Amours et tromperies chez les Hemingway, avec Naomi Wood

Nous avons tous une image relativement figée d’Ernest Hemingway, homme à femmes, libérateur du Ritz, correspondant de guerre aux premières lignes du débarquement des troupes Alliées en France pendant la Seconde Guerre mondiale et prix Nobel de littérature.

Invités à lire Mrs Hemingway, à paraître aux éditions de la Table ronde, et à rencontrer son auteur Naomi Wood dans les locaux de Babelio, une trentaine de lecteurs ont découvert un aspect méconnu de la personnalité et de la vie d’Hemingway à travers son rapport non pas aux femmes mais à ses femmes, qui furent quatre à porter le disputé mais ô combien cher titre Mrs Hemingway.

IMG_1689

Durant l’été éclatant de 1926, Ernest Hemingway et sa femme Hadley partent de Paris pour rejoindre leur villa dans le Sud de la France. Ils nagent, jouent au bridge et boivent du gin. Mais où qu’ils aillent, ils sont accompagnés de l’irrésistible Fife, la meilleure amie de Hadley, et l’amante d’Ernest…

Hadley est la première Mrs. Hemingway, mais ni elle ni Fife ne sera la dernière. Au fil des décennies, alors que chaque mariage est animé de passion et de tromperie, quatre femmes extraordinaires apprendront ce que c’est que d’aimer – et de perdre – l’écrivain le plus célèbre de sa génération.

IMG_1662

Entre les lettres

Admiratrice de longue date de l’écrivain, c’est tout naturellement que Naomi Wood, après avoir dévoré romans et nouvelles d’Ernest Hemingway, s’est tournée vers sa correspondance : “Lorsque j’ai pour la première fois lu cette correspondance amoureuse, j’ai découvert quelque chose de vraiment intéressant. L’écriture n’avait rien à voir avec tout ce que j’avais pu lire de l’auteur du Vieil Homme et la mer jusque là, le ton, l’écriture, la texture des textes était vraiment surprenante.” Intriguée, Naomi Wood décide de se rendre à la bibliothèque de l’université de Boston afin de lire les réponses aux lettres qu’elle avait déjà lues : “Je savais qu’il existait une édition de la correspondance complète d’Hemingway dans cette bibliothèque. C’est vraiment la curiosité qui m’a poussé à lire ces textes et à finalement me lancer dans l’écriture d’un roman.”

IMG_1714

L’homme privé

Si l’on connaît tous l’écrivain viril et sûr de lui tel qu’il a souvent été décrit, le personnage abritait en lui une véritable dualité, ce qu’explique Naomi Wood à ses lecteurs: “En analysant cette correspondance, j’ai compris qu’elle dévoilait un aspect de la personnalité d’Hemingway que ses lecteurs n’ont jamais eu l’occasion de voir et qui contraste avec son image publique. Chez lui, dans sa relation avec les femmes de sa vie, on découvre un être fragile qui ne joue pas la comédie. Il se sentait en sécurité et sa façon d’être n’avait plus rien à voir avec l’homme bourru que l’on pouvait connaître. »

IMG_8149

Pourquoi rester ?

Aux yeux de Naomi Wood, Ernest Hemingway était un véritable aimant à femme, capable de les attirer tout autant que de les repousser : “Il déstabilisait les femmes, j’en suis persuadée. Autrement, comment expliquer que ces quatre femmes soient restées autour de lui pendant si longtemps, tout en étant ouvertement au courant de la présence des autres ? Intelligentes, elles avaient toutes la capacité intellectuelle et les moyens pécuniers de partir, de le laisser. Elles ont toutes cependant fait le choix de rester et de souffrir ensemble et c’est en partie ce qui m’a poussé à écrire ce roman.”

IMG_8174

L’art du roman

Le cadre du roman est basé sur les lettres d’Hemingway et de ses femmes : « Ces documents m’ont servis à construire le cadre de mon roman, à rendre mon scénario crédible et relativement fidèle à l’histoire ». En revanche, l’écrivain a ajouté des éléments inventés afin de combler les vides laissés par cette correspondance : « Personne n’était là pour entendre ce que se disaient réellement les personnages, et j’ai seulement pu lire ce qu’ils ont bien voulu écrire. C’est mon rôle d’auteur d’arriver à imaginer ces détails. J’avais une structure et j’ai rajouté un décor. C’est un roman, pas une biographie, ou peut-être est-ce même à la frontière entre les deux…”

IMG_8183

Ne pas juger

Juger ses personnages est selon Naomi Wood un écueil à éviter lorsque l’on se lance dans l’écriture d’un roman : “Je ne crois pas qu’il faille avoir d’avis définitif sur ses personnages avant de commencer à écrire sur eux ; sinon ils en deviennent ennuyeux. Il faut plutôt essayer de comprendre les motivations cachées derrière les actes et faire preuve de bonté. C’est exactement ce que j’ai fait avec Hemingway, pourtant bien connu pour n’être pas vraiment sympathique.” Hemingway, victime de lui-même ? “Au départ, je m’indignais devant son comportement et puis j’ai commencé à comprendre que tout était loin d’être facile pour lui, avec ces quatre femmes qui tournaient toujours autour de lui. Je me suis finalement demandé si il n’était pas la première victime du mythe qu’il avait lui-même créé autour de sa personnalité.”

IMG_8180

Prêter la voix

Sur les quatre femmes de l’écrivain, Naomi Wood confie avoir pris beaucoup de plaisir à mettre en scène le personnage de Fife : “Il s’agit je crois de mon personnage préféré avant tout parce que dans les écrits de son mari, elle apparaît comme le diable incarné ! Je me suis donc beaucoup amusée à lui donner vie. Par ailleurs, une autre motivation m’a animée lors de l’écriture. Je sais que les trois autres femmes de l’écrivain ont eu l’occasion dans leur vie de raconter leurs expériences avec Hemingway, au travers de biographies ou de divers écrits publics. Toutes, sauf Fife, décédée trop vite. J’étais ravie et honorée de pouvoir lui prêter une voix dans mon roman.”

IMG_8184

Triangle et coeur

Le triangle amoureux, voilà une situation bien difficile à vivre et qu’Ernest Hemingway a pourtant reproduit avec chacune de ses femmes. Intriguée par cette surprenante redondance, Naomi Wood s’en est inspirée pour construire son roman : “Le but dans Mrs Hemingway était de mettre en scène ces triangles, qui ont existé à chaque moment où une nouvelle femme arrivait dans la vie de l’écrivain. Dans le roman, chaque chapitre est dédié à la dissolution d’un couple. Ces quatre périodes constituent en réalité quatre fins et c’est ce qui m’a beaucoup plu dans cette histoire. Dramaticalement très intéressante, la répétition de ce schéma permet de faire rentrer immédiatement le lecteur dans le drame et dès lors d’obtenir une structure propice au roman.”

IMG_8185

Retrouvez Mrs Hemingway de Naomi Wood, à paraître aux éditions de La Table Ronde

Une réflexion sur “Amours et tromperies chez les Hemingway, avec Naomi Wood

  1. Merci pour cet article et pour cette rencontre très chouette ! Naomi Wood est très sympathique et accessible. Et indulgente quand j’ai essayé de lui glisser deux-trois questions en anglais pendant la dédicace ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s