrivant nos classes de seconde à un défi lecture. Avec ma collègue, nous avons alors créé un compte pour le CDI du lycée et, après le défi, nous avons continué d’alimenter notre bibliothèque et de retranscrire les critiques des élèves comme celles des enseignants.

Je me suis vraiment prise au jeu, appréciant l’interface et les multiples fonctionnalités du site. Naturellement, j’ai voulu me créer un compte personnel… Et c’était parti pour l’aventure Babelio !

Vous êtes inscrite sur le site depuis fin 2015, et comptabilisez déjà sur votre compte près de 900 critiques et 1300 citations, ce qui est assez impressionnant ! Combien de temps passez-vous sur Babelio chaque semaine ? Quel usage en faites-vous ?

Je crois qu’il y a sûrement plus « impressionnant » que mon profil (rires) ! Déjà, noter que plus d’un tiers de ces critiques concernent des livres lus bien avant d’arriver sur le site…

Chacun sait que Babelio c’est carrément ad-dic-tif, surtout au temps de la découverte ! (« Que celui qui n’a jamais péché me jette la première pierre »…). Le concept fait que l’on ne décroche jamais réellement : une recherche sur la date de sortie d’un roman ou sur la bio d’un auteur ; une lecture en cours ou une critique à lire/écrire ; des livres à noter dans son pense-bête, etc. etc. Et puis, surtout, il y a le partage et l’émulation entre lecteurs qui donne toute sa raison d’être à Babelio, n’est-ce pas ? Et comme je suis bavarde, ça tombe bien (veuillez me pardonner d’avance) !

Mon expérience personnelle ? Une fréquentation quasi-quotidienne durant la première année, puis plus ou moins espacée selon que je suis en repos, en week-end, en vacances… Aujourd’hui, je n’en fais pas un drame si je ne consulte pas mon « fil d’actualités » pendant 3-4 jours, ou si je ne publie une citation ou une critique qu’au bout de 5 ou 10 jours !

FB_IMG_1541183377419Mais c’est impossible à « comptabiliser » en réalité, cela reste inhérent à nos disponibilités, nos goûts, nos besoins, notre humeur… D’où le choix personnel d’une liste d’amis raisonnable et d’avoir spécifiquement paramétré mon compte (ex : suivre uniquement les critiques et citations de mes amis).

Sinon, je consulte davantage Babelio sur mon smartphone que sur l’ordinateur. Mon usage est autant professionnel que personnel, mais j’adopte alors une approche assez différente du site (beaucoup plus spontanée et ludique dans mon usage personnel).

Quel(s) genre(s) contient votre bibliothèque ? Vous semblez avoir des goûts assez éclectiques…

Oui, hormis le théâtre, le développement personnel, les thrillers et la SF, je lis un peu de tout… Mais peut-être davantage de littérature contemporaine aujourd’hui.

Ma préférence va vers tout ce qui touche à l’humanité, la femme, la société, l’histoire, le témoignage, la jeunesse (mon métier, encore), la psychologie (mais pas trop de psychanalyse ni de philosophie !).

Par ailleurs, ma bibliothèque s’est enrichie de bandes dessinées et de mangas, et je commence à l’étoffer de quelques romans policiers, de littérature étrangère, dont japonaise et coréenne (tout récemment).

Pouvez-vous commenter en quelques mots vos choix de « Livres pour une île déserte » ? Est-ce qu’ils reflètent ce que vous aimez lire à longueur d’année, ou bien est-ce des coups de cœur plus « isolés » ?

Oui, ils reflètent pour chacun mes goûts littéraires. Ce sont, également, des coups de cœurs isolés et mémorables.

Sur une « île déserte », on est censé être tout seul (et avec soi-même !), avoir tout le temps et l’espace devant soi… Il s’agit donc de choix de livres plus ou moins introspectifs, que je pourrais relire et relire, inlassablement, tout en les redécouvrant à chaque fois (!).

dav

Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Tout dépend de l’âge et où se situe le degré de la « découverte » ?… Mais si je remonte à ma tendre jeunesse, ce fut vers 10-11 ans : Mon bel oranger de José Mauro de Vasconcelos. Premier roman coup-de-poing et infiniment poétique ; première fois que je pleurais tout en lisant !

Quel est le plus beau livre que vous ayez découvert sur Babelio ?

Le terme « beau » reste assez subjectif et, encore, il y en a plus d’un !… Mais celui découvert grâce à mes amis babéliotes, et qui m’aura littéralement happée, comme par un film : Nous rêvions juste de liberté de Henri Loevenbruck.

Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Pareil, il y en a plus d’un… Peut-être alors l’un de mes favoris : Vent d’est, vent d’ouest de Pearl Buck.

Quel livre avez-vous honte de n’avoir pas lu ?

A la recherche du temps perdu de Marcel Proust (tenté plusieurs fois, abandonné à chaque fois, mais je ne désespère pas !).

9782253111436

Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Ma perle rare : Séraphin Verre de Christian Pernath (deux critiques sur Babelio, dont la mienne).

Tablette, liseuse ou papier ?

Le bon vieux livre en « 2D » aura toujours ma préférence ! L’objet, les pages qui se tournent, sur lesquelles on revient, l’odeur. Irremplaçable.

J’ai déjà lu quelques ouvrages sur la liseuse de ma fille. L’aspect positif que je lui concède est son espace pratique de stockage. J’adhère moins en matière de confort de lecture.

Sinon, je ne fustige aucunement la pratique de la lecture numérique, souvent bien secourable pour les personnes/élèves en difficulté (déficients visuels, dyslexiques, dysorthographiques, etc.).

IMG_20180508_164400

Quel est votre endroit préféré pour lire ?

Le soir : bien calée dans mon lit, sous un gros édredon…

La journée : si je le peux, de préférence allongée sur un transat, les gambettes au soleil !!

Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

Antoine de Saint-Exupéry : « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis. » Issu de son roman inachevé Citadelle (publication posthume, 1948)

dav

Quelle sera votre prochaine lecture ? Comment l’avez-vous choisie ?

Rêves oubliés de Léonor de Récondo.

Je l’ai choisi lors d’une rencontre toute récente avec l’auteure, dans une librairie de ma région ! (J’avais lu deux de ses romans, mais pas encore son deuxième.)

D’après vous, qu’est-ce qu’une bonne critique de lecteur sur Babelio ?

D’après moi, il n’y a pas de « bonne » ou de « mauvaise » critique en soi, mais il y a des critiques plus intéressantes, attrayantes, que d’autres… J’apprécie les avis, les retours de lecture qui me donnent envie de découvrir un livre que je ne connais pas. Et pour l’envie, c’est au ressenti personnel du lecteur que je me fie.

J’avoue apprécier une certaine concision et précision (genre de récit, thèmes abordés, intention de l’auteur). J’aime que les critiques soient un tant soit peu étayées et argumentées, mais pas sur des kilomètres non plus… Que cela ne verse pas dans une analyse alambiquée du texte, et qu’on y perde finalement son latin ! Totalement rédhibitoire, bien sûr, le résumé (« spoil ») complet du livre chroniqué !

Une anecdote particulière en rapport avec Babelio ?

Il y en a évidemment des tas !… Telles de jolies rencontres avec mes amis lecteurs, de belles affinités livresques, de riches discussions, de nombreux moments complices, quelques échanges de livres, de surprenantes et inoubliables découvertes littéraires…

Mais celle que je retiendrais dernièrement, donc en particulier, est l’unique rencontre réelle que j’ai faite d’un ami babéliote… Ou comment passer de « l ‘autre côté du miroir », avec un soupçon d’appréhension et un brin d’intimidation , puis avec beaucoup plus de naturel, dès lors que l’on se rejoint sur ce terrain qui nous réunit tous ici : la lecture !

dav

Pouvez-vous nous parler un peu de votre métier d’enseignante-documentaliste ? Est-ce que Babelio est un outil qui vous aide aussi dans votre profession ?

Ce métier a bien évolué à l’heure du numérique, ainsi que l’image d’Épinal que l’on peut encore s’en faire !…

Être « professeur-documentaliste » aujourd’hui requiert de multiples compétences (validées par un CAPES de Documentation depuis 1989) : l’accueil de la communauté éducative, l’animation et la gestion du centre documentaire de l’établissement (CDI), l’ouverture culturelle et, enfin, les missions pédagogiques spécifiques propres à l’EMI (Éducation aux médias et à l’information).

« La promotion de la lecture » fait partie intégrante de mes missions pédagogiques d’enseignante documentaliste, se situant précisément dans le domaine de l’ouverture culturelle… Alors oui, Babelio est devenu une ressource utile et un outil précieux dans ma pratique professionnelle au quotidien !!!

Merci à rabanne pour ses réponses !