Quand Babelio rencontre les éditions Scrineo

Les éditions Scrineo fêtent cette année leurs 10 ans. C’est dans le cadre du salon de la littérature et de la presse jeunesse que nous avons rencontré leur fondateur et éditeur, Jean-Paul Arif, dans les locaux de la maison, dans le 2e arrondissement de Paris

Maison généraliste, elle élargit depuis sa création le spectre de ses publications et n’a pas fini de nous surprendre. Rencontre avec ces grands aventuriers de l’édition.

logo

arif

La maison Scrineo a été fondée en 2005. Pouvez-vous nous raconter l’histoire de sa création ?

2005, 2016… Notre maison commence à être vieille ! En réalité, nous ne nous sommes pas toujours appelés Scrineo. Les premiers ouvrages sont en effet parus sous le label « Les carnets de l’info ». D’ailleurs, le tout premier objet que j’ai édité n’a même pas été un livre puisqu’il s’agissait d’un jeu de piste pour téléphone portable, intitulé Via Temporis. Lorsque l’on y réfléchit, nous avons fait le cheminement inverse de la plupart des maisons : nous sommes passés du numérique au papier. Nous avons commencé par publier des essais, des documents pour adultes comme les livres de Pierre Kosciusko-Morizet, de Robert Guédiguian  ou encore des guides comme Je suis débordé(e) à la maison. Ce premier label est d’ailleurs toujours vivant à l’heure actuelle et nous continuons à l’exploiter avec certains titres, dont Portraits au travail, qui sera publié en janvier 2017. L’entité à l’origine de la maison est finalement devenue une collection au sein du Scrineo actuel.

img_20161125_110057

Comment êtes-vous passé des Carnets de l’Info à Scrineo ? Quelles ont été les grandes étapes de la maison jusqu’à aujourd’hui ?

En 2010, nous nous sommes lancés dans la fiction. Dès lors, le label de la maison ne convenait plus à notre nouvelle ligne éditoriale et c’est pourquoi nous avons choisi de changer de nom. Scrineo, c’est le nom que portait notre société à l’époque et c’est celui que nous avons choisi d’adopter. Changer de label est un moment risqué dans la vie d’une maison et nous avons eu la chance de publier des titres qui ont connu un succès public, comme par exemple Les Hauts Conteurs, lauréat à l’époque du Prix des Incorruptibles. Cela nous a vraiment permis de nous lancer dans la fiction jeunesse et jeune adulte et petit à petit dans les littératures de genre.

L’année 2013 constitue la dernière grande étape de notre évolution jusqu’à aujourd’hui puisque c’est l’année où nous avons lancé la revue de culture générale l’éléphant.

Vous êtes le fondateur de cette maison, au sein de laquelle vous jouez également le rôle d’éditeur. Quel a été votre parcours jusque-là ?

Tout remonte sans doute à mes rêves d’enfant ! A l’âge de 10 ans, j’avais décidé d’avoir plusieurs vies : une première « d’homme d’affaire » et une vie davantage artistique. C’était très inconscient mais bel et bien présent en moi. Je suis donc devenu ingénieur chez Matra (aujourd’hui Airbus), pendant 17 ans, où je m’occupais du pôle imagerie spatiale. J’avais oublié cette promesse d’enfant, jusqu’au jour où j’ai senti qu’il était temps pour moi de me tourner vers ma deuxième vie. J’aurais pu décider de devenir artiste moi-même, mais j’ai finalement choisi de travailler avec eux, en devenant éditeur. Je me suis orienté vers l’édition parce qu’elle permet de créer une identité propre : nous avons le sentiment, en tant qu’éditeur, que notre travail s’inscrit dans la durée, et que nous bâtissons jour après jour notre ligne éditoriale, année après année notre maison d’édition.

Aujourd’hui, quels sont les différents pôles de la maison ?
Nous sommes une maison toujours généraliste, mais avec deux axes principaux aujourd’hui : la littérature jeunesse et jeune adulte, et la culture générale autour de la revue l’éléphant. Si je devais résumer notre promesse, je dirais Scrineo c’est « le savoir et l’imagination ».

Nous nous appuyons sur trois directeurs de collection pour développer notre programme. Agnès Marot dirige une collection destinée au public jeune adulte. On y trouve des titres comme Zalim, de Carina Rozenfeld, une aventure à la frontière des genres, entre possession, steampunk, magie et fantasy médiévale, ou Sim Survivor, une dystopie signée Loïc Le Borgne qui nous surprend avec des échos trompeurs à des univers fantastiques connus.

simsurvivor_une-ok-386x600Un premier roman, L’Aura noire, de Ruberto Sanquer, ouvrira l’année 2017 sur ce segment jeune adulte : les aventures d’une apprentie sorcière frappée d’une malédiction, et entourée de sa bande de copines, dans un univers post apocalyptique baigné de magie et d’écologie.

couv_walden-395x600Nous éditons également une collection adressée aux collégiens, dirigée par Arthur Ténor. Elle propose des titres comme Le Monde selon Walden, de Luc Blanvillain,  un conte moderne sur les réseaux sociaux, mettant en scène un enfant différent par son style et sa façon d’être. Filmé en cachette par des camarades moqueurs, il devient l’objet d’un buzz internet, faisant réfléchir ses lecteurs sur la notion de notoriété. Nous développons activement cette collection qui s’intéresse à des sujets contemporains dans un spectre adolescent. Je suis CharLiberté !, d’Arthur Ténor, en est un titre fort : un charliberteune-398x600garçon décide, à la suite des attentats contre Charlie hebdo, de monter un journal satirique dans son collège. Ce roman aborde pour les jeunes lecteurs le thème épineux de la liberté d’expression, qui sera prolongé début janvier par celui de la laïcité, avec Guerre des idées au collège – Laïcité en danger, du même auteur.

Arthur Ténor dirige deux autres collections chez Scrineo à l’attention des collégiens.

« Roman d’horreur » est destinée aux adolescents amateurs de sensations fortes, avec notamment Seuls les alligators vous entendront crier, de Nadia Coste, ou l’aventure cauchemardesque d’une classe de 3e en voyage en Louisiane, et victime du vaudou.

quand-joseph-meister-fut-sauve-par-pasteur-402x600« Il était un jour » est quant à elle une collection de récits historiques racontés du point de vue des enfants. Cet automne, on a pu découvrir l’histoire de l’invention du vaccin contre la rage du point de vue du premier cobaye humain de Pasteur : le jeune Joseph Meister, dans Quand Joseph Meister fut sauvé par Pasteur, de Lorris Murail.

Notre troisième directrice de collection est Stéphanie Nicot, avec qui nous lançons une collection de Science-Fiction pour un public adulte, avec une forte composante space opera, même si nous restons ouverts aux autres genres. Le premier titre de la collection, Les Océans stellaires, de Loïc Henry, est paru en octobre, et sera suivi par Étoiles sans issues, de Laurent Genefort, en février 2017.oceans-stellaires_une-386x600

Si la littérature de genre figure majoritairement dans votre catalogue, vous publiez également des titres de littérature générale. Pouvez-vous nous en parler ?

Nous avons effectivement une collection que nous avons baptisée « Grand écran », et dont les auteurs sont pour la plupart issus d’univers visuels (théâtre, cinéma, télévision, BD). Avec sept titres au catalogue, trois options d’adaptation audiovisuelle ont été signées, et deux sont en cours de discussion. Le dernier roman en date dans cette collection est Crise et châtiment, de Bertrand Fitoussi. Il s’agit d’un roman truculent et cruel sur la chute d’un trader londonien.
Scrineo s’est démarquée à sa création grâce à son intérêt tout particulier pour les jeunes auteurs. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Cette démarche d’ouverture aux jeunes auteurs était effectivement une volonté de ma part. Nous sommes toujours très heureux de pouvoir lancer de nouvelles plumes ; cela fait partie des aspects passionnants du métier d’éditeur. J’aime rencontrer des auteurs, travailler avec eux sur leur texte. Il y a une vraie satisfaction quand un jeune auteur vous remercie parce que vous l’avez aidé à transformer ses intentions en écriture et à faire émerger son œuvre.

img_20161125_110104Certains auteurs ont débuté chez nous et sont installés aujourd’hui dans le paysage littéraire français ; je pense notamment à Gabriel Katz, Oliver Peru, Patrick Mc Spare, Marie Pavlenko, Aurélie Wellenstein…  qui ont su imposer leur personnalité et sont aujourd’hui des auteurs phares du monde de l’imaginaire. Beaucoup de nos auteurs, comme Estelle Faye, primée trois fois pour La Voie des Oracles (Prix des Imaginales 2015, Prix Elbakin 2015, Prix ActuSF de l’Uchronie pour le tome 3 en 2016), ont été couronnés par des prix importants, ce qui est toujours très encourageant pour une jeune maison d’édition.

Début 2017, nous accueillerons deux jeunes auteures dans notre catalogue « Jeune adulte » : Ruberto Sanquer pour son premier roman L’Aura noire, et Louise Revoyre, qui s’ouvre à un nouveau genre avec Mon futur en replay, après avoir co-écrit chez Scrineo une série pour la jeunesse.

En effet, une spécificité de votre catalogue est que vous ne publiez que des auteurs français. Pour quelle raison ?

Il s’agit effectivement de l’une de nos particularités depuis la création de la maison. Il ne s’agit pas d’une démarche chauvine, mais  plutôt d’une histoire de goût. Il existe en France énormément de bons auteurs que j’ai envie de faire connaître. Ils ont leur particularité, une façon originale d’aborder les sujets que l’on pourrait qualifier de « french touch ». Ce qui me motive, c’est de les découvrir, de les promouvoir, d’accompagner autant que faire se peut ceux qui nous rejoignent. Nous publions peu et tous nos auteurs sont importants.

img_20161125_110100Je ne suis pas attiré par l’importation de succès anglo-saxons, et suis même assez inquiet par la progression de la culture main stream, tirée par des budgets marketing colossaux et des approches à 360 degrés incluant le livre, le film et le jeu vidéo, et que je juge passablement écrasante. Mon rôle d’éditeur, et tout particulièrement d’éditeur indépendant, est plutôt dans la défense de la diversité.  D’abord avec des auteurs français, mais pourquoi pas demain, hongrois, suédois ou allemands… Nous y viendrons sans doute un jour !

En parlant d’évolution, des nouveautés sont-elles prévues dans votre catalogue ?

Comme je l’ai dit, nous lançons une collection SF qui vient enrichir notre catalogue « Imaginaire adulte », comprenant les titres de Gabriel Katz et Rod Marty, notre révélation de l’année pour Les Enfants de Peakwood (Prix des Halliennales 2016).

zalim-386x600-1Nous lançons également un nouveau projet de Régis Delpeuch intitulé Mamie Polar, adressé aux jeunes de 9 ans et plus. L’héroïne est une grand-mère énergique et sans tabous qui, accompagnée de ses deux petits-enfants, mène des enquêtes survoltées et drôles, et toujours formatrices. Les deux premiers titres de la série paraîtront en mars et viendront rejoindre les rangs de notre segment 9-10 ans, avec la série Les Avatars de Gaspard, de Louise Revoyre et Sylvain Lignac, et FBI Animaux disparus, de Gérard Lecas, dont nous publierons un nouveau titre en janvier, Le Chien des neiges.

De plus, l’année 2017 sera marquée par des publications « jeune adulte » avec des auteurs confirmés, comme par exemple, au printemps, Béatrice Bottet (Le Secret de la dame en rouge), Agnès Marot (Pour quelques pas de plus), Loïc Le Borgne (Agence mysterium) et Jean-Luc Marcastel (le tome 2 de Tellucidar) ; et à l’automne, Carina Rozenfeld (le tome 2 de Zalim) et Cindy Van Wilder (Ce soir le ciel nous appartient)… et bien d’autres surprises !

En parallèle de la littérature, vous publiez également une revue de culture générale intitulée l’Éléphant. Pouvez-vous nous parler de sa création ?

L’envie de publier une revue faisait partie de mon projet depuis la création de la maison. Comme expliqué un peu plus tôt, le jeu sur téléphone portable qui a marqué le lancement de Scrineo, avait pour thématique la mémoire et l’apprentissage. Ces deux thèmes m’intéressent depuis toujours et sont les mots clés de la ligne éditoriale de la revue.

L’occasion de créer la revue s’est présentée lorsque Guénaëlle le Solleu, la rédactrice en chef, a quitté La Tribune et s’est montrée intéressée par le projet. Le rythme trimestriel nous semblait idéal car la culture générale est quelque chose qui se travaille sur le long terme, par petites doses régulières. Nous avons rencontré un laboratoire de sciences cognitives pour nous aider à appliquer l’état de l’art théorique sur la mémoire à notre magazine, en termes de charte d’écriture pour les auteurs, de maquette, de rythme entre dossiers longs et rubriques courtes, etc. Voilà les questions que nous nous sommes posées au moment de la conception de l’éléphant.

Une fois le concept trouvé, il s’agissait d’un véritable challenge pour passer du concept à la réalisation. Après une première version vraiment trop scolaire, nous avons finalement trouvé un directeur artistique, Gilles Le Nozahic qui a réussi à mettre parfaitement en forme nos intentions dans une maquette à la fois élégante, ludique et sobre. Nous sommes vraiment allés de surprise en surprise avec cette revue. Alors que la presse est de plus en plus organisée par segments, nous sommes arrivés avec une revue transversale, qui traite d’histoire, de sciences, de littérature, d’art, etc., avec un prix élevé pour le réseau Presse, c’est pourtant sur ce réseau que nous avons connu le plus fort développement. En réalité, nous n’avons vraiment pas raisonné en termes de marché ni de cible et a posteriori on peut se dire que nous avons eu de la chance !

Etant donné votre parcours mi-scientifique, mi-littéraire, quel regard portez-vous sur les livres numériques ?

Il n’y a, à mon avis, pas de débat à ce sujet et la question tourne surtout autour du type de contenu. Aujourd’hui, le papier est un excellent support pour des contenus « premium », ceux que l’on ne peut pas trouver gratuitement sur le Net. Le lecteur est prêt à payer pour avoir un bel objet. Tant qu’il en vaut la peine, le papier ne sera pas abandonné. Bien sûr, le numérique offre une facilité d’usage et certains gros lecteurs peuvent favoriser ce type de support, mais cela varie beaucoup en fonction de la cible. Par exemple, nous avons remarqué que le marché était plus faible pour les romans jeunesse : les parents n’achètent pas de livres numériques à leurs enfants, qui ne peuvent pas non plus se les procurer seuls en ligne.  Chez les adolescents et les adultes à l’inverse, nous avons quelques Best Sellers numériques.

Pour l’instant, nous avons été surpris de constater que les lecteurs n’attendaient pas de contenu supplémentaire avec le numérique. Nous avons fait des essais de bonus interactifs dans des livres et pour la revue,  sans aucun impact sur les ventes, et malgré des surcoûts de production des ePub parfois importants. En résumé, le livre numérique fonctionne aujourd’hui de façon homothétique avec le papier.

En revanche, cela ne veut pas dire qu’il ne doit pas y avoir de stratégie digitale. De notre côté, elle est traduite par l’existence de sites Scrineo et l’éléphant, d’une application sur tablettes et smartphones et d’une présence grandissante sur les réseaux sociaux. Pour l’éléphant, par exemple, la démarche est fondamentalement complémentaire de la version papier car la revue étant trimestrielle, le site nous permet de faire le lien entre les numéros, d’offrir aux visiteurs des informations sur l’actualité, des conseils de sortie ou de lectures, et aussi de s’évaluer sur notre plateforme de jeux de culture générale. Une nouvelle version du site, plus vivante et ergonomique est attendue début 2017.

Nous nous rencontrons dans le cadre du Salon de la littérature et de la presse jeunesse de Montreuil. Est-ce pour vous une habitude de vous y rendre ? Quels auteurs seront présents sur votre stand ?

Nous sommes effectivement des réguliers du salon de Montreuil, personnellement je l’aime beaucoup et aujourd’hui c’est devenu notre vrai rendez-vous en région parisienne : nous y rencontrons notre public et pas seulement des lecteurs mais également des enseignants, des libraires et des documentalistes. Ces échanges sont hautement enrichissants pour un éditeur.

Au global, nous sommes présents dans beaucoup de salons littéraires chaque année, environ une cinquantaine. Nous n’avons pas toujours de stand en propre, bien sûr, mais il est important pour nos auteurs de pouvoir se rendre à ce genre de manifestations. Nous sommes d’ailleurs à leur écoute et c’est avec eux que nous décidons de réitérer l’expérience l’année suivante. Bien sûr, notre démarche est commerciale, mais certains petits salons offrent une telle visibilité que même sans vendre beaucoup, il est important d’y aller.

Cette année, plusieurs de nos auteurs seront présents sur le salon. Vous trouverez par exemple Luc Blanvillain, Béatrice Bottet, Nadia Coste, Régis Delpeuch, Estelle Faye, Gabriel Katz, Loïc Le Borgne, Jean-Luc Marcastel, Rod Marty, Carina Rozenfeld et Aurélie Wellenstein.

Un grand merci à Jean-Paul Arif des éditions Scrineo pour cet entretien.

6 réflexions sur “Quand Babelio rencontre les éditions Scrineo

  1. Pingback: Où l’on vous donne rendez-vous au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil | Le blog de Babelio

  2. J’ai intérêt à suivre Scrineo en 2017 !
    L’interview m’a permis de repérer plusieurs lectures qui me donnent (déjà) envie, ainsi que d’auteurs à suivre !
    Merci Jean-Paul Arif 🙂

  3. Une interview très intéressante! J’ai passé commande de deux livres qui devraient me servir dans le cadre de mon métier de professeur de français! Merci!

  4. Pingback: Brèves de comptoir #123 « Encres & Calames

  5. Scrineo fait clairement partie de mes maisons d’éditions préférées, leurs romans sont toujours de qualité, ils trouvent des perles en auteur de l’imaginaire (notamment Gabriel Katz, JL Marcastel, Rod Marty qui fut mon coup de coeur 2015, mais également Aurélie Welleinstein et tant d’autres!) je suis abasourdie de découvrir le passé de Jean Paul Arif, je n’aurai jamais cru qu’il était dans l’aéro spatiale avant de se lancer dans l’édition! Comme quoi, tout est possible et cela redonne espoir de déboucher sur un métier du livre malgré l’absence de diplome dans ce domaine! Merci Babélio pour cette superbe itw!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s