Aspirine : cure de jouvence pour Joann Sfar

Mercredi 6 juin, Joann Sfar est venu dans les locaux de Babelio à la rencontre de ses lecteurs pour présenter sa nouvelle bande dessinée Aspirine, publiée aux éditions Rue de Sèvres.

P6063208.JPG

Joann Sfar est auteur et scénariste de nombreuses bandes dessinées, dont les séries Professeur Bell, Petit Vampire, Pacsin et Le chat du rabbin, publiées respectivement chez  Delcourt, L’Association et Dargaud. Il est aussi le réalisateur du film Gainsbourg, vie héroïque (2010), Le chat du rabbin (2011 en film d’animation et 2018 en film), Petit Vampire (2018), etc., mais aussi écrivain de romans et de nouvelles.

L’artiste est né à Nice et dit avoir commencé à se sentir comme un vrai parisien après avoir représenté un Paris contemporain à travers sa bande dessinée Le chat du rabbin. Il a suivi des cours à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-arts de Paris qui se situe en face du Quai Malaquais sur lequel il était facile de trouver de l’inspiration pour dessiner. « J’ai commencé à dessiner Paris comme quelqu’un qui y habite, et c’est à ce moment-là que je m’y suis senti chez moi ».  

Résumé de Aspirine :

Aspirine, étudiante en philosophie à la Sorbonne a la rage, elle ne supporte plus de revivre sans cesse les mêmes épisodes de sa vie pourrie. Et ça fait 300 ans que ça dure car Aspirine est vampire, coincée dans son état d’adolescente de 17 ans. Elle partage un appartement avec sa sœur Josacine, heureuse et sublime jeune femme de 23 ans, qui elle au moins, a eu l’avantage de devenir vampire au bon âge. En perpétuelle crise d’adolescence, elle passe ses nerfs sur son prof, sa sœur et tous les hommes «relous » qui croisent sa route. Assoiffée de sang, elle n’hésite pas à les dévorer (au sens propre) ou les dépecer. C’est même devenu un rituel avec les amants que sa jolie grande sœur collectionne. Malgré tout, elle attise la curiosité d’Yidgor ado attardé, un étudiant de type « no-life » : vaguement gothique, légèrement bigleux et mal peigné… avec comme kiff dans la vie, le fantastique et la légende de Cthulhu…

P6063237.JPG

Les personnages d’Aspirine et de sa sœur Josacine

Le personnage d’Aspirine n’est pas nouveau et a déjà été croisé dans d’autres œuvres de Joann Sfar. « J’ai commencé à écrire sur Aspirine lorsque j’avais vingt ans. Elle représentait le pur cliché gothique et je m’amusais à la dessiner en train de se mettre des coups de couteau avec sa sœur ». Et comme c’est parfois le cas avec les personnages abandonnés en cours de route par certains auteurs, Aspirine commençait à lui manquer.  « J’avais inventé ce cliché de l’adolescente qui avait le même âge depuis 300 ans et je voulais la faire revenir aujourd’hui dans un quotidien plus compliqué. Je n’ai jamais vu une jeunesse qui aime aussi peu son époque. C’est une génération qui s’adapte mais dont tous les débats qu’on lui fait tomber sur les chaussures la dégoûtent. J’essaie de faire l’album le plus léger et drôle possible et que mon héroïne parvienne à gérer cette colère permanente contre sa société. » Aspirine est une bonne représentation de l’adolescente épuisée et combattante du XXIe siècle.

Joann Sfar a évoqué la difficulté de se mettre dans la tête d’une adolescente, et surtout d’aborder la question des règles féminines. « Ma fille me dit toujours que je ne comprends rien ; imaginez un vampire qui a ses règles depuis 300 ans ! Moi-même n’étant pas une femme, il m’est difficile de décrire ce phénomène naturel ».

P6063274.JPG

Concernant Josacine, la sœur d’Aspirine qui apparaît aussi dans d’autres histoires antérieures de l’auteur, elle n’a pas été choisie comme héroïne de la bande dessinée car « elle  a ‘trop peu de problèmes’ pour en faire le protagoniste central d’une histoire. Elle est coincée à un âge où tout va bien, donc il est ardu de créer une situation intéressante autour de son personnage ». Pour créer ces deux sœurs, Joann Sfar dit s’être inspiré des films de Jean Rollin dans lesquels les thèmes du vampirisme et de l’érotisme étaient prédominants et où l’on pouvait voir de jeunes femmes tuer des messieurs.  

Egalité homme-femme : un débat compliqué pour les auteurs

Dans Aspirine, Joann Sfar a souhaité faire apparaître de nouveaux personnages, comme celui de Yidgor , qu’il a créé en s’inspirant du personnage de fiction Albator de Leiji Matsumoto, et ceux des amants de Josacine, la sœur d’Aspirine, car il éprouve de l’attachement et un grand intérêt aux polémiques d’aujourd’hui sur l’égalité des sexes, même s’il s’interroge sur la liberté des auteurs à pouvoir écrire sur les sujets de leur choix. « Nous vivons en ce moment un combat important pour l’égalité homme-femme, pour lequel je participe activement. En revanche, ce même combat est un peu une chasse à la sauvagerie de l’imaginaire car un auteur doit contrôler tout ce qu’il écrit. Il est dommage que nous ne puissions plus rédiger ce qui nous passe par la tête, de manière fictive, sans que cela ait un impact direct sur les problèmes de la société et que des gens soient touchés personnellement ».    

P6063284.JPG

Procédé d’écriture

L’auteur retire généralement de ses récits les dix premières pages pour rentrer dans le vif du sujet, aller directement au cœur des choses. Même si c’est peut-être une erreur car elles représentent l’instantanéité et les idées irréfléchies de son créateur, ce qui rend souvent le début d’un récit plus brut et spontané. De plus, Joann Sfar dit devoir se focaliser sur seulement un seul interlocuteur lorsqu’il écrit et dessine, et c’est son éditrice, Charlotte. Joann Sfar indique ne pas avoir de réelle méthode d’écriture mais essaie de se mettre le plus possible dans la peau de ses personnages. « Lorsque j’écris une BD, j’improvise page après page. Pour un roman, j’écris deux fois plus de pages que celles qui vont être retenues pour le résultat final. Il y a une bizarrerie dans la bande dessinée qui consiste à écrire 46 pages. Ce que j’aime dans cette nouvelle collection de chez Rue de Sèvres dans laquelle Aspirine est publiée, c’est qu’il n’y a pas de limite de pages, c’est open-bar ! »

Procédé de création artistique

P6063293.JPG

L’artiste, qui dessine huit à dix heures par jour, propose ses dessins sans couleurs à sa coloriste fétiche Brigitte Findakly, qui parvient à raconter ce que l’auteur veut transmettre dans sa bande dessinée en jouant avec les couleurs. « J’ai compris depuis longtemps que l’intérêt dans une bande dessinée est le mouvement dans le dessin et pas seulement le dessin en lui-même. La révolte que j’essaie d’exprimer à travers les personnages de mes bandes dessinées ressort grâce au mouvement animé que les couleurs vont leur attribuer ». Joann Sfar, qui réalise ses œuvres généralement en utilisant de l’encre et une plume, a été obligé pendant une période de changer de procédé car son chat jouait sans cesse avec ses outils de travail. Il a depuis un endroit fermé où il peut dessiner tranquillement.      

Une fascination pour les vampires

L’écrivain est fasciné par les monstres depuis toujours, et le fait que certains, comme par exemple les vampires ou les zombies, puissent revenir à la vie le subjugue. Cette fascination s’explique par le fait que l’auteur a perdu sa mère à un âge très jeune et il a voulu se sentir entouré en créant des monstres imaginaires qui étaient ses amis et complices. « Avoir de tels personnages imaginaires autour de soi peut remplir une vie très avantageusement, et de ce fait, on peut se sentir moins seul. Normalement, le monstre est celui que l’on montre du doigt et sur qui l’on veut s’acharner, la norme sociale l’exigeant. Or l’artiste britannique Clive Barker a bercé mon enfance en donnant la parole à ces monstres et en les rendant ainsi attachants et plus réels ».

P6063288.JPG

L’auteur souhaite dorénavant écrire « fin » lorsqu’il termine d’écrire et de dessiner une bande dessinée car il ne veut plus promettre à ses lecteurs qu’il y aura une suite. « Je ne souhaite plus me retrouver dans la situation d’être forcé à faire quelque chose que je ne veux pas faire ».

Les lecteurs qui ont aimé la bande dessinée Aspirine peuvent s’attendre à retrouver leur héroïne vampire dans un second tome, sur lequel Joann Sfar est déjà en train de travailler. Petit aperçu : le personnage d’Yidgor sera coiffé d’une façon très différente… ».

 

Jeunesse éternelle, ou quand Frédéric Rébéna adapte Françoise Sagan en BD

En 1954, Françoise Sagan crée le scandale avec son premier roman Bonjour Tristesse, alors qu’elle n’a que 18 ans. Tandis que François Mauriac la décrit comme un « charmant petit monstre », formule restée célèbre, certains critiques fustigent les actions et comportements des personnages, notamment Cécile, qui « consomme » un garçon avant de rompre, à l’image de l’attitude de son père, Raymond, avec les femmes qu’il fréquente. Or dans les années 1950, représenter une telle relation allait à l’encontre du schéma classique, invitant les amants à se fiancer, à se marier et avoir des enfants en cas de rapport charnel.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mai 2018. Bonjour Tristesse est enfin adapté en bande dessinée, comme une évidence. Frédéric Rébéna est au stylo et au crayon, et Rue de Sèvres édite la BD. A cette occasion, 30 Babelionautes ont pu rencontrer l’auteur-dessinateur le vendredi 25 mai, ainsi que le fils de Françoise Sagan, Denis Westhoff, exécuteur testamentaire de son œuvre.

L’amour impossible

L’un des thèmes majeurs du roman, et donc de cette adaptation, c’est la difficulté des personnages à sortir de leur isolement, de leur solitude, et de s’ouvrir aux sentiments, notamment à l’amour. « C’est un roman sur l’impossibilité de l’amour, explique Frédéric Rébéna. Le père a une attitude très consumériste avec les femmes, et orientée sur le sexe. La fille est dans des contorsions d’adolescente, et a pour seul exemple ce père et ses nombreuses et brèves conquêtes. Finalement, elle adopte vite son attitude… » Et, plus loin encore dans la tristesse, « le seul personnage amoureux, c’est Anne, l’amie de la femme décédée, et une relation un temps heureuse qui va déboucher sur le drame, et lui donner un statut de victime. »

Sagan : hier, aujourd’hui, demain

Dès le début de la rencontre, les lecteurs n’ont pas hésité à poser des questions pour avoir un éclairage sur certains aspects, autant du roman que de la bande dessinée. Et notamment pour savoir si le livre, initialement paru chez Julliard, rencontre toujours un public aujourd’hui – à défaut de choquer la morale contemporaine. « Oui, ça se vend de manière encore très régulière, et à toutes les classes d’âges, précise Denis Westhoff. Le livre est d’ailleurs étudié dans les écoles en Chine, au Japon… j’ai même eu une demande venant d’Iran récemment. »

Frédéric Rébéna a, de son côté, choisi de garder une esthétique faisant largement référence aux années 1950, « pour garder la filiation avec le livre », mais de vieillir un peu les personnages : « En 2018, à 50 ans on est encore jeune. Ca me paraissait utile pour ancrer le récit dans le temps présent. » Et pour bâtir graphiquement la fameuse villa, il avoue avoir « compulsé beaucoup de livres. J’ai recensé des lieux, étudié l’architecture de l’époque, et malgré les jalons visuels codifiés années 1950, je voulais garder quelque chose d’universel et d’intemporel. Vous n’y trouverez pas de date (sauf une mention discrète à la toute fin), j’aimais bien cette idée de temporalité flottante. »

DSC02997

Un dessinateur en quête de personnages

En plus de ses talents de dessinateur, Frédéric Rébéna a cette fois dû s’adonner à l’écriture. « Je n’imaginais pas travailler avec quelqu’un d’autre là-dessus, je voulais faire cette adaptation seul, puisque c’était possible. Avant même de dessiner, j’ai passé beaucoup de temps à écrire, ce qui était très nouveau pour moi. C’est une phase exigeante, un plaisir et une douleur, qui m’a pris deux tiers du temps de réalisation de cette bande dessinée. »

Et visiblement, voilà une œuvre qui lui tenait très à cœur, d’où le soin apporté à ce travail : « C’est un livre que j’associais à mes parents, coincé entre les mémoires de De Gaulle et de Pompidou. Un petit livre isolé dans cette bibliothèque, entre deux figures autoritaires, un livre forcément magnétique pour moi. A 15 ans, je n’ai pas bien compris ce qui m’était raconté. Ma deuxième lecture a été complètement différente. A 50 ans j’ai une lecture plus analytique, plus intelligente sans doute. Je l’ai relu dans de nombreuses éditions, des plus simples aux plus luxueuses, et celle que je préfère est une édition pour lycéens que j’ai bien malmenée à force de l’utiliser. »

D’ailleurs, à force de le lire, l’auteur-dessinateur semble avoir développé une affection particulière pour Cécile : « C’est un livre sur la solitude d’une ado qui rentre dans l’âge adulte. Quitter l’âge d’enfant est une douleur pour elle. Dans la BD elle ressemble énormément à Jean Seberg, qui avait été choisie pour l’adaptation hollywoodienne d’Otto Preminger en 1958. C’est pour moi la meilleure incarnation. » Quand une lectrice très observatrice lui fait remarquer que ses personnages ne sourient jamais, il répond : « On me fait le reproche dans la vie aussi, et je n’arrive pas à traduire le sourire en dessin. Je suis moi-même triste, mélancolique, associé à quelque chose de pas drôle. Mais c’est surtout un problème plus global de représentation. »

DSC02979

Habiter Sagan

Quand on lui demande comment il a abordé ce travail, Frédéric Rébéna a une métaphore toute personnelle : « On m’a confié les clés d’une maison, je l’ai investie en locataire, j’ai respecté le lieu, le bail, en m’autorisant quand même quelques aménagements. Au début je suis entré dans des transes d’inquiétude, en me disant que c’était impossible de l’adapter. Une fois à l’aise entre ces meubles, c’était très agréable. » Ce à quoi Denis Westhoff réagit par un « pas de dégradation » rassurant.

Ce qui implique parfois des « choix assez autoritaires, nécessaires pour la dynamique du récit » selon le dessinateur, comme de garder ce qui est représentable par le dessin, et donc d’enlever une séquence. Une modification assez importante aussi du côté de la chronologie du récit, qui voit l’issue tragique du roman représentée dans les premières planches de la bande dessinée : « Ce choix a été dicté par des obligations de dramatisation, et pour se repérer dans le récit. Techniquement, c’était la meilleure des introductions pour évoluer en tant que lecteur dans cette histoire. »

Par contre du côté du texte, « garder celui-ci mot pour mot était pour moi une question de respect ». Ce que ne contredit pas le fils de Françoise Sagan, qui a d’ailleurs lancé un prix littéraire en 2010 portant le nom de sa mère, et récompensant des auteurs passés généralement sous les radars de la critique.

Et les Babelionautes enthousiastes et ravis, de repartir avec une dédicace chacun, patiemment exécutées par l’auteur de la bande dessinée. Alors finalement, bonsoir gaieté !

Découvrez plus en profondeur l’adaptation de Bonjour Trsitesse en bande dessinée, à travers cette vidéo « Les 5 mots de Frédéric Rébéna » :

Les 10 BD les plus populaires de 2017 sur Babelio

Quelles BD ont été les plus populaires de l’année 2017 ?

A l’occasion du 45ème festival de la BD d’Angoulême, nous vous proposons de découvrir les 10 BD qui ont été les plus populaires sur Babelio pendant l’année 2017.

TopBD2017.png

Des westerns, des biographies, les irréductibles Astérix et Obélix mais aussi de nombreuses surprises émaillent ce classement qui semble confirmer la diversification actuelle du secteur de la bande dessinée et la grande créativité des auteurs et dessinateurs français. Des fictions pures côtoient en effet, dans les premières places, des portraits et autres biographies. A noter que malgré leur énorme succès au cinéma, les récits de super-héros et plus largement les comics sont absents de notre classement, de même que les mangas. Peut-être feront-ils un retour fracassant en 2018 !

On remarque en outre que certains personnages, pourtant pas si vieux (enfin si l’on exclut notre bande des Vieux Fourneaux 🙂 ), sont déjà devenus de véritables classiques de la BD.

Enfin, si la plupart des auteurs du classement sont des dessinateurs ou scénaristes reconnus, il y a fort à parier que cette liste vous fera découvrir de nouveaux horizons de lecture. Comme toujours, n’hésitez pas à commenter l’article et nous faire part des BD, comics ou mangas qui auraient dû, selon vous, y figurer.

Pour information, nous entendons par “bandes dessinées les plus populaires” celles qui ont le plus été ajoutées dans les bibliothèques de nos membres en 2017.

10 : Undertaker, tome 3 : L’Ogre de Sutter Camp de Xavier Dorison

Apparu il y a deux ans à peine aux rênes d’un bien sombre corbillard, Jonas Crow alias L’Undertaker vient subrepticement de faire sa place au milieu des plus grandes figures de l’Ouest. Alors que Blueberry, Lucky Luke ou encore Buddy Longway régnaient sans partage dans les albums de BD franco-belges, il faudra désormais compter sur ce croque-mort au lourd passé. Et ce sont justement des fantômes qu’il croyait enterrés depuis longtemps qui surgissent dans ce troisième album dans lequel Jonas Crow peut tout de même compter sur le soutien de ses nouvelles alliées féminines.

undertaker1

Le scénario signé Xavier Dorison a été aussi apprécié que les dessins de Ralph Meyer :  “Les cadrages sont dynamiques souligne Franz, et la mise en couleur réjouissante notamment dans le rendu des scènes nocturnes. Le croquemort traque le croquemitaine, la Camarde danse la gigue et l’animal lecteur se retrousse les babines de plaisir.”

Découvrez Undertaker, tome 3 de Xavier Dorison et Ralph Meyer, publié chez Dargaud

9 : Secret pour secret de Charlotte Bousquet

sec.jpg

Au milieu de nombreuses BD plutôt orientées « adultes », Secret pour secret fait une entrée remarquée dans notre classement. S’adressant à un public adolescent, cette BD de Charlotte Bousquet parle de thèmes importants et parfois graves comme la sexualité, les relations amoureuses ou amicales ou encore l’avortement. On suit dans ce récit la jeune Louane, 16 ans, qui apprend qu’elle est enceinte. Elle a quitté celui qui pourrait être le père de l’enfant mais Louane ne sait pas trop quoi faire, comment réagir, quelle décision prendre. Elle va se rapprocher de Cécile, une autre adolescente et tenter de se confier à elle.

secretpsecret.jpg

Sur un thème « casse-gueule », Charlotte Bousquet, réussit son pari en traitant ces douloureux sujets avec nuance et en ouvrant le débat. Camille, elle-même lycéenne, a apprécié cette BD : « En lisant cet [ouvrage] nous arrivons à nous mettre à la place de cette jeune fille en nous expliquant que nous ne sommes pas à l’abri d’une situation comme celle du personnage principal ».

Découvrez Secret pour secret de Charlotte Bousquet, publié chez Gulf Stream éditeur

8 : Les vieux fourneaux, tome 4 : La magicienne de Wilfrid Lupano

La-magicienne.jpg

Voici les septuagénaires les plus rock’n’roll du neuvième art ! Et après un succès toujours renouvelé lors de la sortie des trois premiers tomes, les voici qui reviennent, pieds au plancher, pour un album très en prise avec l’actualité contemporaine. Dans ce nouvel album scénarisé par Wilfrid Lupano et dessiné par Paul Cauuet, il est en effet question de la crise que traverse la France « profonde », de création d’emploi mais aussi d’écologie et d’entreprises aux activités peu reluisantes.

vf.jpg

Nos « petits vieux » sont toujours aussi populaires, une popularité qui sera d’ailleurs bientôt couronnée par la sortie d’une adaptation au cinéma. Mais nul besoin de s’enfermer dans une salle obscure pour apprécier dès maintenant leurs trépidantes aventures. Comme le résume Paroles à la lecture de ce dernier tome : « On rit, on s’émeut, on en redemande ».

Découvrez Les vieux fourneaux, tome 4  de Lupano et Paul Cauuet, publié chez Dargaud

7 : Les Cahiers d’Esther, tome 2 : Histoires de mes 11 ans  de Riad Sattouf

esther2.jpg

Quand il ne régale pas ses lecteurs avec le récit de sa jeunesse en Lybie ou en Syrie, Riad Sattouf raconte l’histoire d’une petite fille (bien réelle) d’aujourd’hui, Esther. Elle avait 10 ans dans le premier tome et racontait tout ce qui constituait sa vie. On la retrouve un an plus tard alors qu’elle rentre en CM2. L’objectif de Riad Sattouf est de la suivre jusqu’à ses 18 ans au rythme d’un album par an.

esther.jpg

A 11 ans, Esther prouve qu’on peut être encore un enfant et avoir un regard acéré sur l’actualité. Des attentats à la religion, Esther s’interroge sur le monde dans lequel elle vit. Riad Sattouf traduisant ses pérégrinations et interrogations en dessin. Mesechappeeslivresques a « de nouveau passé un excellent moment en compagnie d’Esther avec ce deuxième opus qui donne le sourire. Les aventures de cette attachante fillette sont une fois de plus irrésistibles. »

Découvrez Les Cahiers d’Esther, tome 2 de Riad Sattouf, publié chez Allary éditions

6 : Idéal Standard d’Aude Picault

6.jpg

C’est la notion du couple qui est au coeur de ce nouveau récit signé Aude Picault. Claire, trentenaire, cherche une relation durable après de nombreuses déceptions amoureuses. Elle semble enfin la trouver lorsqu’elle rencontre Franck chez qui elle s’installe rapidement.  

ideal standard.jpg


Mais qu’est-ce qu’un couple ? La société ne nous impose-t-elle pas certains modèles qui ne correspondent pas à la vie de tout le monde ? Aude Picault, fidèle à ses habitudes, s’attaque avec malice à la vie contemporaine de jeunes trentenaires un peu perdus dans la vie. C’est pour Checc « une chouette BD qui confronte l’idéal de relation d’une trentenaire banale à la réalité triviale. Le trait – léger et fin – campe des situations du quotidien. »

Découvrez Idéal Standard d’Aude Picault, publié chez Dargaud

5 : L’adoption, tome 2 : La Garùa de Zidrou

5.jpg

Zidrou et Arno Monin reprennent l’histoire quelques mois après là où elle s’était arrêtée dans le premier tome. Vu la qualité de l’intrigue et l’incroyable retournement de situation qui conclut le récit, il n’est pas étonnant que les lecteurs aient été nombreux à se replonger dans les aventures familiales compliquées de la petite Qinaya. Dans ce tome, c’est Gabriel le grand-père qui a le premier rôle. Il va à Lima retrouver cette petite fille avec qui il avait noué une touchante relation.

gabriel.jpg

La conclusion de l’histoire est surprenante mais a conquis les lecteurs qui saluent unanimement un récit émouvant et superbement dessiné. Il s’agit pour Oliphant d’une « histoire tendre qui donne du baume au coeur. C’est la vraie vie et c’est une bonne claque. Mais les épreuves permettent parfois de se remettre en question et de réparer ce qui peut encore l’être… »
Découvrez L’adoption, tome 2 de Zidrou et Arno Monin, publié chez Bamboo éditions

4 : Irena, tome 1 de Séverine Tréfouël, Jean-David Morvan & David Evrard

4.jpg

Voici « l’histoire vraie d’une héroïne oubliée ». Cette héroïne c’est Irena, une résistante polonaise qui a sauvé près de 2500 enfants du ghetto de Varsovie. Scénarisé par le duo Séverine TréfouëlJean-David Morvan et dessiné par David Evrard, ce premier tome d’une trilogie annoncée raconte la vie de cette infatigable jeune femme, révoltée par le sort d’une partie de la population. Alors qu’elle est chargée d’apporter de l’aide aux pauvres dans le ghetto de Varsovie, Irena va rapidement mettre sa propre vie en danger en protégeant un jeune enfant dont sa mère, mourante, ne peut plus s’occuper. C’est le point de départ de l’engagement d’Irena. Il faudra lire la suite pour voir l’étendue de son rôle.

irena.jpg

« Pédagogique, touchante, sans mièvrerie et sans concession, résume RosenDero, Irena est une BD bouleversante sur un sujet qui, à force d’être mentionné, pourrait perdre de sa prégnance. En se focalisant sur des enfants, en illustrant de manière naïve mais non censurée les atrocités commises et subies, Irena concrétise la souffrance et l’absurdité du fascisme. « 

Découvrez Irena, tome 1 de Séverine Tréfouël, Jean-David Morvan et David Evrard, publié chez Glénat

3 : Une soeur de Bastien Vivès

3.jpg

Entre deux épisodes de Lastman, Bastien Vivès a proposé cet été Une soeur, un très délicat one-shot sur le thème de l’initiation amoureuse, de la découverte de son corps et de celui des autres. Le jeune Antoine, en vacances à l’été un peu aride de ses 13 ans, découvre celui d’Hélène, une jeune fille de 16 ans. Un peu plus sûre d’elle, plus expérimentée, moins timide, Hélène bouleverse la vie d’Antoine, qui a encore un pied dans l’enfance.

967337UNESOEUR64805.jpg

Nouvelle illustration du génie de Vivès dans le minimalisme : celui de son dessin, constitué de seulement quelques traits mais aussi de son récit, tout en pudeur et en silence. Pour Nath45, « la réussite de cet album est dans l’écriture et son graphisme. Dans les deux, j’ai trouvé de la délicatesse, une certaine fraîcheur, un respect de l’autre, de la sensibilité.”

Découvrez Une soeur de Bastien Vivès, publié chez Casterman

2 : Astérix, tome 37 : Astérix et la Transitalique de Didier Conrad et Jean-Yves Ferri, d’après René Goscinny et Albert Uderzo

2.jpg

37ème tome des aventures du plus célèbre Gaulois et, déjà, troisième aventure signée du nouveau tandem constitué de Didier Conrad et Jean-Yves Ferri, Astérix et la Transitalique est non seulement l’une des meilleures ventes de l’année, tous livres confondus, mais aussi l’une des BD les plus populaires auprès des lecteurs de Babelio. Reprenant très fidèlement l’univers créé par Uderzo et Goscinny et en y incorporant leur propre humour, il est vrai pas si éloigné de celui du duo d’origine, les deux auteurs ont réussi à séduire les lecteurs, quel que soit leur âge.

Asterix.jpg

Dans ce nouvel album, nos trois héros (quoi, Idéfix ne représente donc rien pour vous ? ) participent à une grande course organisée par César pour prouver que ses routes sont les meilleures. Evidemment, nul autre qu’un Romain ne serait avisé de la remporter. A moins que nos irréductibles Gaulois ne s’en mêlent ? « Le graphisme est superbe, annonce Dgwickert dans sa chronique, on n’y voit que du feu, rapport au changement de dessinateur. Les vannes sont toujours aussi bonnes, à mon avis : l’héritage est bien transmis ». Et vous, qu’avez-vous pensé de ce nouveau tome ?

 

Découvrez Astérix, tome 37 : Astérix et la Transitalique de Didier Conrad et Jean-Yves Ferri, publié aux éditions Albert René

1 : Culottées, tome 2 de Pénélope Bagieu

1.jpg

« It’s a Man’s World » chantait James Brown dans les années 1960 (sans qu’on ne sache trop s’il s’en plaignait ?). C’est un monde d’hommes dans lequel les femmes sont peu visibles. « Les femmes sont obligées d’être plus culottées que les hommes car il y a un véritable problème d’invisibilité et de représentativité qui ne choque personne” déclarait il y a peu l’auteur en interview. Qui connaît en effet la vie de Nellie Bly, qui invente quasiment à elle toute seule le journalisme d’investigation ? Ou encore l’athlète Cheryl Bridges qui bat le record mondial de marathon en 1971 ? Ou, à vrai dire, n’importe laquelle de ces 15 femmes dont Pénélope Bagieu dresse les portraits dans ce deuxième tome de ses Culottées ? Ces femmes ont toutes, comme point commun, d’avoir eu un jour le culot de braver les interdits imposés par leur condition pour aller au bout de leurs idées et de leurs talents. Alors que les articles se multiplient pour célébrer tel ou tel autre héros masculin quel que soit le domaine, ces héroïnes sont loin d’avoir été autant médiatisées, laissant les petites filles d’aujourd’hui avec bien moins de modèles et donc de perspectives d’avenir que les garçons.

ct2

C’est pour Boudicca « une lecture instructive qui secoue mais qui fait aussi beaucoup de bien au moral : on en ressort avec la pêche et des idées plein la tête ». Et c’est la bande dessinée la plus populaire de l’année 2017 sur Babelio !

Découvrez Culottées, tome 2 de Pénélope Bagieu, publié chez Gallimard BD

Ce classement correspond-il à votre bédéthèque idéale de 2017 ? Quelles BD auraient mérité d’y figurer ? Partagez vos impressions et coups de coeur BD de l’année 2017 en commentaire !

 

Où Babelio vous donne un aperçu de la rentrée littéraire 2013

La rentrée littéraire, cet “évènement” typiquement français…

“’Evènement” entre guillemets car, concrètement et historiquement, nul ne s’est concerté pour déclarer officiellement la création d’une rentrée littéraire. Le phénomène est dû à une apparition massive et simultanée de plusieurs prix littéraires au fil des années qui, se concurrençant les uns les autres, poussent les éditeurs à sortir leurs nouveautés dans ce climat de forte compétitivité. Le tout, relayé par la presse, donne naissance à cette fameuse rentrée qui ne pouvait espérer meilleur endroit où croître que le très littéraire Paris.

Que l’on soit amateur de Jean d’Ormesson ou de Maxime Chattam, la rentrée littéraire a le mérite de rassembler les lecteurs autour du livre et de la littérature. Vous avez eu l’occasion de découvrir sur Babelio plusieurs listes de livres vous mettant, j’en suis sûre, l’eau à la bouche. Réjouissez-vous car ce ne sont pas les titres (555 au total) qui manquent. Autant le dire, il y en aura pour tous les goûts !

Parlons chiffres tout d’abord : 555 romans attendus (soit une baisse de 14% par rapport à 2012) dont 86 premiers romans et 198 titres étrangers.  On dénombre moins de livres édités que l’année précédente, moins de têtes d’affiche et plus de jeunes auteurs. Parmi ces jeunes plumes, citons Karin Serre, Boris Razon, Nicolas Clément, Julie Bonnie, Frédéric Verger…

Evidemment, les “monstres sacrés” seront au rendez-vous. Vous serez nombreux à dévorer cvt_Les-perroquets-de-la-place-dArezzo_9616La nostalgie heureuse (Albin Michel) d’Amelie Nothomb, Les Perroquets de la place d’Arezzo  (Albin Michel) d’Eric-Emmanuel Schmitt ou encore L’échange des princesses  (Seuil) de Chantal Thomas et Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit (Robert Laffont)  de Jean d’Ormesson.

La veine autobiographique, les romans inspirés de faits réels et les autofictions envahiront très prochainement les rayons de votre librairie préférée. Á noter par exemple le très détaillé Intérieur  (Gallimard) de Thomas Clerc, ou l’art d’examiner centimètres par centimètres son appartement parisien et de se livrer à quelques réflexions personnelles. Vous trouverez également La Servante du seigneur  ( Stock) de Jean Louis Fournier, qui narre la lente perte de contact entre un père et sa fille entrée dans les ordres, Canada  (L’Olivier), de Richard Ford, très attendu après 5 ans d’absence, qui relate la destruction d’une famille suite à une sombre histoire de vol, ainsi que Les saisons de Louveplaine (Seuil) de Cloé Korman , récit d’une jeune émigrée à la recherche de son mari parti en France pour travailler .

L’ écriture de l’intime rejoint également l’Histoire à travers des textes comme Le jour où les skateboards seront gratuits  (Calmann-Lévy), de Saïd Sayrafiezadeh, dont le père, un fervent militant communiste dans les années 70 aux Etats-Unis, lui interdit jusqu’à la consommation de raisins pour raisons politiques et lui refuse toute intégration sociale.

« Une littérature tâtonnante, cherchant à comprendre sa mission et à trouver comment s’emparer du monde et le raconter »  justifierait, selon Raphaëlle Leyris du Monde des livres, la multiplication d’ouvrages de cette rentrée ayant pour sujet des grands noms de la littérature comme Victor Hugo (Trois grands fauves, de Hugo Boris chez Belfond), Jean Anouilh et le défi de monter Antigone à Beyrouth (Le Quatrième mur, de Sorj Chalandon chez Grasset ) ou Guy Debord dans Haute Epoque  (Albin Michel) de Jean-Yves Lacroix, où le narrateur rapporte sa rencontre avec  le philosophe dans une cellule de dégrisement. Une idée séduisante que cette “crise de la littérature” qui accouche de romans très variés et surprenants que les amateurs de littérature sauront apprécier.

Les tragédies qui ont marqué l’année 2012 sont largement relayées avec, en toile de fond, la montée des nationalismes et la menace d’une crise écologique (Le sang des fleurs chez Actes Sud, de Johanna Sinisalo). Le sulfureux Utoya (Ring), où Laurent Obertone nous invite à plonger dans l’esprit du tueur norvégien Anders Breivik, ne manquera pas de faire scandale (vous pouvez voir le teaser du livre : ici), tout comme le récit de la radicalisation d’un enseignant et auteur désabusé, dans Toute la noirceur du monde  (Flammarion) de Pierre Mérot.

le jour où les skates board seront gratuits monde-sans-oiseaux l'échange des princesses

Mais il n’y en a pas uniquement pour les drames et les histoires tristes ! Le très humoristique Manuel de survie à l’usage des incapables (Au Diable Vauvert), signé par Thomas Gunzig, invite le lecteur à suivre les mésaventures rocambolesques de  trois loups, un baleinier au cœur tendre et un primeur malheureux à l’assaut du monde contemporain, tout en cynisme et poésie.

Á noter également quelques ovnis, comme Monde sans oiseaux ( Stock) de Karin Serre,  relatant l’histoire de Petite Boite d’Os vivant au bord d’un lac norvégien dans lequel nage des cochons fluorescents et au fond duquel dorment des cercueils. Mais cela ne l’empêche pas de trouver l’amour avec un prétendu cannibale du nom de Joseph.

transperceneige

Et la Bande dessinée ? Souvent oubliée des émissions littéraires, le neuvième art aussi fait sa rentrée.  Cette année la publication de bandes dessinées est en hausse par rapport à 2012, contrairement à l’édition « classique ».  Quelques pointures et incontournables assureront aux éditeurs une rentrée sur les chapeaux de roues.  Astérix chez les Pictes (Albert René) , le tome 22 de la série Treize (Dargaud), l’épisode 18 de la désormais célèbre saga Walking Dead (Delcourt),  un nouveau Trolls de Troy (Soleil), le 34ème volume de Thorgal (Le Lombard), un nouvel opus de Blacksad (Dargaud) pour n’en citer que quelques-unOn trouvera également l’intégrale du Transperceneige (Casterman BD) la saga mythique prochainement adaptée au cinéma.

Des surprises également, notamment du côté de chez Zep qui s’essaie pour la première fois à la bande dessinée pour adultes avec Une Histoire d’hommes (Rue de Sèvres). Assisté par Janry, l’auteur Eric-Emmanuel Schmitt passe du côté des planches avec son titre Les aventures de Poussin 1er (Dupuis). 

A_la_recherche_du_temps_perdu_

Littérature et Bd sont loin d’être des frères ennemis ! Stéphane Heuet livre le sixième et dernier tome du cycle A la recherche du temps perdu.  Miles Hyman et David Fincher sortiront en novembre leur version du Dahlia Noir (Casterman) et le roman La princesse des glaces (Casterman), de la suédoise Camilla Läckberg, verra le jour en novembre dans l’adaptation de Léonie Bichoff et Bocquet. Camus sera de nouveau à l’honneur  avec la sortie du Premier homme (Futuropolis), de José Muñoz.

Que vous soyez puriste ou novice, la rentrée littéraire côté BD promet, elle aussi, de satisfaire les goûts les plus éclectiques !

On attend, évidemment, vos avis concernant les titres de cette rentrée littéraire sur Babelio. D’ici là, bonnes lectures et bonnes découvertes !