Le jeu de l’été #2 : la playlist des écrivains

Voici le deuxième couplet de notre jeu de l’été, un jeu aussi bien consacré à la littérature qu’à la musique !

Jeu de l'été 2018_blog_partie 2.jpg

Nous vous proposons, comme le mois dernier, une liste de 25 chansons de divers genres musicaux. Votre but : identifier un écrivain ou un livre associé à la chanson. Il peut s’agir d’un écrivain auteur de la chanson, de l’adaptation d’une oeuvre en musique, d’une simple (mais évidente) référence ou d’une musique qui a fortement inspiré un roman. 

Il vous faut donner en commentaire le numéro de la chanson et le livre ou l’auteur associé :

1. En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut
2. Nom de l’écrivain qui a écrit la chanson en question
3. Roman dont il est question dans la chanson
etc… (Rappel : Il peut s’agir d’un écrivain auteur de la chanson, de l’adaptation d’une oeuvre en musique ou d’une simple (mais évidente) référence littéraire.)

Pour vous donner une idée vous pouvez regarder comment cela s’est passé pour la session de juillet.

Les commentaires sont cachés et ne seront dévoilés que le vendredi 31 août.

Nous tirerons au sort deux participants de chaque session (deux pour la session de juillet et deux pour la session d’août) pour recevoir des livres de la rentrée littéraire !

N’hésitez pas à participer même si vous n’avez pas tous les résultats d’un coup 🙂

La playlist

1. « The Jean Genie » de David Bowie :

2. « Soma » de The Strokes :
3. »White Rabbit » de Jefferson Airplane :
4. « Paranoid Android » de Radiohead :
5. Op. 168, No. 1 d’ Anton DIABELLI:
6. « Tender » de Blur :

7.  « Venus In Furs » du groupe The Velvet Underground :

8. « Contre l’amour » d’Isabelle Huppert :
9.  « Sympathy For The Devil » du groupe The Rolling Stones :
10.  « Trois poèmes pour Annabel Lee » de Hubert Felix Thiéfaine :
11. Les variations Goldberg de Johann Sebastian Bach par Glenn Gould :
12. « Pauvre Lola » de Serge Gainsbourg :
13. « L’horloge » de Mylène Farmer :
14. « Passengers » de Stephen Emmer (Feat Lou Reed) :
15. « Il n’y a pas d’amour heureux » de Françoise Hardy (et George Brassens) :
16. « Je voudrais pas crever » de Eiffel :
17. « The Invisible Man » de Queen :
18. « Atrocity Exhibition » de Joy Division :
19. La Symphonie pastorale de Beethoven :
20. « I Robot » de The Alan Parsons Project :
21. « Lettre à Milena » de Art Mengo :
22. « So Light Is Her Footfall » de Air :
23. « Four Walls » de Bastille :
24. Ô Amazonie de Gérard Manset :
25. « Firework » de Katy Perry :

MISE A JOUR : Les réponses

Merci à tous d’avoir participé à la deuxième partie de notre jeu de l’été sur les liens entre chansons et littérature ! Les commentaires sont désormais réactivés et deux participants seront sélectionnés et contactés en message privé.

Les réponses : 

1. « The Jean Genie » de David Bowie :

Tout était dans le titre ! Un jeu de mot (maladroit ou pas) autour de l’écrivain français Jean Genet. Il est question dans la chanson d’un personnage fictif inspiré autant de Jean Genet que d’Iggy Pop. Immense lecteur, David Bowie a par ailleurs souvent rendu hommage à ses auteurs préférés. Vous pouvez par exemple retrouver la longue liste de ses recommandations de lecture. Elle est extrêmement riche et surprenante même s’il a oublié d’y inclure des écrivains français…

2. « Soma » de The Strokes :

Le mot « Soma » a forcément dû parler aux lecteurs du Meilleur des Mondes, le chef-d’oeuvre d’Aldous Huxley. Il s’agit de la drogue distribuée chaque jour au peuple pour que tout le monde se sente heureux. Un point de départ idéal pour une chanson du groupe de rock new-yorkais The Strokes.

3. »White Rabbit » de Jefferson Airplane :

La chanson fait évidemment référence au roman Alice au Pays des merveilles et à sa suite De l’autre côté du miroir, le diptyque de chevet de tous les groupes psychédéliques des années 1960 dont Jefferson Airplane faisait partie. La chanson regorge d’allusions aux romans de Lewis Carroll mais aussi à diverses substances hallucinogènes. C’est d’ailleurs la volonté de Jefferson Airplane de montrer à travers la chanson qu’il est également question de drogue dans le roman de Lewis Carroll. On a choisi ce titre pour faire le lien entre la musique et l’écrivain de littérature jeunesse anglais mais les références à Alice dans la musique populaire du 20e siècle sont innombrables.

4. « Paranoid Android » de Radiohead :

L’expression Paranoid Android désigne un personnage de la littérature de science-fiction, Marvin, que l’on retrouve dans Le Guide du voyageur galactique de Douglas Adams. C’est un robot dépressif, parfois un brin cynique et très intelligent qui, à son grand désespoir, n’est souvent utilisé que pour apporter le café (ou ouvrir des portes). Dans la chanson, Thom Yorke, le chanteur du groupe anglais Radiohead, se compare, avec humour, à Marvin.  Il dira à propos de cette chanson : « Le titre a été choisi comme une blague. C’était comme si je disais « oh je suis tellement déprimé » et j’ai pensé que c’était génial. C’est exactement comme cela que les gens AIMERAIENT que je sois. »

5. Op. 168, No. 1 d’ Anton DIABELLI :

C’est un lien d’un genre différent que nous proposions ici. Cette oeuvre musicale n’est pas inspirée d’un roman (à notre connaissance) mais a été utilisée par Marguerite Duras dans son roman Moderato Cantabile. C’est une sonatine de Diabelli que la professeure de piano essaie désespérément de faire jouer à son élève.
6. « Tender » de Blur :
Si le titre est déjà un indice, ce sont les premiers mots de la chanson qui auraient dû mettre sur la piste même les moins bilingues d’entre vous : « Tender is the night », une référence directe au roman de Francis Scott Fitzgerald Tendre est la nuit.

7.  « Venus In Furs » du groupe The Velvet Underground :

Comme son ami David Bowie, Lou Reed était un grand lecteur qui n’hésitait pas à citer ses auteurs préférés comme Hubert Selby Jr ou à les interviewer comme Vaclav Havel. Dans cette chanson, ce n’est ni de l’un ni de l’autre dont il est question mais d’un sulfureux roman intitulé La Vénus à la fourrure de Léopold von Sacher-Masoch. C’est un ouvrage légèrement érotique dans lequel il est question de pratiques masochistes, un thème forcément séduisant pour Lou Reed qui cite directement dans la chanson les personnages du roman. A noter que c’est précisément l’auteur de ce livre qui a donné son nom à ces violences que l’on s’inflige à sois-même : le masochisme (-et c’est à Sade que l’on doit la sadisme qui consiste à les infliger à d’autres personnes).

8. « Contre l’amour » d’Isabelle Huppert :

Grand amateur de poésie, Jean-Louis Murat a très souvent consacré des albums entiers à ses poètes préférés comme Charles Baudelaire (certaines chansons sont disponibles en ligne) ou encore Pierre-Jean de Béranger (voir un extrait ici). Ce sont les mots d’une poétesse méconnue du 17e siècle, Antoinette Deshoulière, que l’artiste auvergnat a mis en musique dans l’album Madame Deshoulière. C’est un album dont les chansons sont presque toutes chantées par l’actrice Isabelle Huppert, comme dans l’extrait proposé pour le jeu.

9.  « Sympathy For The Devil » du groupe The Rolling Stones :

Beaucoup de références possibles pour cette chanson du groupe anglais qui évoque une rencontre avec le diable mais c’est Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov que nous attendions. C’est dans ce livre que Mick Jagger a puisé son inspiration pour l’écriture de la plupart des vers. Il est également naturellement question dans le roman d’une rencontre avec le diable et d’un pacte faustien.

10.  « Trois poèmes pour Annabel Lee » de Hubert Felix Thiéfaine :

Annabel Lee est le dernier poème écrit par Edgar Alan Poe. Décrivant une histoire d’amour funeste entre le narrateur et une jeune (et jolie) femme, ce poème a été maintes fois référencé dans la littérature ou en musique (dont Lou Reed qui a été mentionné plus tôt). Il a su également toucher le chanteur français Hubert Félix Thiéfaine.

11. Les variations Goldberg de Johann Sebastian Bach par Glenn Gould :

De nombreux livres se nomment Les variations Goldberg donc plusieurs réponses étaient théoriquement possibles même si nous attendions surtout le roman éponyme de Nancy Huston puisque les « Variations Goldberg » sont véritablement au coeur du récit de la femme de lettres franco-canadienne et que la structure du roman reprend rigoureusement celle de l’oeuvre de Jean-Sébastien Bach. A noter : il s’agit du premier roman de Nancy Huston écrit directement en langue française.

12. « Pauvre Lola » de Serge Gainsbourg :

Serge Gainsbourg était obsédé par le roman Lolitade Vladimir Nabokov et a consacré plusieurs chansons et albums à cette figure de femme-enfant dont un narrateur (souvent Serge Gainsbourg lui-même) tombe éperdument amoureux. C’est encore le cas ici avec cette chanson dans laquelle on peut, petite anecdote, entendre le rire de France Gall.

13. « L’horloge » de Mylène Farmer :

Plusieurs fois adapté en chanson, le poème « L’horloge » de Charles Baudelaire aura également connu une version assez pop (et un brin grandiloquente) avec cette chanson de Mylène Farmer finalement très différente du reste de sa production musicale. Beaucoup de ses fans furent décontenancés par cette chanson (comme on peu le voir dans les commentaires de la vidéo) mais offrit une nouvelle porte d’entrée dans l’univers de Baudelaire à des milliers d’auditeurs français.

14. « Passengers » de Stephen Emmer (Feat Lou Reed) :

C’est un passage entier et légèrement remanié du chef d’oeuvre de Paul Theroux Railway Bazaar qui est ici récité par Lou Reed. Classique de la littérature de voyage, emporté dans les sacs à dos de nombreux globe-trotters, le roman est une véritable ode au voyage et plus particulièrement aux voyages en train.

15. « Il n’y a pas d’amour heureux » de Françoise Hardy (et George Brassens) :

Poème d’Aragon mis en musique et chanté en son temps par George Brassens, « Il n’y a pas d’amour heureux » offrit également à Françoise Hardy l’une de ses plus belles chansons  -quoique aussi l’une de ses plus tristes.

16. « Je voudrais pas crever » de Eiffel :

« Je voudrais pas crever », chanté par le groupe de rock français Eiffel est en réalité un texte poétique de Boris Vian. De nombreuses personnalités ont également interprété ce poème comme Jean-Louis Trintignant. Cette très élégante version proposée par Eiffel et chantée/ récitée par le chanteur Romain Humeau nous semblait cependant particulièrement réussie.

17. « The Invisible Man » de Queen :

Pas de piège dans cette chanson qui fait référence à l’Homme Invisible de H.G. Wells. Les membres de Queen se sont peu exprimés sur cette chanson écrite au départ par Roger Taylor, le batteur du groupe, qui a eu l’idée de la rythmique de la chanson alors qu’il était en train de lire le livre de H.G. Wells. L’histoire est toujours celle d’un homme invisible mais les liens avec le romans restent ténus. Peut-être que l’homme invisible de la chanson ne l’est d’ailleurs pas réellement…

18. « Atrocity Exhibition » de Joy Division :

Cette chanson de Joy Division reprend le titre d’un recueil de nouvelles expérimentales de l’écrivain anglais J. G. Ballard traduit en français sous le titre La foire aux atrocités. Ian Curtis n’avait pas encore lu le livre avant d’écrire les paroles mais a tout de même emprunté le thème principal du recueil pour concevoir cette chanson autour d’un homme qui tente de donner du sens à plusieurs événements choquants. J.G. Ballard a par ailleurs inspiré de nombreux groupes britanniques comme le rappelle la BBC.

19. La Symphonie pastorale de Beethoven :

La Symphonie pastorale est le titre d’un roman écrit par André Gide dans lequel la Symphonie de Beethoven tient une place primordiale. Un pasteur, le narrateur, emmène une jeune aveugle dont il tombe peu à peu amoureux écouter cette symphonie. Le concert émeut profondément la jeune fille. Nous en parlions déjà dans un ancien article de blog.

20. « I Robot » de The Alan Parsons Project :

Pas de piège pour les amateurs de science-fiction, cette chanson et tout l’album éponyme du groupe font références à un recueil de Isaac Asimov intitulé I, Robot en version originale et Les Robots en français. Si l’album devait au départ s’appuyer assez fidèlement sur l’univers d’Asimov et que ce dernier était tout à fait enthousiaste, le groupe n’obtint pas les droits pour le faire, ceux-ci ayant déjà été vendus. La virgule entre « I » et « Robot » fut ainsi supprimée et les textes légèrement modifiés pour se détacher des robots inventés par l’auteur phare de la SF.

21. « Lettre à Milena » de Art Mengo :

Cette chanson s’inspire de la correspondance passionnée entretenue par l’écrivain Franz Kafka et la journaliste, écrivain et traductrice Milena Jesenska. Il s’agit pour le chanteur Art Mengo, de « l’une des plus belles correspondances de la littérature ».

22. « So Light Is Her Footfall » de Air :

C’est dans un texte d’Oscar Wilde que l’on peut trouver cette jolie expression et plus exactement dans Le fantôme de Canterville, un court roman à destination des enfants. Une superbe inspiration pour le groupe français Air qui raconte en interview d’où vient exactement cette chanson : « La brume, Oscar Wilde, le XIXème siècle, un côté très sombre et très romantique. Cette quête d’un fantôme dans la nuit qui nous échappe à chaque coin de rue, à la lumière des réverbères tamisée par le brouillard londonien (…) ».

23. « Four Walls » de Bastille :

Cette chanson du groupe Bastille est inspirée du roman de Truman Capote De sang froid qui est d’ailleurs plus ou moins cité dans la chanson (« You’ve only these four walls before they, in cold blood, hang you up »). Le groupe parle de cette même affaire de quadruple meurtre qui eut lieu dans le Kansas et qui inspira Truman Capote. C’est l’occasion pour le chanteur de s’interroger sur la peine capitale prononcée dans cet état américain.

24. Ô Amazonie de Gérard Manset :

Ce n’est pas un roman qu’il fallait trouver ici mais, une fois n’est pas coutume, une bande dessinée. Les auditeurs auront peut-être reconnu dans la chanson le texte « Manitoba ne répond plus », phrase qui a donné également son titre à l’album. Et c’est à Hergé qu’il doit ce joli vers puisqu’il s’agit du titre d’une aventure de Jo, Zette et Jocko. Un pur récit d’aventure à la Hergé qui colle bien à l’univers de Gérard Manset, lui qui est passionné par les voyages et les récits de bateaux perdus.
Certains ont répondu simplement Gérard Manset car il est vrai que le discret chanteur a également publié plusieurs (étonnants) romans. Mais cela aurait été un peu trop facile, vous ne trouvez pas ?

25. « Firework » de Katy Perry :

La jeune chanteuse pop aux millions d’albums vendus et aux milliards de vues sur Youtube a parfois de bien étonnantes sources d’inspiration. C’est en effet dans les pages du roman Sur la route de Jack Kerouac qu’est née cette chanson. C’est son boyfriend de l’époque, un fanatique du livre, qui lui en a parlé et qui l’a poussé à lire le roman. C’est un passage en particulier (beaucoup de gratitude pour la personne qui trouve le passage en question) qu’elle reprend dans la chanson.

Le jeu de l’été : la playlist des écrivains

Et si vous partiez en vacances non pas avec le tube de l’été mais avec une liste de chansons liées à la littérature ? C’est ce que nous vous proposons à travers notre jeu de l’été aussi bien dédié à la musique qu’à la littérature !

Jeu de l'été 2018_blog

Voici une liste de 25 chansons de divers genres musicaux. Votre but : identifier un écrivain ou un livre associé à la chanson. Il peut s’agir d’un écrivain auteur de la chanson, de l’adaptation d’une oeuvre en musique ou d’une simple (mais évidente) référence.
Pour le premier titre, donné en exemple, il faudrait indiquer le livre En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut.

Il vous faut donner en commentaire le numéro de la chanson et le livre ou l’auteur associé :

1. En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut
2. Nom de l’écrivain qui a écrit la chanson en question
3. Roman dont il est question dans la chanson
etc… (Rappel : Il peut s’agir d’un écrivain auteur de la chanson, de l’adaptation d’une oeuvre en musique ou d’une simple (mais évidente) référence littéraire.)

Les commentaires sont cachés et ne seront dévoilés que le lundi 30 juillet. Nous vous proposerons une nouvelle session de 25 autres chansons en août.

Nous tirerons au sort deux participants de chaque session (deux pour la session de juillet et deux pour la session d’août) pour recevoir des livres de la rentrée littéraire !

N’hésitez pas à participer même si vous n’avez pas tous les résultats d’un coup 🙂

La playlist

1.  Nina Simone : Mr. Bojangles

2. Françoise Hardy : Etonnez moi, Benoit

3. Ed Sheeran : I See Fire

4. The Kinks : Animal Farm

5. U2 : The Ground Beneath Her Feet

6. Dominique A: Chanson De La Ville Silencieuse 

7. Jean-Louis Aubert : Lorsqu’il Faudra

8.Stéphane Eicher : Déjeuner En Paix

9. Sheila : Mélancolie

10. The Cure : Killing An Arab

11. Juliette Gréco : Rue Des Blancs Manteaux

12. Tori Amos : Tear In Your Hand

13. Blue Oyster Cult : Black Blade

14. Robert : L’Appel De La Succube

15. The Ramones : It’s Not My Place

16. Marc Lavoine : Myriam

17. Johnny Hallyday : Quelques Cris

18. Chance The Rapper : Same Drugs

19. Alain Bashung : Osez Joséphine

20. Lana Del Rey : Off To The Races

21. Kate Bush : Wuthering Heights

22. The Doors : End Of The Night

23. Nirvana : Scentless Apprentice

24. Radiohead : Banana Co.

25. Juliette : Les Garçons De Mon Quartier

MISE A JOUR : Les réponses

Merci à tous d’avoir participé à la première partie de notre jeu de l’été sur les liens entre chansons et littérature ! Vous êtes nombreux a avoir trouvé l’essentiel des liens alors que le jeu n’était pas si facile. Bravo à vous tous et particulièrement à ceux qui ont tout trouvé ! Les commentaires sont désormais réactivés et deux participants seront sélectionnés et contactés en message privé. On fait une pause dans la playlist qui reprendra cependant dès demain avec une deuxième session.

Voici les réponses au jeu : 
1. Nina Simone : « Mr. Bojangles » : Ce classique de Jerry Jeff Walker devenu immortel grâce à l’interprétation de Nina Simone et repris un nombre incalculable de fois à travers le monde, est au cœur du premier roman d’Olivier Bourdeaut intitulé En attendant Bojangles. C’est en effet le morceau fétiche de la mère du jeune narrateur.

2. Françoise Hardy : « Etonnez moi, Benoit » : Les paroles de cette étonnante chanson sont signées d’un prix Nobel de Littérature, non pas Bob Dylan mais Patrick Modiano. Ce n’est d’ailleurs pas la seule chanson écrite par Modiano puisque Hughes de Courson a mis en musique certains de ses poèmes et qu’il a également écrit pour Régine ou Mona Heftre.

3. Ed Sheeran : « I See Fire » : Une chanson écrite pour le film The Hobbit et inspirée de l’univers de J.R.R Tolkien dont le très populaire chanteur a toujours été fan. A noter qu’il serait possible de faire une playlist entière de chansons inspirées de l’univers foisonnant de Tolkien tant son influence sur la culture pop et les chanteurs des années 1960 à aujourd’hui est immense.

4. The Kinks : « Animal Farm » : une référence, dès le titre,  au chef d’oeuvre de George Orwell. Nous aurions également pu choisir une chanson de l’album Animals du groupe anglais Pink Floyd entièrement consacré au roman mais comme le rappelle un babelionaute dans un commentaire, cela fait toujours plaisir d’écouter les Kinks ! Si la chanson du groupe n’est finalement, mis à part le titre, qu’une discrète et lointaine allusion à Orwell, l’écrivain fut une immense source d’inspiration pour Ray Davies, principal songwriter des Kinks.

5. U2 : « The Ground Beneath Her Feet » : The Ground Beneath Her Feet est le titre original du sixième roman de Salman Rushdie, publié en français sous le titre La terre sous ses pieds. Le titre de ce roman est directement inspiré d’un poème rédigé par le personnage principal après la mort de l’amour de sa vie. Ce poème a bouleversé Bono qui l’a transformé en une chanson pour U2. Si vous avez fait attention au clip, vous avez normalement dû remarquer Salman Rushdie y faire une apparition.

6. Dominique A : « Chanson De La Ville Silencieuse » : Grand amateur de chanson française et de rock, Olivier Adam a repris ce très joli titre de Dominique A pour celui de son roman éponyme où de nombreux autres chanteurs français sont d’ailleurs évoqués. Les retrouverez-vous tous ?

7. Jean-Louis Aubert : « Lorsqu’il Faudra » : Les Passages du vide, dont est issu cet extrait de Jean-Louis Aubert, est un album entièrement composé de poèmes issus du recueil Configuration du dernier rivage de Michel Houellebecq et mis en musique par l’ancien membre de Téléphone. Mais ce n’est pas le seul lien de Houellebecq avec la chanson. Les curieux peuvent jeter un oeil et une oreille à son album Présence humaine produit par Bertrand Burgalat.

8. Stéphane Eicher : « Déjeuner En Paix » : Grand succès de la riche discographie de Stéphane Eicher, cette chanson a, comme de nombreux autres titres de l’album Engelberg, été écrite par Philippe Djian. Les deux n’ont, semble-t-il, jamais cessé de se côtoyer. Leur collaboration remonte à l’album My Place publié en 1989 et a donné lieu depuis à de fertiles échanges, que ce soit dans les albums de Stéphane Eicher ou sur les scènes de différents festivals littéraires dans lesquels le musicien suisse accompagne en musique l’écrivain français.

9. Sheila : « Mélancolie » : C’est Katherine Pancol qui a écrit ce texte pour Sheila alors qu’elle n’avait que 20 ans. Il semble qu’aujourd’hui Katherine regrette un peu ces paroles même si la chanson fut un énorme succès au hit-parade : « A 20 ans, j’ai écrit une chanson pour Sheila, que j’avais interviewée pour Paris-Match. Son producteur m’avait proposé de lui imaginer un texte, et j’ai rédigé « Mélancolie », immédiatement classée au hit-parade. Pourtant les paroles étaient nulles ! Un jour, je l’ai entendue dans un taxi, j’étais morte de honte ! »

10. The Cure : « Killing An Arab » : La chanson est un hommage au roman L’étranger d’Albert Camus qui avait fait forte impression au chanteur du groupe Robert Smith même si le titre de la chanson a provoqué une grosse polémique. Beaucoup de personnes ont en effet pensé que Robert Smith appelait véritablement au meurtre des Arabes. Lassé des nombreuses récupérations de la chanson (notamment par le Front National britannique…), Robert Smith a déclaré regretter avoir intitulé ainsi la chanson et a depuis tenté plusieurs fois de la renommer : Kissing An Arab, Killing Another,…

11. Juliette Gréco : « Rue Des Blancs Manteaux » : C’est l’écrivain et philosophe Jean-Paul Sartre qui est l’auteur de cette chanson interprétée par Juliette Gréco. Écrite à l’origine pour sa pièce Huis-Clos, il l’offre finalement en 1950 à la jeune Gréco pour un succès modeste. La chanson gagne petit à petit en popularité et reste aujourd’hui l’une de ses chansons les plus connues.

12. Tori Amos : « Tear In Your Hand » : Grande amatrice du comic Sandman de Neil Gaiman (Sérieusement, qui ne l’est pas ?), Tori Amos rend hommage au Marchand de sable dans cette chanson publiée au début des années 1990. Les deux sont depuis devenus de bons amis et la chanteuse a à son tour inspiré Neil pour le personnage du Délire.

13. Blue Oyster Cult : « Black Blade » : C’est l’écrivain de fantasy Michael Moorcock qui est le co-auteur de ces paroles qui s’inscrivent directement dans l’univers d’Elric qu’il a créé et qui a fait sa renommée (et qui connait aujourd’hui une belle vie en BD). Plusieurs chansons du groupe américain ont d’ailleurs été écrites par l’écrivain anglais, le chanteur étant un fan inconditionnel d’Elric.

14. RoBERT : « L’Appel De La Succube » : Amélie Nothomb est l’auteur de ces paroles comme de celles de six autres chansons de la chanteuse française RoBERT : «Ecrire pour RoBERT, c’est comme écrire pour le dictionnaire, a-t-elle déclaré, elle contient l’infini et suscite toutes les inspirations ».

15. The Ramones : « It’s Not My Place » : Peu d’écrivains sont aussi fan d’un groupe de rock que Stephen King des Ramones ! Si les liens entre le groupe et l’écrivain sont très nombreux ( le groupe a notamment enregistré une chanson pour l’adaptation du roman Simetierre au cinéma sur invitation personnelle de l’écrivain), nous avons simplement retenu cette chanson dans lequel l’écrivain est cité (en compagnie notamment de deux cinéastes : Roger Corman et Allan Arkush).

16. Marc Lavoine : « Myriam » : Les paroles de cette chanson sont signées Vincent Ravalec, artiste à l’oeuvre protéiforme. A noter que l’écrivain a également écrit pour Johnny Hallyday ou Julien Clerc.

17. Johnny Hallyday : « Quelques Cris » : De nombreux auteurs (voir ci-dessus) ont écrit pour l’idole des (gens qui on un jour été) jeunes. Il est assez surprenant de voir, parmi ceux-ci Françoise Sagan, auteur du titre en question. La chanson paraît sur l’album « Sang pour sang », l’un des plus grands succès de Johnny.

18. Chance The Rapper : « Same Drugs » : Le titre ne le laisse pas supposer mais cette chanson de l’artiste américain Chance The Rapper fait référence tout le long de la chanson à l’histoire de Peter Pan de J. M. Barrie, allant d’ailleurs jusqu’à citer le personnage de Wendy (Darling). La chanson parle de la façon dont deux enfants, pourtant très proches, peuvent grandir très différemment l’un de l’autre.

19. Alain Bashung : « Osez Joséphine » : De nombreux participants ont répondu Jean Fauque, auteur de très nombreux textes pour Alain Bashung et de celui-ci en particulier. Il est également co-auteur de plusieurs romans dont Le 13ème convoi avec Jacques Roseau. Ceci étant dit, Jean Fauque est plus connu pour les textes de ses chansons que pour ses romans et c’est donc une autre réponse que nous attendions même si celle-ci n’est pas fausse. Nous pensions en réalité à Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan qui reprend une partie du texte de la chanson pour le titre de son roman.
D’autres références étaient possible. Il ne s’agit pas de l’une des chansons les plus respectées de la chanson française pour rien. Jérôme Colin s’est ainsi également inspiré de la chanson pour le titre de son roman Éviter les péages.

20. Lana Del Rey : « Off To The Races » : c’est par la phrase « My old man is a bad man » que commence cette chanson, ce qui aurait dû donner la puce à l’oreille à de nombreux auditeurs bibliophiles. Cette chanson de Lana Del Rey s’inspire en effet du livre…  Lolita de Vladimir Nabokov. Nous aurions également pu prendre la chanson « Carmen » (« Only seventeen, but she walks the streets so mean ») de la même chanteuse et issue du même album. Lana est une grande amatrice de la prose de l’écrivain américain d’origine russe. Elle n’est évidemment pas la seule et il y a de nombreuses chansons dédiées à l’auteur de Lolita que nous aurions pu partager pour ce jeu.

21. Kate Bush : « Wuthering Heights » : Peu d’explications sont nécessaires pour cette chanson puisque tout est dans le titre qui reprend celui du roman d’Emily Brontë publié en France sous le titre un peu plus lisible des Hauts de Hurlevent. C’est la chanson qui a fait connaitre Kate Bush au monde entier et également sa plus connue à ce jour. Le texte reprend directement des passages du roman même si c’est par l’adaptation du livre par la BBC que Kate a découvert le roman.

22. The Doors : « End Of The Night » : Jim Morrison, chanteur, principal auteur des chansons des Doors et auteur d’une oeuvre poétique fascinante, fut un immense lecteur. De poésie principalement puisqu’il dévora Arthur Rimbaud ou encore Charles Baudelaire au sortir de l’adolescence mais également de Friedrich Nietzsche ou de Jack Kerouac. C’est pourtant à un autre sommet de la littérature dont il est question ici puisque Le Roi Lézard fait une référence évidente au roman de Louis-Ferdinand Céline Voyage au bout de la nuit à travers le titre mais aussi le premier couplet. A noter qu’a travers la phrase « Some are born to endless night » du second couplet, Jim fait également référence à William Blake, sous l’égide duquel le groupe californien s’est construit puisque le nom même des Doors est inspiré d’un texte du poète : « If the doors of perception were cleansed every thing would appear to man as it is, Infinite (Si les portes de la perception étaient nettoyées, toute chose apparaîtrait à l’homme telle qu’elle est, infinie). »

23. Nirvana : « Scentless Apprentice » : La légende veut que Kurt Cobain, le chanteur de Nirvana, eut toujours sur lui un exemplaire du Parfum de Patrick Süskind. Fan absolu du roman, il lui consacre une chanson intitulée « Scentless Apprentice ». Grand lecteur, Kurt Cobain s’est de fait beaucoup inspiré de ses lectures comme William S. Burroughs ou Samuel Beckett pour l’écriture de ses chansons.

24. Radiohead : « Banana Co. » : Cette chanson du groupe anglais Radiohead fait allusion tout le long du texte au roman Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Márquez. Chaque couplet fait référence à un aspect du roman de l’écrivain colombien qui raconte les bouleversements que subit une petite ville d’Amérique du sud même s’il est également question, pour Thom Yorke qui a écrit la chanson, de sa réaction quant à l’annonce de la fermeture d’usines en Angleterre au début des années 1990.

25. Juliette : Les Garçons De Mon Quartier : Cette chanson de Juliette, présente sur son très littéraire album Mutatis mutandis, a été inspirée par la lecture du livre La vierge des tueurs de Fernando Vallejo publié en 1994. On y retrouve tous les thèmes importants du roman : Les jeunes tueurs à gage d’Amérique du sud, la prostitution mais aussi l’amour et le silence de cette Sainte Vierge des Tueurs, « Impassible sous les fleurs / Et sous son voile de douleur ».